Archives de Catégorie: Thriller

2019/47: Les lumineuses, Lauren BEUKES

  • Presses de la Cité
  • ISBN: 978-2258101255
  • 360 pages, 22€

Elle a survécu. Il pensait l’avoir tuée. Elle veut se venger. Il va la retrouver.

1931, Chicago. Traqué par la police, Harper Curtis, un marginal violent, se réfugie dans une maison abandonnée. A l’intérieur, il a une vision : des visages de femmes, auréolés de lumière. Il comprend qu’il doit les trouver… et les tuer. Dans sa transe, Harper découvre que grâce à cette demeure, il peut voyager dans le temps. Débute alors sa croisade meurtrière à travers le XXe siècle : années 1950, 1970, 1990… D’une décennie à l’autre, il sème la mort sur son passage, laissant en guise de signature des indices anachroniques sur le corps de ses victimes. Mais l’une d’elles survit aux terribles blessures qu’il lui a infligées. Et va tout faire pour le retrouver.

Un peu particulier ce thriller…

Lire la suite

2019/43: En apnée, Sylvain PAVLOWSKI

Paris est en proie à une crue sans précédent, bien pire que celle de 1910. La Seine monte, inexorablement, menaçant de tout emporter, face à des pouvoirs publics impuissants, incapables d’éviter la destruction de la Capitale, et à une population désemparée qui cède à la panique. Dans ce contexte de chaos imminent, Pauline Rougier, commandant de Police, de retour à la Brigade criminelle, se trouve propulsée dans une enquête politico-financière après l’assassinat retentissant d’un banquier de premier plan en plein centre de Paris, tandis que Jack Campbell, journaliste au Times de passage à New York, découvre un lien entre cette affaire parisienne et le suicide du PDG d’une start-up de Manhattan. Au cours de cette enquête, de pressions politiques en poursuites meurtrières, Pauline et Jack devront trouver les ressources nécessaires pour déjouer les menaces qui pèsent sur eux et sauver leurs vies. Entre illuminés sectaires, trafiquants de cryptomonnaies, blanchiment d’argent sale et ex-officiers du KGB, toutes les pièces d’un puzzle complexe se mettent en place dans ce troisième opus mené tambour battant. En Apnée, la troisième enquête de la série « Commandant Pauline Rougier » est un roman dense et puissant dans lequel le suspense monte au rythme implacable des eaux de la Seine.

D’abord, je remercie l’auteur de m’avoir proposé son roman en service presse.

Je ne connaissais jusque là ni Sylvain Pavlowski ni Pauline Rougier. Voici donc une lacune qui vient d’être comblée. Et comme ce roman est le troisième de la série, il va vite falloir que je me mette à jour de ses précédentes aventures…

Lundi 1er mars. Pauline Rougier reprend le chemin du 36 après un long arrêt de travail. A peine arrivée tombe déjà une affaire, et pas des moindres! Un corps a été retrouvé en plein milieu du jardin du Palais-Royal, salement torturé. Pauline et son collègue, François Delmas, vont devoir marcher sur des œufs pour résoudre ce meurtre abominable. D’autant que la victime est loin d’être un inconnu…

Lire la suite

2019/42: Le onzième châtiment, Tristan MARCO

« Qui oserait envisager qu’une poignée d’individus arrogants et cupides puissent jouer avec le destin des peuples comme on joue à la dinette? »

Cassius Belly est vivant. La nouvelle suscite à ce point l’inquiétude qu’elle réunit en urgence dans un motel miteux du Nevada le chef d’une importante agence de renseignement américain, une éminente chercheuse en immunologie et un haut fonctionnaire suisse. Vingt ans qu’ils ne s’étaient pas revus. Vingt ans qu’ils le croyaient mort. Le doute qui se distille en eux comme un poison va les contraindre à revisiter un passé que tous s’étaient juré de ne jamais déterrer. Entre le Congo Belge de 1958 et le Paris des années 80, les pièces du puzzle s’assemblent, laissant entrevoir les contours d’une chimère. Lorsque la vérité menace de sortir de l’ombre, lorsque les histoires d’amour sont à ce point contrariées, chacun doit faire face à ses démons, ses incohérences et ses faiblesses.

D’abord, je remercie vivement Tristan de m’avoir confié son manuscrit que j’ai donc pu découvrir en bêta lecture. D’abord parce que Tristan est un copain de la sphère facebookienne, et ensuite parce que c’est un très bon roman. Si, si, je te jure!

Lire la suite

2019/38: Une cruelle absence, Jenny BLACKHURST

Une enveloppe glissée sous la porte de Susan. A l’intérieur, la photo d’un petit garçon et son nom: Dylan. Pourtant, l’enfant est mort depuis 3 ans. Elle a été accusée d’avoir tué son fils. Susan a purgé une peine de 3 ans de prison pour le meurtre de son bébé. Pourtant, elle n’a aucun souvenir du drame. Et si Dylan était encore en vie? Bientôt d’autres évènements étranges se produisent, puis Susan reçoit des menaces. Vengeance ou manipulation? Qu’est-il vraiment arrivé à Dylan? La jeune femme fera tout pour le découvrir, malgré l’inconnu qui la terrorise et la traque

Susan Webster a payé sa dette: elle a été incarcérée pour le meurtre de son bébé de trois mois. Meurtre dont elle n’a aucun souvenir. Alors qu’elle essaie de se reconstruire dans l’anonymat d’un petit village, elle reçoit un matin à sa porte une enveloppe contenant une photo de son fils. Bien vivant…

Lire la suite

2019/37: Fantazmë, Niko TACKIAN

  • Editions Le livre de poche
  • ISBN: 978-2-253-23753.2
  • 288 pages, 7,70 €
  • Pour le commander: librairiesindependantes.com, chez ton libraire.

Janvier 2017, Paris, XVIIIe arrondissement. Le corps d’un homme atrocement mutilé est retrouvé dans une cave. Le commandant Tomar Khan pense d’abord à un règlement de comptes. Le genre d’affaire qui reste en suspens pendant des années, se dit-il. Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt une rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, un « spectre » en albanais, qui s’en prend à la pègre.

Avec cette enquête troublante, Tomar Khan plonge dans des zones d’ombre où s’affronteront inévitablement son devoir de policier et ses sentiments d’être humain.

Assan revend des cigarettes de contrebande pour un Algérien qui s’en met plein les poches. Il vient d’entrer dans le métro et attend sa rame. Il remarque alors une silhouette proche de lui, au visage parfaitement camouflé. Les sens d’Assan sont immédiatement en alerte et il tente de s’échapper du métro. Mais l’inconnu est trop rapide…

Tomar Khan et son équipe sont appelés sur une scène de crime, dans les sous-sols d’un immeuble. Un genre de no man’s land consciencieusement évité par les habitants, dans une cave duquel a été retrouvé un corps méconnaissable…

Voici un thriller efficace! C’est très noir. C’est glauque et sordide. L’atmosphère est oppressante. Le rythme est soutenu, on ressent parfaitement les nerfs qui se nouent, la peur, l’angoisse. On voudrait fuir cette angoisse qui nous fait suffoquer. Pousser les murs, les parois du crâne de Tomar, partir vite.

J’ai beaucoup aimé, le récit est prenant, l’intrigue captivante et les personnages attachants. Niko Tackian nous traine dans les bas-fonds parisiens. Et il ne va rien nous épargner… Oui, c’est très violent, mais c’est très bien écrit.

C’est aussi un constat cash et sans concession de notre société. Il aborde beaucoup de choses dans ce roman, de nombreux traumas: les attentats de 13 novembre 2015, les trafics en tous genres, l’esclavagisme moderne, les migrants et les problèmes posés par leur accueil. Il parle du peuple kurde et des atrocités vécues. Il parle de combat pour la dignité et pour la liberté. Il parle de personnes qui ont tout perdu, qui ont vécu l’horreur, qui sont traumatisées, qui n’ont plus grand chose à attendre de l’Autre.

Il parle de vice, de cruauté, d’une violence inouïe. Il parle aussi de maltraitance, de violence conjugale, d’addiction, de résilience. D’une très difficile résilience.

Mais il évoque également une main tendue, une humanité défaillante mais pas irrécupérable, l’espoir. Un combat inégal, un idéal auquel se raccrocher, la possibilité d’une lueur crevant les ténèbres. La possibilité d’un mieux. 


2019/31: Les évaporés, Thomas B. REVERDY

  • Editions J’ai Lu
  • ISBN: 978-2-290-09353-5
  • 317 pages, 7,20 € en poche
  • Pour le commander: Amazon, chez ton libraire.

319GrBzR7BL__SX307_BO1,204,203,200_

Ici, lorsque quelqu’un disparaît, on dit simplement qu’il s’est évaporé. Personne ne cherche à le retrouver, pas de crime pour la police, honte et silence du côté de la famille. Sans un mot, Kase un soir a disparu. Comment peut-on s’évaporer si facilement sans laisser de trace ? Et pour quelles raisons ? C’est ce que cherche à comprendre Richard B., venu au Japon afin d’aider Yukiko à retrouver son père. Pour cette femme qu’il aime encore, il mène l’enquête dans les quartiers pauvres de Sanya à Tokyo. Ce roman profondément poétique allie découverte du Japon, encore bouleversé par la catastrophe de Fukushima, et réflexion sur notre désir, parfois, de prendre la fuite.

Richard se rend au Japon, apporter son aide à Yukiko. Le père de cette dernière, Kazehiro, s’est évaporé. Et elle va tout tenter pour le retrouver. Une nuit, Kaze a tout abandonné: sa vie, sa maison, sa femme. Il est parti dans la nuit pour ne jamais revenir.

Le Japon et sa culture sont fascinants, n’est-ce-pas? Tellement éloignés de nos habitudes. Nous allons ici être projetés dans un pan méconnu des « coutumes » japonaises. En toile de fond, l’après Fukushima. Ce désastre est omniprésent. Et aussi, une certaine fascination de Richard pour cette culture qu’il ne maîtrise pas vraiment.

Une narration rythmée et plutôt dense. Un scenario bien ficelé et efficace. Un sujet tout à fait tangible et toujours d’actualité. Choc culturel, choc émotionnel, l’absence qui emplit tout l’espace… Et puis, au lendemain du tsunami, la gueule de bois est raide, et la mafia en profite. Ne dit-on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres? La mafia fait main basse sur la gestion de cet après-catastrophe, et s’en donne à cœur joie! Au moins, tout le monde n’a pas tout perdu…

Une fois encore, la misère s’avère rentable. Ce thriller est aussi un roman social. Thomas B. Reverdy y dévoile tout un pan obscur directement issu de l’exploitation du malheur, de la détresse, et de la mort qui rode toujours.

 


2019/30: Orphelins de sang, Patrick BARD

  • Editions Points Policier
  • ISBN 978.2.7578.2894.6
  • 419 pages. 7,90 €
  • Pour le commander: Amazon, chez ton libraire

On ne compte plus les cadavres à Ciudad de Guatemala. Et quand une femme est retrouvée vivante, c’est son bébé qui a disparu. Excellent sujet d’enquête pour Victor Hugo Hueso, officier des pompiers municipaux qui rêve de devenir journaliste. Loin de là, en Californie, un couple en mal d’enfant tombe sur une annonce attrayante: « Adoptez au Guatemala. Temps d’attente moyen: entre un et quatre mois. »

Nous voici jetés en plein cœur d’un bidonville, à Ciudad de Guatemala. Ses habitants, leur lutte quotidienne pour survivre, la misère, la violence, l’espoir, la peur, …

Au milieu de tout ça, Victor Hugo fait ce qu’il peut, engagé au service communication des pompiers municipaux, qui font ce qu’ils peuvent avec le peu de moyens dont ils disposent. Victor Hugo rêve de devenir journaliste. Mais pour ça, il faudrait qu’il ait un bon sujet à exploiter…

Aux Etats-Unis, Katie et John accusent le nouvel échec d’une nouvelle fécondation in vitro. Rien n’y fait, ils ne seront donc pas parents. Et puis, ils voient cette petite annonce, qui promet une adoption sure, en un temps record. Tout est question de prix…

Encore un thriller glauque à souhait. L’Amérique toute puissante et moralisatrice. L’exploitation de la misère. Cette histoire prend aux tripes. En tant que parents, elle te retourne l’estomac. En tant qu’humain, elle te percute de plein fouet. En aucun cas, elle ne peut laisser indifférent.

L’écriture est sans compromis, incisive, percutante, cash. Le scénario est très réaliste et très efficace. D’autant que l’on sait tous les horreurs qui sont perpétuées dans ces régions miséreuses au bénéfice des Occidentaux aisés.

Un roman noir et dur, qui va ébranler ton petit cœur.


%d blogueurs aiment cette page :