Archives de Tag: Thomas Bouchet

2018/27: De colère et d’ennui, Paris chronique de 1832, Thomas BOUCHET

51q1Q6efweL__SX195_.jpg

J’ai beaucoup de choses à te dire à propos de ce livre qui m’a passionnée. Cette chronique est un peu longue, alors voici le 4ème de couv qui te donnera peut être envie de lire la suite.

Tu trouveras à la fin de cette chronique un rappel du contexte historique et social, un peu long c’est vrai, mais après tout, tu n’es pas obligé d’aller jusque là… Sinon, remercie moi de pallier tes lacunes.

1832: Tandis que Paris vibre, vacille et gronde sous les coups redoublés de l’épidémie et de la guerre des rues, Adélaïde s’ennuie. Elle frémit dans son salon à la lecture des journaux, se délecte du chocolat que sa domestique lui rapporte de chez Marquis, s’émerveille en recluse des oiseaux du Jardins des Plantes où elle vit, loin des barricades où Gavroche meurt. Emilie se bat et débat du côté de Ménilmontant et dans les cafés enfumés pour faire entendre la cause féministe chez les saint-simoniens. Louise, marchande ambulante du centre de Paris, atteinte du choléra puis soupçonnée d’avoir participé à l’insurrection, est sans cesse contrainte de faire face – au commissaire, au juge, au médecin, au directeur de sa prison. Lucie enfin, la mystique, jouit en son corps et du corps de Jésus derrière les murs d’un couvent, puis le choléra l’emporte. C’est dans la compagnie des archives que Thomas Bouchet a pratiqué jusqu’ici son travail d’historien. Il s’appuie cette fois, en outre, sur les ressources de la fiction. Les quatre voix qu’il entrelace composent une histoire sensible et sociale. Son texte met les sens en éveil; dans le Paris de naguère, il donne chair à des visions du monde, à de douces rêveries, à d’intolérables douleurs. Lire la suite


%d blogueurs aiment cette page :