Archives de Catégorie: Partenariats

2021/08: Ma grande voyageuse, Fragments, Jacinthe MAZZOCCHETTI

Ma grande voyageuse

« C’est étrange comme l’absence est envahissante. Lierres. Rosiers sauvages. Orties. Chardons. Ronces. Elle s’infiltre, brise les portes, les fenêtres. Ses tentacules forcent le passage. Détruisent. Pénètrent chaque fêlure. Impitoyable. »

« Je voudrais m’asseoir au coin d’un feu, maman et que tu sois là, que tu joues du piano. J’adorais ça. T’écouter jouer du piano. Que ta musique me berce. Me transporte. Me transperce. Tes doigts qui courent les notes. Et mes doigts après les tiens. »

Elle s’est réveillée avec cette urgence à poser des mots, avec ce besoin de raconter la banalité de l’absence. Ce non-sens qui obsède. Juste envie de lui écrire. Pour la retenir encore un peu. Pour lui dire au revoir, lui dire sa vie, son amour aussi. Et puis, peut-être, la laisser partir. Et réapprendre à sourire.

Service presse

Ce matin, maman, je me suis levée avec ce besoin de t’écrire. Une évidence. Un pas en avant. Le premier. Eclaircie dans le brouillard. T’écrire pour ne pas oublier. T’écrire pour rester en lien. T’écrire pour te raconter à tes petits-enfants. Pour moi aussi, me raconter des histoires pour mieux dormir.

Lire la suite


2021/07: Nanocop, J. KING

nanocop

Entrez dans l’univers des « experts » de demain… New York, 2028. John Curstin a un rêve : que tous les êtres humains vivent dans un monde meilleur. Un rêve après lequel il court en laboratoire, avec une abnégation sans faille. Alicia Parker, elle, enquête sur le terrain. Au quotidien, elle affronte la dureté de la vie, à une époque où la souffrance et la noirceur humaine n’ont jamais été aussi populaires. C’est dans ce New York sombre et défiguré, où la criminalité ne cesse d’augmenter, que leurs trajectoires vont se croiser. Deux personnalités bien différentes, que tout semble opposer. Sauf le désir de justice. La police scientifique s’apprête à basculer dans une nouvelle ère, êtes-vous prêt à l’accompagner dans ses tous premiers pas ?

Service presse

C’est Le Grand Jour pour John Curstin. Ce 4 janvier 2028, il présente à la Commission de Contrôle de la Recherche Scientifique le fruit d’années de labeur. Le projet de « nanopolice » baptisé « Nanocop ». Quoi est-ce? Des petits détecteurs, composés de nanocapteurs, capables d’analyser la composition chimique de l’air ambiant. Positionnés sur une scène de crime, ces « nez électroniques » déterminent l’ensemble des molécules chimiques gazeuses qui composent cet air, et peuvent donner de précieux éléments d’enquête.

Les criminels n’ont qu’à bien se tenir…

Lire la suite


2021/06: Voynich code, J. KING

B08GLWBTRK.01._SCLZZZZZZZ_SX500_

Chasseur d’énigmes, Joshua Mandley se voit confier la mission de décrypter le mystérieux manuscrit de Voynich. Mais son enquête prend très vite une tournure inattendue, qui le plonge dans un engrenage infernal. Avec son amie Meï Wang, professeure d’histoire, ils n’auront pas d’autre choix que de suivre un jeu de piste pour reconstituer un puzzle composé d’indices mystérieux. Des États-Unis à l’Europe, entre traque, menaces et révélations, nos deux héros vont exhumer des vérités cachées dont l’ampleur dépassera tout ce qu’ils avaient pu imaginer…
Êtes-vous prêt à embarquer pour un voyage sur les traces de secrets jalousement gardés ?

Joshua Mandley travaille à l’Institut des Nanosciences et de l’Archéologie, un centre de recherche archéologique à la pointe de la technologie. Ce soir-là, Joshua vient à son laboratoire déposer le trésor qui vient de lui être confié. En effet, il est allé chercher le manuscrit de Voynich sur le campus de l’université de Yale. Là où précisément, une heure plus tard, un étudiant est retrouvé pendu. Mais pas n’importe quel étudiant, et surtout celui avec qui Joshua a accepté de faire un selfie…

Tu le sens toi aussi que c’est le début des emmerdes?

Ben voilà! Lire la suite


2021/02: A l’ombre des saules en pleurs, Martine MAGNIN

9791030203264f

Pauline, la cinquantaine, coiffeuse dans une petite ville, est mariée à Antoine, plombier de son état, mais entomologiste et sculpteur sur métal d’insectes géants par passion. Un concours de circonstances va les conduire à devenir gardiens d’une petite résidence privilégiée sur l’Ile des Saules… Sur ce lieu plein de charme se trouvent sept demeures, pour sept familles. Les rencontres vont se révéler aussi savoureuses qu’inattendues, tandis que se succèdent au sein de cette joyeuse communauté petites victoires et gros chagrins.
Mais l’Ile des Saules leur réserve bien des surprises… Lorsque disparaît la petite Chloé, les saules seront seuls témoins silencieux de ce drame.

Une autre chronique que j’aurais dû faire il y a un an. Toutes mes excuses Martine!

Et c’est avec un plaisir non dissimulé que je me suis plongée dans ce nouveau roman de Martine MAGNIN, et que j’y ai retrouvé toutes les caractéristiques qui me font adorer sa plume, qu’elle nous livre un drame ou un récit plus léger: sa douceur, sa poésie, sa bienveillance.

Et d’autant plus que ce livre est une réécriture du tout premier roman que Martine a eu la gentillesse de me confier, Les Larmes des Saules, qui m’a aussitôt liée à elle. Mais il y a beaucoup plus dans ce roman-ci.

Nous sommes dans la région de l’Oise. Voici Pauline, coiffeuse, et son mari Antoine, plombier et, à ses heures, sculpteur passionné d’incroyables insectes en fil de métal.

Pauline a des envies de changement, et une formidable opportunité va se présenter sous la forme d’un poste de gardienne dans un lieu d’exception. Au sein de sa ville, une petite enclave, un îlot entouré par l’Oise, une résidence privée d’une sérénité sans pareil, où s’épanouissent sept familles. Un lieu envoûtant, hors du temps.

Lire la suite


2021/01: L’escalier: jusqu’au bout de ma promesse, Elisabeth LAFONT

Un chemin de vie pour une jeune femme promise à un bel avenir. Un escalier, une chute. Bascule ! Tout s’arrête ou devient différent pour elle. Dans ce témoignage, Elisabeth Lafont vous emmène avec elle, d’abord dans son passé, avant l’accident, puis dans son présent. En remontant dans son enfance, elle tente de découvrir des réponses à ses questionnements. Comment les autres ont-ils perçu la « petite dernière » de la famille ? Comment les a-t-elle perçus dans son coeur d’enfant qu’elle garde encore aujourd’hui ? Et comment l’ont-ils perçue et la perçoivent-ils encore après le drame ? Surtout après le drame… L’auteur se livre « corps et âme ». Fragilité et force se côtoient. Découragement et volonté se livrent bataille. L’autodérision, une plume légère, et voilà un témoignage où l’impossible devient possible. Condamnée, elle a bravé « l’escalier ». Elle a réussi à remonter les marches de sa vie. En est-elle pour autant ressortie indemne ? Elle a promis…

Pour cette première chronique de l’année, je vais te présenter un service presse que j’aurais dû chroniquer il y a un an (toutes mes sincères excuses Elisabeth…). Je vais commencer par pallier mes manquements.

Voici donc une fillette à l’enfance sucrée et heureuse, devenue une jeune femme accomplie, aimée et entourée. Et puis, un jour, ce bête accident: une chute dans un escalier qui va bouleverser sa vie et la laisser dans un fauteuil roulant sans aucune certitude de retrouver l’usage de ses jambes… Lire la suite


2020/06: La mémoire saisie d’un tu, Francis BEREZNE

41ZFHquzF+L._SX339_BO1,204,203,200_

Deux courts récits, l’un dense, chahuté, violent, l’autre où l’on entrevoit peut-être la sortie du tunnel… Le choc des souvenirs de l’hôpital psychiatrique: images de lieux, de corps mutilés, de visages éteints, relayées par les mots. Après le «tu» qui seul permet au narrateur d’établir la distance nécessaire au travail de la mémoire, reviennent la parole ou le «je» et une pensée qui vagabonde.

Partenariat

Je remercie Masse Critique de Babelio et les Editions La Chambre d’échos pour l’envoi de ce service presse.

Voici un livre très court, singulier, composé deux courts récits sur l’enfermement. Deux récits sur la folie dans le cadre d’unités psychiatriques. Très probablement largement autobiographique je pense. Ce récit est trop intime je crois pour n’être qu’une fiction. Lire la suite


2020/05: Le soleil noir de Ténérife, Gérard MULLER

Visuel-SNT-500x705

Fernando scrute son astre favori tous les jours à l’aide du grand télescope de Tenerife. Un beau matin, il y aperçoit une tache noire en son centre. Après avoir vérifié le bon fonctionnement de son instrument, il doit se rendre à l’évidence : la tache est bel et bien présente. Il a alors l’intuition qu’il pourrait s’agir d’une manifestation de la matière noire. Avec sa stagiaire Monica, son amant astrophysicien, et l’aide d’un mystérieux thésard chinois, ils vont s’évertuer à trouver l’origine de cette tache. Trou noir, matière noire, vaisseau spatial lancé au point de Lagrange par la Chine pour tenter de diminuer le flux solaire afin de ralentir le réchauffement climatique ? Pour Fernando, la matière noire viendrait d’autres univers qui déverseraient leur matière dans notre galaxie par les trous noirs. Les quatre astronomes vont tenter d’aller au bout de leurs recherches malgré l’incrédulité du milieu scientifique.

Partenariat. Merci aux Editions Lazare et Capucine pour l’envoi de ce service presse.

Quand Fernando constate l’existence sur le soleil d’une tache noire inexpliquée, il envisage toutes les hypothèses possibles. C’est le début pour lui et ses collègues les plus proches d’une enquête scientifique de grande envergure. D’énigmes en théories, ils vont considérer tous les possibles, étudier, tester, réfuter.

En toile de fond, les conditions de travail en observatoire et son fonctionnement global, la pression de la concurrence, un inconcevable droit à l’erreur, le peu d’espace laissé à la vie privée et amoureuse, la rigueur scientifique, la course à la découverte. Lire la suite


%d blogueurs aiment cette page :