Archives de Catégorie: Thriller

2019/31: Les évaporés, Thomas B. REVERDY

  • Editions J’ai Lu
  • ISBN: 978-2-290-09353-5
  • 317 pages, 7,20 € en poche
  • Pour le commander: Amazon, chez ton libraire.

319GrBzR7BL__SX307_BO1,204,203,200_

Ici, lorsque quelqu’un disparaît, on dit simplement qu’il s’est évaporé. Personne ne cherche à le retrouver, pas de crime pour la police, honte et silence du côté de la famille. Sans un mot, Kase un soir a disparu. Comment peut-on s’évaporer si facilement sans laisser de trace ? Et pour quelles raisons ? C’est ce que cherche à comprendre Richard B., venu au Japon afin d’aider Yukiko à retrouver son père. Pour cette femme qu’il aime encore, il mène l’enquête dans les quartiers pauvres de Sanya à Tokyo. Ce roman profondément poétique allie découverte du Japon, encore bouleversé par la catastrophe de Fukushima, et réflexion sur notre désir, parfois, de prendre la fuite.

Richard se rend au Japon, apporter son aide à Yukiko. Le père de cette dernière, Kazehiro, s’est évaporé. Et elle va tout tenter pour le retrouver. Une nuit, Kaze a tout abandonné: sa vie, sa maison, sa femme. Il est parti dans la nuit pour ne jamais revenir.

Le Japon et sa culture sont fascinants, n’est-ce-pas? Tellement éloignés de nos habitudes. Nous allons ici être projetés dans un pan méconnu des « coutumes » japonaises. En toile de fond, l’après Fukushima. Ce désastre est omniprésent. Et aussi, une certaine fascination de Richard pour cette culture qu’il ne maîtrise pas vraiment.

Une narration rythmée et plutôt dense. Un scenario bien ficelé et efficace. Un sujet tout à fait tangible et toujours d’actualité. Choc culturel, choc émotionnel, l’absence qui emplit tout l’espace… Et puis, au lendemain du tsunami, la gueule de bois est raide, et la mafia en profite. Ne dit-on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres? La mafia fait main basse sur la gestion de cet après-catastrophe, et s’en donne à cœur joie! Au moins, tout le monde n’a pas tout perdu…

Une fois encore, la misère s’avère rentable. Ce thriller est aussi un roman social. Thomas B. Reverdy y dévoile tout un pan obscur directement issu de l’exploitation du malheur, de la détresse, et de la mort qui rode toujours.

 

Publicités

2019/30: Orphelins de sang, Patrick BARD

  • Editions Points Policier
  • ISBN 978.2.7578.2894.6
  • 419 pages. 7,90 €
  • Pour le commander: Amazon, chez ton libraire

On ne compte plus les cadavres à Ciudad de Guatemala. Et quand une femme est retrouvée vivante, c’est son bébé qui a disparu. Excellent sujet d’enquête pour Victor Hugo Hueso, officier des pompiers municipaux qui rêve de devenir journaliste. Loin de là, en Californie, un couple en mal d’enfant tombe sur une annonce attrayante: « Adoptez au Guatemala. Temps d’attente moyen: entre un et quatre mois. »

Nous voici jetés en plein cœur d’un bidonville, à Ciudad de Guatemala. Ses habitants, leur lutte quotidienne pour survivre, la misère, la violence, l’espoir, la peur, …

Au milieu de tout ça, Victor Hugo fait ce qu’il peut, engagé au service communication des pompiers municipaux, qui font ce qu’ils peuvent avec le peu de moyens dont ils disposent. Victor Hugo rêve de devenir journaliste. Mais pour ça, il faudrait qu’il ait un bon sujet à exploiter…

Aux Etats-Unis, Katie et John accusent le nouvel échec d’une nouvelle fécondation in vitro. Rien n’y fait, ils ne seront donc pas parents. Et puis, ils voient cette petite annonce, qui promet une adoption sure, en un temps record. Tout est question de prix…

Encore un thriller glauque à souhait. L’Amérique toute puissante et moralisatrice. L’exploitation de la misère. Cette histoire prend aux tripes. En tant que parents, elle te retourne l’estomac. En tant qu’humain, elle te percute de plein fouet. En aucun cas, elle ne peut laisser indifférent.

L’écriture est sans compromis, incisive, percutante, cash. Le scénario est très réaliste et très efficace. D’autant que l’on sait tous les horreurs qui sont perpétuées dans ces régions miséreuses au bénéfice des Occidentaux aisés.

Un roman noir et dur, qui va ébranler ton petit cœur.


2019/28: D’autres Horizons, Tan HAGMANN et Angie LE GAC

  • Auto-édition
  • ISBN: 978-2490869190
  • 281 pages, 18€ (4,99€ en format Kindle)
  • Pour le commander: Amazon.

514pF7wP4xL__SX331_BO1,204,203,200_

Lorsqu’Andrew, architecte à l’avenir prometteur, commet un faux pas en mêlant vie sentimentale et affaires, il se retrouve parachuté à Madagascar pour superviser la construction d’une école de brousse. Loin de Seattle, il vit mal son exil et ne s’acclimate ni au pays ni à ses habitants. Sa rencontre avec Tiana, un jeune autochtone venu de la capitale pour alphabétiser des adultes, est explosive. Si le maire du village n’y prend pas garde, ces deux-là pourraient bien finir par s’entretuer… À moins que Jean de Dieu, un gamin fragile à l’imaginaire très développé, ne parvienne à les réconcilier? Embarquez pour D’autres Horizons, et vivez avec Andrew le choc des cultures et la découverte d’un monde qui le transformera à jamais.

Tout d’abord, je remercie La Voie de Calliopé, Conseil littéraire bénévole, et les deux auteures de leur confiance.

A Seattle, Andrew Justin Turner, dit A.J., est un architecte de 38 ans ambitieux, qui a le vent en poupe. Mais voilà, à refuser toute attache et à n’avoir que des amants d’une nuit, il commet un faux-pas. Son dernier amant en date, le fils d’un gros client de son cabinet, n’apprécie pas d’être aussi vite expédié. Scandale… Alors, pour essayer de calmer le jeu, son patron va le mettre un temps sur la touche. Il l’envoie alors à Madagascar, où Andrew représentera son cabinet dans un projet de mécénat: construire un collège à Belo-sur-Mer. Pour Andrew, c’est le début du cauchemar.

A Tananarive, Tiana, 26 ans, se remet en question. Il n’a pas réussi à percer dans la chanson. Il se cherche. Bref, ça ne va pas fort pour lui. Alors, il décide de se mettre au vert. Pour cela, il s’engage dans un programme d’alphabétisation pour les habitants de Belo-sur-Mer.

Fatalement, Andrew et Tiana vont se rencontrer. Pour le meilleur ou pour le pire?

Son débarquement à Tananarive, puis son voyage et son arrivée à Belo, vont être un violent choc culturel pour Andrew! Pur produit de notre société de consommation, où toute activité est régie par son rendement, hypocondriaque et narcissique, Andrew se voit parachuté dans un autre monde! Ici, point de coca, de hamburgers, ou de pharmacie à portée de main… Il va se heurter de plein fouet au rythme de vie local.

L’arrivée d’Andrew va aussi être un choc pour Tiana, déjà en poste à l’arrivée de l’Américain. Qu’est-ce que c’est que cet homme arrogant, tout le temps pressé, suant et agité, irrité d’un rien? S’où sort-il celui-là, à crier sur tout le monde, se prenant pour un nabab? Ca lui fait tout drôle, à Tiana. Parce qu’à Belo, la vie se déroule sur un autre rythme. Il y avait Hakuna matata, à Belo, c’est moramora (comprendre: doucement et pas trop vite)… Ici, les gens n’ont pas reçu d’instruction, ils n’ont presque rien. Ils vivent du peu que leur environnement leur donne, ils sont solidaires et s’entraident comme ils le peuvent. Ici, c’est rustique et rudimentaire. Et ici, le quotidien est porté par les croyances et traditions.

Andrew, lui, traduit ce mode de vie simple d’une toute autre façon: dépit, renoncement, capitulation, inertie. Tout l’énerve. Y compris Tiana, doux rêveur, même s’il le trouve extrêmement sensuel et attirant. Tiana qui est là pour accomplir une mission qui lui tient à cœur: « faire pousser des ailes à tous ces oubliés du monde ».

Il s’agit d’une romance, tu l’auras compris, mais pas que… C’est la rencontre de deux êtres que tout sépare. C’est la rencontre de deux mondes que tout oppose. C’est la rencontre de Madagascar, de ses habitants, de sa culture et de ses traditions. C’est l’évocation du choc des cultures bien sûr, mais aussi de la tolérance, de la recherche d’identité, de l’acceptation de soi. On parle amour, amitié, respect, don de soi, empathie.

Le style est fluide, agréable, plein d’humour. L’écriture est fraîche et légère, même familière, sur le ton de la discussion, avec une touche d’insouciance.

Une très agréable découverte. Une réussite.

 


2019/27: Les visages de Dieu, MALLOCK

  • Editions Pocket Thriller
  • ISBN: 978-2266236775
  • 432 pages, 7.50 €
  • Pour le commander: Les Libraires, Decitre, chez ton libraire.

Le désespoir et la mort constituent son quotidien. Pour le commissaire Mallock, les hommes sont abandonnés de Dieu. Et ce ne sont pas les visions qui l’habitent qui vont l’en dissuader. Ni cette cruelle affaire du Maquilleur, qu’il semble être le seul à pouvoir élucider.
Les cadavres – œuvres d’art monstrueuses – que sème aux quatre coins de Paris ce tueur en série hors norme seraient-ils des reproductions corrompues d’images pieuses ? Pense-t-il, à travers ces mises en scènes macabres, parcourir son chemin de croix vers la rédemption ?
Comme si le Diable cherchait son Salut. Comme si, derrière l’horreur, se cachait le visage de Dieu…

C’est la première fois que j’ouvre un Mallock. Le premier de la série. La première enquête du commissaire Amédée Mallock. Et pas la dernière!

Un tueur sadique, Le Maquilleur, laisse derrière lui des scènes de crime réfléchies, pensées, mises en scène. Mais très peu d’indices. Aussi la police piétine-t-elle. Lire la suite


2019/26: Dernière fenêtre sur l’aurore, David COULON

  • Editions ActuSF.fr
  • ISBN: 978-2-917689-82-0
  • 247 pages, 8 €
  • Pour le commander: ActuSF Editions, chez ton libraire.

51209

« Tu n’avais que 18 ans, Aurore. Le bel âge. L’âge horrible où l’on se rend compte qu’il faudra bien mourir, un jour. »
La brigade des mineurs l’a usé. Les morts de sa femme et de sa fille l’ont détruit. A à peine trente-cinq ans, Bernard Longbey n’est plus que l’ombre de lui-même. L’abîme s’ouvre un peu plus sous ses pas quand il se retrouve à enquêter sur l’assassinat d’une jeune .étudiante
La connaissait-il? Et pourquoi un détective privé est chargé de le surveiller, lui? Tout est en place. L’enfer peut se déchaîner. 

Je dis peut être une bêtise, mais il me semble qu’il s’agit du second roman de David Coulon, qui a depuis brillamment récidivé.

Le récit s’ouvre sur la mort d’Aurore Boischel, 18 ans, la gorge tranchée, dans le studio qu’elle louait dans une résidence étudiante pourtant bien tenue de Bois-Joli, en banlieue parisienne. Les policiers de Bois-Joli vont donc hériter de l’affaire… Patrick Belley, appelé sur la scène de crime, a la surprise d’y trouver déjà son collège Bernard Longbey. Patrick, séducteur, homme à femmes, à la forte libido. Bernard, qui pourrait être l’égal de Patrick, s’il n’avait perdu pied suite à la perte brutale de sa femme et de sa fille. Lire la suite


2019/19: A jamais tu obéiras, Koethi ZAN

Jeune, jolie et brillante, Julie a tout pour elle. Jusqu’au jour où elle est kidnappée sur le parking de la gare. Son ravisseur est le type même de psychopathe dont on découvre régulièrement les exploits macabres dans les journaux. Mais il n’agit pas seul. À côté de lui, solide comme un roc, il y a sa femme, Cora. Elle n’est pas là pour apporter du réconfort aux victimes. Sa fonction est tout autre… Soumises toutes les deux aux abus d’un homme machiavélique et pervers, Julie et Cora deviennent l’une pour l’autre un objet de haine et de fascination. Mais parviendront-elles pour autant à s’unir contre le mal ?

Julie est une étudiante sérieuse, intelligente, jolie. Elle est kidnappée sur le parking de la gare. Son ravisseur va la séquestrer chez lui, et elle ne sait pas ce qu’il prévoit de faire d’elle. A sa surprise, l’homme n’est pas seul. Il est épaulé par son épouse, Cora, qui lui est entièrement dévouée. Cette dernière devra faire contre mauvaise fortune bon cœur. C’est Cora qui doit prendre soin de Julie pendant les absences de James. Qu’elle soit d’accord ou pas.

Lire la suite

2019/17: Un fond de vérité, Zygmunt MILOSZEWSKI

Dans toute légende, dit-on, il y a un fond de vérité. À Sandomierz, sage bourgade de la province polonaise, on ne croit plus depuis longtemps que les Juifs enlèvent les enfants catholiques pour les vider de leur sang. Quoique… La découverte d’une jeune notable devant l’ancienne synagogue, égorgée suivant le rituel de l’abattage casher, réveille anciennes croyances et vieux démons… À charge pour le procureur Teodore Szacki, fraîchement divorcé et exilé de la capitale, de trouver la vérité.

Il égratigne la bonne société polonaise, Zygmunt! Et pas qu’à moitié!

Lire la suite