Archives d’Auteur: Lysée

2018/08: Le photographe de Mauthausen, Salva RUBIO, Pedro J. COLOMBO, Aintzane LANDA

sans-titre.png

Et si le vol du siècle avait eu lieu… dans un camp de concentration nazi? En 1941, Francisco Boix, matricule 5185 du camp de concentration de Mauthausen, échafaude avec ses camarades un plan pour voler des photographies témoignant des crimes commis dans le camp et incriminant les plus hauts dignitaires nazis. Ce plan risqué n’est que le début de son périple pour révéler la vérité…

Voici un récit fort, basé sur des faits réels, même si les auteurs ont pris quelques libertés pour l’équilibre de leur récit. D’ailleurs, en fin de livre, on trouve un dossier rétablissant les faits et personnages historiques.

Cette BD retrace l’histoire de Francisco Boix, républicain espagnol exilé en France en 1939. il s’engage dans la Vè armée française dans les Vosges. il est alors fait prisonnier, avec 7000 de ses compatriotes. Considérés comme des prisonniers politiques, ils sont déportés à Mauthausen le 27 janvier 1941 (les deux tiers n’en reviendront pas). Photographe, il est affecté au service d’identification du camp.

Bien sur, à travers l’histoire de Francisco Boix est retracée la vie au camp. Les conditions de vie sordides, l’absence d’hygiène, la faim, la maladie, les exécutions, l’extermination par le travail, mais aussi le combat d’une poignée de prisonniers pour conserver des preuves des horreurs commises par les nazis dans ce camp.

C’est évidemment terrible et glaçant. Le récit reste très proche de la réalité historique. Cet album est un très bel hommage à la mémoire de Francisco Boix et ses codétenus.

 

Publicités

2018/07: Les contes d’Amy, Frédéric LIVYNS

amy-1ere-WEB-195x300.jpg

Tout commence par un petit cahier trouvé par hasard dans un asile désaffecté. L’inquiétude surgit au détoure d’un rapport psychiatrique qui laisse entendre que la petite Amy, la rédactrice de ces contes peu ordinaires, était perturbée mentalement. L’angoisse se matérialise sous la forme d’une affirmation: l’enfant a le pouvoir de vous faire vivre vos peurs les plus profondes. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, tous les gens qui vous entourent apparaissaient défigurés, brûlés? Quelle serait votre réaction si votre fille se liait d’amitié avec un ami pas si imaginaire que cela? Auprès de qui chercher de l’aide quand votre famille se fait déchiqueter sous vos yeux par les créatures qui se tapissent dans les ténèbres?

Lu juste avant Danse de sang, ce recueil a été une parfaite mise en bouche.

Si les sujets développés sont plutôt classiques, c’est bien écrit et ça se lit très facilement.

Coralie et son mari visitent un vieil asile désaffecté. Pendant que l’agent immobilier fait visiter les étages au mari, Coralie s’installe dans un bureau et fouille dans les vieilles archives oubliées. Elle tombe sur le dossier d’une fillette, Amy, la décrivant comme très perturbée. Le dossier contient le cahier d’Amy, dans lequel elle met en scène des personnes de son entourage dans des histoires tragiques… Mais ce qu’Amy écrit se réalise… Suit une série de nouvelles, les contes écrits par Amy…

Ces contes sont un peu oppressants, inquiétants, curieux, mais pas horrifiques. J’avoue que je m’attendais à quelque chose de plus stressant, à la lecture de la 4ème de couv. Pour autant, j’ai aimé le style et la fluidité de l’écriture.

Je crois qu’il serait intéressant de retrouver Amy dans un roman, son personnage alors plus travaillé, lui donnant plus d’ampleur et lui laissant le champ libre…

 


2018/06: Danse de sang, Frédéric LIVYNS

51Gp5vsmSPL__AC_US218_

Veuve depuis peu, Véronique a l’étrange sensation de toujours ressentir la présence de son époux. En cherchant des réponses à ses questions, elle va libérer un démon aussi ancien que le monde lui même: le Dévoreur. Elle seule peut mettre fin à cette vague de meurtres cruels qui s’abat sur la ville mais le temps lui est compté car, à chaque âme absorbée, le démon devient plus puissant. Un terrifiant thriller fantastique qui nous plonge dans l’univers du vaudou.

Le mari de Véronique décède subitement d’un accident de la circulation. Quelques temps après les funérailles, Véronique remarque des phénomènes étranges et parfaitement inexplicables. Elle commence à croire que son mari est encore là, près d’elle. Elle évoque ses soupçons à sa meilleure amie, qui l’emmène rencontrer un prêtre vaudou. Mais lors de la cérémonie, Véronique va malgré elle déroger aux règles élémentaires de cette pratique et de ce fait libérer l’un des pires démons qui soit: le Dévoreur…

Ce roman est une plongée dans l’univers du vaudou et de ses pires démons. C’est un roman très noir, glauque à souhait. Par différents écrits et films, j’ai découvert le vaudou comme un art de vivre, presque une philosophie. En tout cas, le vaudou recèle un patrimoine, une culture, des traditions bien ancrées. Ici, il dépasse le folklore habituel. Ici, il est présenté plus comme une religion avec ses rites sacrés spécifiques. Les protagonistes en font une pratique plus que sérieuse et en exposent tous les dangers.

Les scènes de meurtres sont …. dégueulasses, ignobles. Même moi, j’ai lâché un « beurk »… C’est dire! Ames sensibles, passez votre chemin, ce récit n’est pas pour vous. Il y règne une atmosphère violente, irrationnelle, surnaturelle parfaitement maîtrisée bien qu’impalpable. L’angoisse et l’horreur montent rapidement pour très vite atteindre des sommets. Les cadavres s’accumulent, les crimes sont d’une cruauté incroyable, il y a des litres d’hémoglobine et des tripes à l’air… C’est juste immonde.

Tout ça pour dire que j’ai adoré ce livre, ça fonctionne parfaitement. Si comme moi tu aimes les histoires très sombres et glauques, ce livre est fait pour toi.

Merci à Frédéric Livyns et aux Editions Lune Ecarlate.


2018/05: Derrière les portes, B.A. PARIS

derriere-les-portes

Jack est un homme charmant, un avocat brillant et un époux attentionné. Grace est une femme élégante, une maîtresse de maison talentueuse. Mais pourquoi ne la voit-on jamais sans son mari? Parfois, un mariage parfait cache un mensonge parfait. Et vous, connaissez-vous vraiment vos amis?

Voilà: Jack est un brillant avocat, habile défenseur des femmes battues, qui n’a jamais connu l’échec. Pour ne rien gâcher, il est aussi bel homme. Un dimanche, Jack rencontre Grace et sa sœur trisomique, Millie. Jack va courtiser Grace, qui va rapidement tomber sous son charme. Et puis, il la demande en mariage, après quelques mois seulement de relation. Grace accepte, trop heureuse que l’idée de devoir assumer Millie à sa majorité ne l’ai pas fait fuir. Grace aurait-elle rencontré l’homme parfait?

Ce thriller psychologique m’a complètement embarquée et m’a tenue en haleine jusqu’au bout. Si vous n’y trouverez pas un rythme effréné, la montée de la tension est palpable et très bien maîtrisée. Le stress, l’angoisse s’installent doucement pour mieux se refermer sur nous.

Car ce couple si parfait cache un lourd secret. Leurs connaissances les considèrent avec envie: maison magnifique, entente idyllique. Grace est un vrai cordon bleu. C’est une femme charmante et attentionnée. On ne la voit jamais sans son mari. Leur vie semble minutieusement calculée, les détails sont soignés, les soirées chez eux rigoureusement préparées. Pourtant, leur attitude n’interpelle personne. Seule Esther tique devant cette surprenante perfection.

Le récit est mené par Grace. Elle raconte son histoire en alternant des moments de sa vie aujourd’hui, et des chapitres de son passé qui vont nous montrer comment Jack a construit leur vie. C’est un vrai page-turner. C’est une histoire sombre et glaçante. J’ai tour à tour ressenti désarroi, consternation, confusion, effroi, découragement et espoir parfois quand même.

Un bon thriller.


Vu #2: Insidious

19720507

Synopsis:

Josh, son épouse et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l’aîné, Dalton, tombe dans ce qui semble être un coma suite à une chute d’une échelle dans leur grenier. Hospitalisé, les médecins sont incapables de définir les raisons de cet étrange état comateux. Josh et Renai le ramène donc à la maison et l’installe dans une chambre médicalisée. Très vite, une succession de phénomènes paranormaux débute, jusqu’à ce que Renai soit attaquée. La famille quitte donc cette maison maudite et ré-emménage dans leur ancienne maison. Mais Renai va vite se rendre compte que ce n’est pas la maison qui était hantée, mais bien Dalton. Une médium va tenter de leur venir en aide…

 

Film d’horreur / épouvante de James Wan, sorti en 2011 (interdit aux moins de 12 ans).

Principaux acteurs: Patrick Wilson, Rose Byrne, Ty Simpkins, Lin Shaye, Corbett Tuck.

Une atmosphère pesante et tendue évidemment. Le début de ce film n’est pas sans rappeler « Amityville », l’un de mes classiques. S’ils respectent les codes du genre (en mettant notamment en scène une jolie petite famille qui arrive dans une nouvelle grande maison), le réalisateur et le scénariste se font plaisir en ajoutant leur patte avec cette idée de voyage astral qui tourne mal, ce démon de derrière les fagots, …

On retrouve ici tous les clichés et les ficelles du genre. Si le début fonctionne correctement, respectant la montée progressive vers ce qui hésite entre la possession et le poltergeist, je dois admettre que le dernier tiers de ce film est plutôt fantasque. Les chasseurs de fantômes sont quelque peu caricaturaux et la medium… Elle m’a amusée.

Un film distrayant mais pas marquant.


2018/04: Ame à âme, Christian PERROT

51zpvmOQcWL

Un homme désespéré essaye de se suicider en se jetant du haut d’un toit. Par malchance, il fauche avec lui une âme innocente passant par hasard à cet endroit au mauvais moment.

Les deux êtres vont se retrouver intimement liés pour un bien étrange voyage aux confins de l’esprit et de la démence.

Ensemble, ils affronteront les plus horribles facettes de l’âme humaine jusqu’à l’ultime vérité, car, de cette rencontre fortuite, dépendra la vie de trois personnes diamétralement opposées…

A paraître le 15 février 2018.

Public averti, 18ans +

AVERTISSEMENT AU(X) LECTEUR(S)

Ce roman est particulièrement angoissant, voire profondément dérangeant par les thèmes qu’il aborde : la mort, la haine, le meurtre, les violences sexuelles et morales. De nombreuses scènes psychologiquement et moralement éprouvantes attendent le lecteur.

En vertu de quoi, cet ouvrage est fortement déconseillé aux enfants et aux adolescents pouvant se voir choqués. Parents, merci de prendre garde à ne pas laisser ce livre entre les mains des plus jeunes.

John est au bout du rouleau. Il a tout perdu. Sa femme et ses enfants sont décédés dans un accident de la route. Ensuite, tout s’est délité, sa vie est partie à vau-l’eau: il perd ses amis, sa famille, son travail, son logement. Alors John a pris une décision: il en a fini avec la vie. Le roman s’ouvre sur son suicide: il se jette du toit d’un immeuble de cinq étages.

Mais voilà: au même moment passe un piéton. Pas de bol, hein! John va tomber sur Nathalie. Le choc est bien sur d’une extrême violence. Quand John « se réveille », il ne sait pas où il est ou ce qu’il est. Est-il mort? A-t-il survécu? Est-il dans le coma? Sous médicaments à l’hôpital? Et la jeune femme qu’il a percuté?

Pendant un temps, leur âmes vont se rencontrer. Et la surprise va être de taille…

C’est… particulièrement sombre et glauque, glaçant. C’est un récit très dur, cru. un récit percutant et très dérangeant. En effet, il évoque le suicide, le meurtre mais surtout les violences tant sexuelles que morales. Les scènes décrites soulèvent le cœur. Ames sensibles s’abstenir!

Je ne sais pas trop comment définir ce roman, roman d’épouvante, d’horreur, mais pas que. Il ouvre une porte terriblement morbide sur la folie humaine dans ce qu’elle peut recéler de pire.

Au départ, on se croit un peu dans un récit fantasmagorique, on s’imagine devant la porte des enfers. Avant de réaliser ce que l’auteur dévoile. Nous sommes plongés dans les profondeurs les plus noires de l’âme. Y règnent la perfidie, l’horreur, le machiavélisme, l’abjection, l’ignominie, le dégoût, l’écoeurement mais aussi un petit peu quand même l’empathie et l’héroïsme.

Bref, j’ai adoré!


2018/03: Hasard, Sofia PEREZ

24232239_1518834998153677_5112395501209021635_n

« Hasard » tente de démontrer que l’attirance entre deux personnes n’en est jamais le fruit. Elle décrit l’intensité et le mouvement d’une relation entre deux femmes, une émulsion qui révèle progressivement un véritable secret.

La narratrice de cette nouvelle fait la rencontre de Frédérique sur son lieu de travail. Cette femme est sure d’elle et intelligente, elle capte l’attention de ses collègues sans s’en rendre compte. Elle exerce une fascination irrésistible sur la narratrice. Cette dernière pressent que Frédérique n’est pas tout à fait cette personne confiante, audacieuse qu’elle paraît être.

Il y a chez Frédérique un petit quelque chose qui la rend envoûtante, magnétique. C’est sur ce petit quelque chose, sur cette sensation, que va se tisser le lien étroit qui va unir les deux femmes. Un lien instantané, et qui va vite devenir exclusif, absolu.

Pourtant ce n’est pas l’amour qui les relient, comme on pourrait le croire. Non, il y a autre chose. Frédérique est mariée et mère de famille. La narratrice a une compagne. Chacune mène sa vie de son côté.

L’écriture est fine, on sent la narratrice s’aliéner dans cette relation avant d’enfin comprendre ce qui les rapproche toutes les deux. On sent les regards extérieurs peser sur elles. On sent les jugements, les reproches, la désapprobation. Et puis, Sofia Perez nous confie ce qu’elles ont senti l’une chez l’autre. Ce qui a motivé cette surprenante attirance, cette projection de l’une vers l’autre.

Une très jolie nouvelle, captivante, presque fascinante. Malgré la souffrance évidente, Sofia Perez ne juge pas, ne culpabilise aucune des parties., bien au contraire. Une nouvelle à lire, puis à relire avec les derniers éléments appris; elle prend alors une autre dimension.

Merci Sofia.