Nous sommes lundi! Que lisez-vous?

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance de Frank Capra, de Charles Trenet, de Pierre Balmain, de Popeck.

Aujourd’hui, nous sommes lundi! Que lisez-vous?

Pour ma part, je termine un très bon thriller:

Lecons-d-un-tueur

 


De retour

Bonjour tout le monde!

J’ai, comme beaucoup d’entre vous, repris le chemin du bureau. Ce qui signifie que j’ai aussi retrouvé une connexion internet.

Donc, on reprend notre activité dès lundi!

Bon Week-end à tous!

Des bisous!


Nous sommes lundi! Que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1900, la journée de travail était limitée en France à 11 heures pour les femmes et les enfants.

Aujourd’hui, en 1995, François Mitterrand inaugurait la Bibliothèque nationale de France.

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance de Francisco de Goya, de Paul Verlaine, de Vincent Van Gogh, de Jean Giono, de Robert Badinter, d’Eric Clapton, de Richard Gotainer, de Tracy Chapman.

Aujourd’hui, nous sommes lundi! Que lisez-vous?

Pour ma part, je termine deux bons services presse:


De quoi vous occuper un peu…

Coucou les amis!

J’ai trouvé sur le net ce petit texte (respect à l’auteur!) dans lequel se cachent 30 noms d’auteurs. Saurez-vous les retrouver?

 

Confiné, il racontait ce qu’il ferait, une fois libre, d’ici un mois, dans ces eaux-là.

Ce moment semble si dur à surmonter… mais les mots, lierre de la pensée, permettent

De s’évader un moment, de laisser fuir ces maux passants.

 

Près de la fontaine dont les flots bercent l’oreille distraite, des oiseaux volent, terre, herbe

Et racines semblent endormis. Les oiseaux sont là, souverains, beaux, jeunes encore.

Une tribu goguenarde qui boit l’eau et la bénédiction du soleil qui couvre leur air novice.

Le rabot de l’air ne les épuise pas: ils n’en font cas, mus par la douceur du jour.

Mus, c’est le mot, mais sans mouvement: ils se posent,  l’arbre vert ne bouge presque pas.

Du mât naturel, ils regardent au loin, plus ou moins anges, peu ou prou statues.

Braves bêtes, la becquée te le rend grands mais où est le bec aujourd’hui?

 

Le héros poursuit son chemin rêvé. Les ronces ardentes frôlent ses pieds.

Il avance, doucement, cherchant une aide, blonde, brune, rousse, au hasard.

Il a beau voir toute cette splendeur, il ne s’y trompe pas.

Il a beau marcher par l’esprit, il ne bouge en réalité pas.

C’est la force des poètes: se promener sans mouvement, sans de grands efforts.

Voir la vie en beau malgré tout, malgré les épreuves.

L’esprit est une gare: y passent mille idées qui s’enfuient et nous entraînent.

Toujours l’art a gonflé cette voile humaine, cette force: tenir bon, jusqu’au prochain voyage.


2020/07: On ira tous au paradis, José ANGEL MANAS

on-ira-tous-au-paradis

Aussi accro à son boulot que son mari Sergio, Paz redoute comme chaque année le moment des grandes vacances. Mais pour le plaisir de leurs deux fils, Iker et Yago, chacun se plie à cette cohabitation. L’heure du départ pour leur maison de vacances de Bilbao a sonné. Un trajet banal quand soudain sur l’autoroute, le porte-vélos lâche. S’arrêter pour ramasser les quatre bicyclettes? Trop dangereux. La famille poursuit sa route, non sans culpabilité. Paz découvre le lendemain dans la presse que la chute a provoqué un terrible accident. Bilan: un mort et un blessé grave. Un cauchemar bien réel qui ne fait pourtant que commencer…

Paz s’est construit la vie dont elle rêvait. Et elle y tient.

Et soudain, dans des circonstances complètement absurdes, survient la tragédie et cet homme entre en scène.

Cet homme? Un détective, policier à la retraite, qui n’a rien de recommandable, engagé par les beaux-parents de Paz suite à la disparition de son mari. Il lui dit qu’il sait tout. Elle sait que personne ne croira la vérité, alors elle évalue ses possibilités. Se débarrasser de lui.

Tout ça à cause d’un porte-vélos qui lâche, libérant les 4 vélos sur l’autoroute… Lire la suite


2020/06: La mémoire saisie d’un tu, Francis BEREZNE

41ZFHquzF+L._SX339_BO1,204,203,200_

Deux courts récits, l’un dense, chahuté, violent, l’autre où l’on entrevoit peut-être la sortie du tunnel… Le choc des souvenirs de l’hôpital psychiatrique: images de lieux, de corps mutilés, de visages éteints, relayées par les mots. Après le «tu» qui seul permet au narrateur d’établir la distance nécessaire au travail de la mémoire, reviennent la parole ou le «je» et une pensée qui vagabonde.

Partenariat

Je remercie Masse Critique de Babelio et les Editions La Chambre d’échos pour l’envoi de ce service presse.

Voici un livre très court, singulier, composé deux courts récits sur l’enfermement. Deux récits sur la folie dans le cadre d’unités psychiatriques. Très probablement largement autobiographique je pense. Ce récit est trop intime je crois pour n’être qu’une fiction. Lire la suite


2020/05: Le soleil noir de Ténérife, Gérard MULLER

Visuel-SNT-500x705

Fernando scrute son astre favori tous les jours à l’aide du grand télescope de Tenerife. Un beau matin, il y aperçoit une tache noire en son centre. Après avoir vérifié le bon fonctionnement de son instrument, il doit se rendre à l’évidence : la tache est bel et bien présente. Il a alors l’intuition qu’il pourrait s’agir d’une manifestation de la matière noire. Avec sa stagiaire Monica, son amant astrophysicien, et l’aide d’un mystérieux thésard chinois, ils vont s’évertuer à trouver l’origine de cette tache. Trou noir, matière noire, vaisseau spatial lancé au point de Lagrange par la Chine pour tenter de diminuer le flux solaire afin de ralentir le réchauffement climatique ? Pour Fernando, la matière noire viendrait d’autres univers qui déverseraient leur matière dans notre galaxie par les trous noirs. Les quatre astronomes vont tenter d’aller au bout de leurs recherches malgré l’incrédulité du milieu scientifique.

Partenariat. Merci aux Editions Lazare et Capucine pour l’envoi de ce service presse.

Quand Fernando constate l’existence sur le soleil d’une tache noire inexpliquée, il envisage toutes les hypothèses possibles. C’est le début pour lui et ses collègues les plus proches d’une enquête scientifique de grande envergure. D’énigmes en théories, ils vont considérer tous les possibles, étudier, tester, réfuter.

En toile de fond, les conditions de travail en observatoire et son fonctionnement global, la pression de la concurrence, un inconcevable droit à l’erreur, le peu d’espace laissé à la vie privée et amoureuse, la rigueur scientifique, la course à la découverte. Lire la suite


%d blogueurs aiment cette page :