Archives de Tag: Thriller

2017/64: Seul à savoir, Patrick BAUWEN

Un message mystérieux sur Facebook et le passé de Marion resurgit. Meurtres, coups de théâtre, faux-semblants et, au bout d’un jeu de piste infernal, la plus incroyable des révélations: le secret de Nathan Chess, l’homme que Marion n’a jamais pu oublier… Recherches médicales de pointe, argent sale, nouvelles technologies: une intrigue à couper le souffle, où s’entrelacent amour et suspens, signé Patrick Bauwen.

Contactée sur Facebook par un certain « Troyen », Marion va être entraînée  à la recherche de Nathan, un brillant chirurgien dont elle était amoureuse, mystérieusement disparu 15 ans plus tôt. Disparition dont elle ne s’est jamais remise. Le Troyen va lui dire qu’elle peut sauver Nathan si elle obéit strictement à ses ordres…

Un thriller efficace, au rythme enlevé. Une lecture plaisante, mouvementée, malgré quelques incohérences. Des personnages qui auraient mérité d’être un peu plus travaillés, bien qu’ils soient plutôt attachants. Il y a un petit côté road movie dont je ne sais trop quoi penser.

Bref, un moment de lecture agréable.

 

Publicités

2017/63: L’héritage de Lizie, Lawren SCHNEIDER

Lizie est une jeune journaliste parisienne menant une vie ordinaire jusqu’au jour où un inspecteur d’Interpol l’avertit que son demi-frère Matthieu est en réalité à la tête d’un des plus gros réseaux de trafic de stupéfiants de l’Ouest américain. Les autorités le soupçonnent même de vouloir enlever Lizie. Le monde s’écroule autour d’elle: pourquoi lui voudrait-il du mal? qui est donc véritablement celui pour qui elle avait tant d’admiration? De Paris à Las Vegas, Lizie va découvrir le vrai visage de celui qu’elle croyait connaître et n’en sortira pas indemne…

Une découverte de plus! Je ne connaissais pas Lawren Schneider.

Ca se lit bien et les personnages sont plutôt sympathiques.

Pour autant, je crois que je suis passée complètement à côté de ce roman. Il y a là un côté blockbuster qui m’a vraiment gênée. Cette histoire serait plus adaptée à un scénario hollywoodien qu’à un roman je trouve.

Tout ça est un peu emmêlé. Les relations familiales, la jeunesse de Matthieu, son présent, son réseau, et Lizie au milieu de tout cela. L’évolution de certains liens est très prévisible. Quant à l’histoire elle-même, c’est trop ou trop peu: trop de poudre aux yeux et d’illusions, trop peu de suspens. L’idée de départ n’était pas mauvaise mais aurait du être un peu plus creusée.

Ce livre me laisse incrédule, trop d’effets pour trop peu de résultat. Dommage.

 


2017/58: Serre-moi fort, Claire FAVAN

« Serre-moi fort ». Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d’abord. Marqué par la disparition de sa sœur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l’incertitude et l’absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l’Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.

Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l’enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d’une rare violence…

Un excellent roman noir.

Lana disparaît. Ce jour-là, la vie de Nick bascule. Comme celle de ses parents. Sa mère sombre dans la dépression, tandis que son père se met à boire, avant de se relever et de se lancer avec son mari sur la trace du tueur de leur fille. Avec acharnement.

Nous allons vivre la traque de l’intérieur de la famille. D’abord la déchéance suite à la disparition et au fait de plus en plus tangible, le temps passant, de la mort de leur fille adorée. La préférée des deux enfants. Celle dans laquelle résidaient tous les espoirs des parents. Nick… Ben il devra faire avec et se débrouiller pour continuer à vivre sans eux. Puis la recherche inlassablement du moindre indice, de la plus petite miette à suivre pour dénicher un nouvel élément qui permettrait de retrouver son corps et savoir enfin ce qui lui est arrivé. Et faire leur deuil.

Bref, un scénario qui fonctionne à la perfection, un roman efficace dans lequel on s’enfonce dans la perfidie.

Un très bon moment de lecture.

 


2017/56: Trois jours et une vie, Pierre LEMAITRE

A la fin de décembre 1999, une surprenante série d’évènements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien.

J’adore Pierre Lemaître. Et tout autant la série des Verhoeven que le magistral Au revoir là-haut.

Cette fois-ci, il d’agit d’un one-shot. Mais parfaitement maîtrisé.

En effet, tout commence par la mort du chien. Qu’Antoine n’arrive pas à appréhender. Et c’est à partir de là que tout va déraper. Evidemment. Ce n’est pas sa faute après tout. Enfin, pas entièrement.

Nous allons entrer dans la tête et la vie d’Antoine, que rien ne prédestinait à vivre ces évènements, encore moins à les provoquer. Alors, quant à parler de les contrôler…

Des personnages à la fois attachants et perturbants, qu’on se prend à plaindre et à détester tour à tour. Un roman sombre, mais très bien écrit. Impossible à lâcher avant la fin. Bref, je ne suis pas déçue, je reste fan.

 


2017/50: Les mères, Samantha HAYES

Birmingham, Angleterre. Enceinte, Claudia se met en quête d’une nanny pour son futur bébé et pour garder les jumeaux que son mari, souvent absent, a eu d’un premier mariage. Zoé Harper, charmante jeune femme aux références impeccables, s’impose comme la perle rare et s’installe chez eux. Mais, très vite, Claudia se met à nourrir des soupçons sur cette employée idéale. Pendant ce temps, la tension monte aussi en ville, où l’inspecteur Lorraine Fisher enquête sur le meurtre atroce d’une femme sur le point d’accoucher. Et quand une deuxième, puis une troisième femme enceinte sont tuées, la tension se transforme en terreur…

J’ai beaucoup aimé ce thriller, très bien ficelé, très bien mené. Je dois admettre que Zoé m’a fait flipper. Au point de dévorer ce roman pour savoir son secret.

Eh bien, surprise! Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Arrivée à la fin, j’avais un peu les nerfs en pelote. La tension monte crescendo et le suspens perdure jusqu’à la fin.

Un scénario qui fonctionne parfaitement, même si j’ai un peu de mal à crocher au personnage de Lorraine.

Un bon premier roman donc, une auteure à suivre.

 


2017/48: Le piège du silence, Rachel ABBOTT

Abby, 14 ans, est percutée en pleine nuit par une voiture et laissée pour morte. Le lieu: une petite route qui mène au village de Little Melham. Que faisait la jeune fille seule à cet endroit? Ellie et son mari étaient sur cette route au moment du drame. Mais pas ensemble… Comme d’autres habitants du village cette nuit-là, ils ont de sombres secrets à cacher. Léo, la sœur d’Ellie, a bien envie d’en savoir plus. De même que Tom Douglas, policier en congé qui vient d’emménager. Mais à Little Melham, la vengeance, la folie et la mort rôdent…

Une lecture facile et fluide.

Cependant, je reste sur ma faim. Je trouve le 4ème de couv plus alléchant que ne l’est finalement l’histoire. Un rythme plutôt lent, une écriture fluide donc mais des rebondissements que l’on voit venir. Peu de suspens à mon goût.

Une déception pour moi.

 


2017/46: Potens, Ingrid DESJOURS

Club de surdoués ou rassemblement de détraqués? La frontière paraît bien fine pour Garance Hermosa. La psycho-criminologue a infiltré Potens, une confrérie de génies, pour résoudre un crime. Celui de Charlotte, membre du cercle, ébouillantée puis poignardée à mort. Mais Garance joue un jeu dangereux. Ces hauts QI excellent dans l’art de la manipulation, de l’intimidation et du chantage. Et la jeune femme garde en elle certains souvenirs douloureux qui pourraient bien la faire couler à pic. Car au club Potens, l’intelligence est plus affûtée qu’une lame de couteau.

Voici un bon thriller comme je les aime: mené de main de maître par une auteure à la plume acérée, haute tension, rythme soutenu, palpitant à fond… Encore une fois, nous voici plongés dans une histoire sombre, dans un cercle de génies plus pourris les uns que les autres. C’est à qui mènera les autres. Tous assoiffés de pouvoir, rompus aux pratiques douteuses, à la manipulation… Mais peut-on finalement être sûr de qui est le meneur et qui est le mené? Ah ah…

Bref, encore un bon moment de lecture passé avec Ingrid Desjours. J’aime beaucoup sa plume affutée, ses histoires entraînantes. Encore un thriller mené savamment, j’adore!