No et moi, Delphine DE VIGAN

9782253124801-001-T

« Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur. » Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes. Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Mais nul n’est à l’abri…

Voilà un petit livre qui prenait depuis longtemps la poussière dans ma PAL. A tort.

Les deux personnages principaux sont tellements touchants. L’apparence forte et sans faille de No, sa liberté, sa déchéance aussi, ses failles, ses faiblesses, sa fragilité. La ténacité, l’obsession de Lou, sa faculté de s’accrocher et d’y croire coûte que coûte, son amitié infaillible. Leur amitié inconditionnelle, leur amour vivace et entier. L’adolescence, quoi.

Un petit livre coup de coeur, lu d’une traite. Un sujet difficile, mais traité sans aucun préjugé ni clichés. Au contraire, l’écriture y est subtile et douce, par le regard de la jeune Lou.

A lire et que je ferai assurément lire à mon ado.

« On est capable d’envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l’espace, d’identifier un criminel à partir d’un cheveu ou d’une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations. On est capable de laisser mourir des gens dans la rue. »

« On est capable d’ériger des gratte-ciel de six cents mètres de heut, de construire des hôtels sous-marins et des îles artificielles en forme de palmiers, on est capable d’inventer des matériaux de construction « intelligents » qui absorbent les polluants atmosphériques organiques et inorganiques, on est capable de créer des aspirateurs autonomes et des lampes qui s’allument toutes seules quand on rentre chez soi. On est capable de laisser des gens vivre au bord du périphérique. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :