QLV? #35: Nous sommes lundi, que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1903, Orville et Wilbur Wright effectuaient le premier vol motorisé. Aujourd’hui, en 1938, Otto Hahn et son assistant Fritz Strassmann découvraient le phénomène de fission nucléaire: c’est la naissance de l’énergie nucléaire.

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance de Ludwig van Beethoven et de Jules de Goncourt.

Aujourd’hui, nous célébrons la disparition de Cesaria Evora.

Aujourd’hui, c’est la journée internationale pour la fin des violences faites aux travailleurs du sexe.

Aujourd’hui, nous sommes lundi! Que lisez-vous donc?

Pour ma part, une grippe m’ayant contrainte à une certaine inactivité, je termine donc:

Publicités

Rencontre: Lydie Lefevre

Très jolie rencontre ce samedi avec la pétillante Lydie Lefèvre en dédicace à côté de chez moi.


2018/81: La Grosse ou les tribulations d’une factrice, Raphaële LACROIX

Agnès, jeune factrice à Auxerre, s’ennuie. Abandonnée enfant par un père énigmatique, mal aimée par sa mère qui ne s’est jamais remise de cette séparation, elle n’est pas bien dans sa peau. Un matin, par pure curiosité, elle subtilise une lettre qui l’intrigue… Que s’est-il passé dans sa tête ce jour-là, et qu’est-ce qui la pousse à continuer, semaine après semaine, à s’immiscer dans l’intimité d’une aventure épistolaire aussi intrigante qu’improbable?

A travers cette correspondance volée, Agnès va peu à peu s’ouvrir au monde et découvrir un lourd secret: le sien. Elle en sortira transformée. A la fois touchant, drôle, cruel, tendre et émouvant, le récit d’Agnès nous laisse appréhender les conséquences du manque d’amour et de confiance en soi.

Elle part de loin, Agnès!

Agnès est grosse, pas jolie, et pas du tout à son avantage. Elle se laisse aller, ne prend aucun soin d’elle-même et n’a absolument aucune confiance en elle. Elle est submergée par l’ennui de son quotidien et par sa solitude.

Elle vit dans un mal-être évident et permanent. Le père les a abandonnées, sa mère et elle. Et la mère, elle, ne lui a jamais donné d’affection que le minimum syndical, c’est-à-dire que dalle. Et elle a élevé sa fille dans la haine des hommes et la méfiance absolue de l’amour et des relations affectives en général. L’échec de la relation de ses parents rejaillit de façon directe sur Agnès, comme un uppercut.

Agnès est factrice. Et Agnès est gentille. Aussi est-elle un rayon de soleil quotidien pour un certain nombre de personnes à qui elle distribue le courrier et dont, de fait, elle connaît par cœur la vie et les habitudes. Mais un jour, Agnès s’apprête à distribuer son courrier comme chaque jour quand une enveloppe retient son attention.

Et c’est le début de la fin!

Voici un roman frais, drôle, limpide. Le constat sur Agnès, sur sa fragilité, sur sa dépendance aux beaux sentiments, est à la fois tendre, doux-amer, empathique. C’est à la fois futile, subtil et profond. Agnès, on a envie de la prendre dans ses bras, de la protéger. Agnès est imprévisible, têtue, tenace. Quand elle a une idée en tête… Mais Agnès est aussi fragile, émotive, en manque d’amour et de reconnaissance.

L’absence et le manque de l’autre creuse tout d’abord le désir, puis le désir non comblé se teinte de frustration, pour finir par ne porter que la couleur du ressentiment. Lorsqu’il se mue enfin en rejet, c’est qu’on a atteint l’ultime stade de protection face à ce vide qui nous a rongés.

Bref, j’ai passé un bon moment. J’ai beaucoup souri et ri aussi. Agnès, elle décoiffe! Merci aux Editions L’Astre Bleu de cette découverte.


QLV? #34: Nous sommes lundi, que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1792, à Paris, s’ouvrait le procès de Louis XVI; le député Robert Lindet présentait devant la Convention l’acte d’accusation contre Louis XVI qui comparaîtrait le lendemain.  Aujourd’hui, en 1948, l’ONU adoptait la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Aujourd’hui, en 1996, une nouvelle constitution était adoptée en Afrique du Sud, mettant fin à l’apartheid.

Aujourd’hui, en 1903, Pierre et Marie Curie recevaient le prix Nobel de physique.

Aujourd’hui, était décerné le prix Nobel de la paix à la Croix-Rouge (1917), à Aristide Briand et Gustav Stresemann (1926), à Albert Schweitzer (1952), à Martin Luther King (1964), à Mère Teresa (1979), à Lech Walesa (1983), à Desmond Tutu (1984), à Nelson Mandela et Frederick de Klerk (1993), à Kofi Annan et à l’Organisation des Nations Unies (2001), à Shirin Ebadi (2003), à Wangari Muta Maathai (2004), à Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee et Tawakkol Karman (2001), à Kailash Satyarthi et Malala Yousafzai (2014), à Denis Mukwege et Nadia Murad (2018).

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance d’Emily Dickinson.

Aujourd’hui, nous célébrons la disparition d’Alfred Nobel, d’Otis Redding.

Aujourd’hui, c’est la journée internationale des droits de l’homme (depuis 1950). c’est aussi la journée internationale des droit des animaux.

Aujourd’hui, nous sommes lundi! Que lisez-vous donc?

Pour ma part, je suis plongée dans le premier roman d’un auteur de chez moi:

 

 

 


Pour aller plus loin: La prosopagnosie

Suite à la lecture des Yeux de Slimane-Baptiste Berhoun

Qu’est-ce que c’est?

La prosopagnosie est un trouble de la reconnaissance des visages. C’est une agnosie visuelle spécifique rendant difficile ou impossible l’identification ou la mémorisation des visages. Le prosopagnosique arrive à reconnaître les personnes par d’autres biais: l’allure générale, la taille, la corpulence, une coiffure familière, une barbe, …

Le malade peut même être incapable de reconnaître son propre visage. Son acuité visuelle est normale, il peut décrire en détail un visage familier mais n’y associe pas d’identité de reconnaissance.

Lire la suite


2018/80: Anthologie Screampunk, chez Lune Ecarlate Editions

Univers steam – univers scream ? Les amateurs des deux trouveront leur compte dans cette anthologie où les héros tour à tour chtoniens, automates et humains se succèdent dans une heureuse mixité des genres.
Avec : Jason Roy, Soufiane Haddaoui, Éric Vial-Bonacci, Delphine Schmitz, Lizzie Delling, Ghaan Ima, Cédé, Annabelle Blangier

Quand ma copine Anne, qui officie chez Lune Ecarlate Editions, m’a dit qu’elle avait une anthologie Screampunk disponible en SP, j’ai dit ok, sans savoir du tout quoi est-ce donc?

Alors si comme moi, tu n’as jamais entendu parler de ceci, voici de quoi il s’agit: « Et si… »  Un mix aussi entre steam (vapeur) et scream (crier).

Ce recueil contient 8 nouvelles dont l’action se déroule dans un XIXè siècle dominé par la première révolution industrielle du charbon et de la vapeur. Il s’agit d’une uchronie située à l’époque victorienne. « Et si… » L’Histoire est revue à partir d’un évènement du passé qui va être modifié. Le punk est à comprendre ici par sa référence « no future ». L’idée d’un futur plutôt sombre, en somme.

 Bon, dans les grandes lignes, c’est ça… Un genre d’anticipation avec l’idée d’un futur sombre et qui prend racine à la fin du XIXè siècle, mettant en scène la première révolution industrielle et la machine à vapeur. L’unité de temps commune à cet univers est cet âge victorien mais dans une vision futuriste négative.

Tu trouveras donc ici des récits de genre thriller / horreur steampunk. Oui, je sais, ça fait un sacré mélange! Mais c’est dépaysant.

C’est assez éloigné des thrillers ou romans noirs habituels. Mais pour autant, l’état d’esprit est bien là.

Ce sont des nouvelles étonnantes et efficaces. Des nouvelles que finalement j’aimerais bien voir développées dans un format roman. Toutes. Car toutes recèlent les éléments d’un bon roman noir, et j’avoue que je me suis complètement plongée dans cet univers atypique, et j’aurais bien voulu y rester encore un peu.

Je n’en dis pas plus pour ne pas te gâcher la surprise. Pour ma part, j’ai fait une découverte pour le moins intéressante. Ce nouvel univers littéraire est pour moi attrayant et plein de découvertes. C’est étonnant et prenant.

Merci aux Editions Lune Ecarlate. Pour commander, en broché ou en epub, c’est là!

 


QLV? #33: Nous sommes lundi, que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1967, le chirurgien Christiaan Barnard réalisait la première transplantation cardiaque humaine, en Afrique du Sud.

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance de Joseph Conrad, de Denise Cerneau, de Diane Kurys.

Aujourd’hui, nous célébrons la disparition de Robert Louis Stevenson, de Pierre Auguste Renoir.

Aujourd’hui, c’est la journée internationale des personnes handicapées.

Aujourd’hui, nous sommes lundi! Que lisez-vous donc?

Pour ma part, je suis plongée dans: