2016/16: Vilaines filles, Megan ABBOTT

517LSLeU29L__SX195_Addy et Beth sont inséparables, dures à cuire et invincibles. Elles ont un physique parfait: jambes galbées, ventre plat, maquillage irréprochable. Membres de l’équipe de pom-pom girls du lycée, elles suscitent à la fois l’admiration et la crainte. L’arrivée d’une nouvelle coach, tout aussi belle et intimidante, va bouleverser l’ordre établi de ce petit royaume bien organisé. Rapidement, les filles tombent sous sa coupe, prêtes à tout pour obtenir ses faveurs. Mais un jour, la coach va trop loin… et Addy – la narratrice – va pénétrer malgré elle dans un monde impitoyable où seules règnent la manipulation, l’ambition et la jalousie. Roman sombre et hypnotique, Vilaines filles plonge le lecteur dans l’univers trouble des rivalités adolescentes, des relations toxiques et du désir féminin.

Bienvenue dans l’univers impitoyable de ces garces de cheerleaders!

Compétition, concurrence, jalousie. Entrainement, efforts, souffrance. Boulimie ou anorexie.  Sensualité exacerbée, sexualité à fleur de peau, provocations, corps parfaits, 16 ans. Le quotidien des cheerleaders.

Bon il faut dire qu’on reste enfermé dans ce monde bien particulier qu’est celui de cette équipe et de leur entraineuse. On ne sort pas du cercle des pom-pom girls. Du gymnase au jardin de la coatch… Rien de ce qui se passe en dehors de leur monde ne transparait, rien en dehors des entrainements et de leurs rivalités. Elles sont odieuses, cruelles et manipulées.

Je reste sur une impression mitigée. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, pourtant je ne suis pas non plus emballée. Les adolescentes sont froides, manipulatrices, calculatrices, de vraies garces. Comme leur coatch d’ailleurs, un personnage tout aussi manipulateur et calculateur, qui n’hésite pas à entrainer « ses filles » dans sa chute. L’ambiance est malsaine, glauque. Chacun essaie d’avoir le dessus sur l’autre, chacun trame ses petits complots pour s’élever et briller.

J’ai trouvé certains passages un peu longs. Pour autant, ça n’a pas été une lecture désagréable. Il faudra que je lise La fin de l’innocence pour me faire une idée plus précise.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :