QLV? #19/46: Nous sommes lundi! Que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1804, a lieu en la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence du pape Pie VII, du corps diplomatique et de sa famille, le sacre du Premier consul Napoléon Bonaparte et de son épouse Joséphine de Beauharnais.

« Le Sacre de Napoléon » par David (1807)

Aujourd’hui, en 1901, King Camp Gillette faisait breveter le rasoir jetable.

Aujourd’hui, en 1949, était adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui.

Aujourd’hui, en 1983, nous restions tous scotchés devant nos écrans: nous découvrions le clip de Thriller de Michael Jackson.

Aujourd’hui, en 1999, une équipe internationale de chercheurs décryptait la structure d’un chromosome humain.

Aujourd’hui, en 2005, (2005!!), les députés belges approuvaient la proposition de loi accordant le droit à l’adoption aux couples homosexuels.

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance de Georges Seurat, de Maria Callas, de Philippe Etchebest. Nous célébrons aussi la mémoire de Herman Cortes, d’Edmond Rostand, de Romain Gary.

Aujourd’hui est la journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, commémorant l’adoption en 1949 par l’Assemblée générale des Nations unies de la Convention pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui

Aujourd’hui, nous sommes lundi. Que lisez-vous?

Pour ma part, je suis plongée dans:


2019/56: Un si joli village, Kay MITCHELL

Aux yeux du visiteur non averti, Little Henge ressemble à ces milliers de villages anglais bien tranquilles. Le pasteur y croise la postière, l’épicier salue ses clientes fidèles et tout ce petit monde semble destiné à couler des jours paisibles. Mais au pub du village, les langues se délient plus souvent qu’à leur tour. Après quelques pintes, chacun livre avec satisfaction des informations sur la vie privée de son voisin. Et c’est tout bénéfice pour les bavards quand un ragot salé agrémente la conversation. Justement, un mari infidèle vient d’être séduit par la femme fatale du village. Il n’en faut pas davantage pour secouer ce si joli village et conduire un de ses paisibles concitoyens au meurtre…

Branle-bas de combat ! Les habitants de Little Henge s’unissent pour contrer le maire qui souhaite transformer l’ancienne carrière en site d’ensevelissement des déchets. Lors d’une réunion du comité de protestation, Helen Goddard voit la sulfureuse Marion Walsh s’assoir à côté de son mari, Robert, et lui faire du genou. Bien sûr, cela n’échappe pas à Betty Hartley et à Ida Hodge, les deux commères du village. D’ailleurs, Betty en a à raconter à Ida, elle qui fait le ménage chez Mme Walsh…

Ce matin-là, debout devant sa fenêtre pendant que coule le café frais, Helen contemple la maison de sa rivale en contrebas. Elle songe à la liaison que Robert entretient avec Marion. Après être allée acheter des timbres, Helen prend le chemin du retour. Elle passe devant le presbytère et la maison de Marion Walsh, devant laquelle elle s’arrête, désemparée. Bien sûr, Betty et Ida n’ont pas manqué de remarquer cet arrêt impromptu… Helen finit par s’assoir sur le banc en haut de la colline et observe le village. Le pasteur se rend à l’église, Ida rentre chez elle et Betty se rend chez Marion Walsh prendre son service.

Au poste de Malminster, l’inspecteur principal John Morrissey et le sergent Barrett sont mandatés à Little Henge. Le corps de Betty Hartley vient d’être retrouvé. Absorption massive de cyanure. Le lait était empoisonné…

Lire la suite

2019/55: Si tous les dieux nous abandonnent, Patrick DELPERDANGE

Aux abords d’un village isolé dans la campagne, Léopold, un veuf qui ne tient plus à la vie que par habitude, recueille sur une route Céline, une femme perdue qui marche dans le froid. Mais Céline est en fuite et repart à la première occasion. À peine s’engage-t-elle sur la route que deux chiens enragés l’attaquent. Dans la lutte, elle blesse mortellement l’un d’eux. Son propriétaire, Josselin, un simplet pétri de fantasmes religieux, devient obsédé par Céline. Alors que le passé de Léopold brouille sa raison et que celui de Céline menace de la rattraper, Josselin manigance pour écarter le vieillard et s’emparer de la jeune femme…

Ce jour-là, en plein hiver, le vieux Léopold s’arrête pour prendre en stop une jeune femme perdue dans cette arrière campagne. Céline n’a nulle part où aller, elle se dit qu’elle trouvera bien une auberge où se poser une nuit dans le patelin voisin. Finalement, le vieux Léopold lui offre de l’héberger.

Ce soir-là, pas très loin de là, deux frères sont attablés. Maurice rumine : Madeline s’est tirée avec le barman du Moonlight. Josselin écoute son frère éructer, le regarde monter en pression.

Le lendemain, Céline reprend la route mais est rattrapée par une tempête de neige. Elle tente sans succès de se protéger quand elle entend des aboiements. Deux molosses apparaissent dont l’un l’attaque. Elle se défend avec une branche, lui en donne un coup sur le crâne et un second sur l’épaule quand l’animal revient à la charge. Le chien finit par s’en aller, mais Céline a une belle morsure et elle s’effondre. Heureusement que Léopold passait justement par-là !

Lire la suite

2019/54: Paname underground, ZARKA

Love Hôtel de la rue Saint-Denis, Afghans du square Villemin, Belleville des lascars, la Chapelle des toxicos, backroom sordide de Montparnasse, QG des fachos de la rive gauche, combats clandestins à porte d’Aubervilliers… Où s’arrête le réel, où commence la fiction ? Alors que l’auteur enchaîne les rencontres et les substances pour raconter le off de la capitale, il est victime d’une tentative de meurtre. La virée se transforme en spirale de défonce et de vengeance.

Si tu aimes le roman noir et glauque, tu vas être servi !

Tu connais déjà une facette de Paris : les paillettes, les monuments, les musées et leurs œuvres uniques, … Le Paris touristique, les caractéristiques de chaque quartier, le cachet de la butte Montmartre, la beauté de Notre-Dame (enfin, jusqu’à ce qu’elle brûle), la gouaille de Pigalle, …

Maintenant, voici le Paris de Zarca. Un Paris underground, tu l’auras deviné, n’est-ce pas ? Un tour des bas-fonds et de ses populations. De leurs particularités aussi. Le Paris des truands en tous genres, des toxicos, de la prostitution. Le Paris de la débauche, des miséreux et autres galériens.

Lire la suite

QLV? #19/45: Nous sommes lundi! Que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1910, la condamnation à la peine de mort de Jules Durand, syndicaliste libertaire français, fait de lui la victime d’une erreur judiciaire connue sous l’appellation « d’affaire Dreyfus du monde du travail ».

Aujourd’hui, nous célébrons la naissance d’Adrienne Bolland, de Léon Zitrone, de Percy Sledge. Nous célébrons aussi la mémoire de Roger Lanzac.

Aujourd’hui est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Aujourd’hui, nous sommes lundi. Que lisez-vous?

Pour ma part, je suis plongée dans:


QLV? #19/44: Nous sommes lundi, que lisez-vous?

Aujourd’hui, en 1852, ouvrait rue de Sèvres à Paris le premier grand magasin, Le Bon Marché, fondé par Aristide Boucicaut.

Aujourd’hui, en 1908, Jean Jaurès tenait son discours contre la peine de mort.

Aujourd’hui, en 1928, « Steamboat Willie » était projeté pour la première fois, marquant la naissance officielle de Mickey Mouse.

Aujourd’hui, en 1978, avait lieu le suicide collectif de la secte du Temple du Peuple, provoquant 914 morts au Guyana. Aujourd’hui, en 2016, une juridiction anglaise publiait pour la première fois l’autorisation de cryogéniser une Britannique.

Aujourd’hui, nous célébrons la mémoire d’Alphonse Allais et de Marcel Cerdan.

Aujourd’hui, nous sommes lundi. Que lisez-vous?

Pour ma part, je suis plongée dans:


2019/53: Frère d’âme, David DIOP

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

Prix Goncourt des Lycéens 2018

Mademba est grièvement blessé lors d’un assaut. Trop grièvement pour s’en sortir. Alors, il supplie Alfa de rapidement mettre fin à ses souffrances. Mais Alfa ne pourra pas. Mademba est son « presque frère », il ne peut pas lui ôter la vie.

Cette tragédie va faire basculer Alfa. Il a survécu à son « presque frère ». Alors il est envahi de culpabilité, de colère et de rage.

Incapable de faire face à cette tragédie, il va l’exorciser à sa façon. Il devient un mort vivant. Son corps est là, sur le champ de bataille, mais son âme n’est plus. Alors, il devient un redoutable et effroyable soldat. Plus de pitié, plus d’émotions. Un automate. Il fait des descentes entre les lignes ennemies, il torture à mort un ennemi et revient avec sa main tranchée.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :