Archives de Tag: Michel Bussi

2016/46: Maman a tort, Michel BUSSI

9782266265843

Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant… Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul. Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Ils ne tiennent plus qu’à un fil. Le compte à rebours a commencé. Qui est vraiment Malone?

Eh ben, il a fait couler de l’encre celui-ci! J’en ai vu passer des avis sur ce bouquin. Il m’a même été plusieurs fois conseillé. Donc voilà, c’est fait, je l’ai lu!

Donc, voici Malone, un bambin de trois ans et demi. Malon détient une vérité: sa maman n’est pas sa vraie maman. Personne ne prête réellement attention à cet enfant à l’imagination débordante. Sauf Vasile, le psychologue scolaire. Car Vasile va attentivement écouter ce que dit Malone. Et selon lui, il y a urgence à démêler l’écheveau de cette histoire, car la mémoire d’un enfant de cet âge est éphémère. Bientôt, très bientôt, Malone aura tout oublié.

Et de là, nous allons découvrir une histoire « familiale » bien compliquée. Les parents de Malone sont-ils finalement bien ses parents? Tous les éléments mis à jour par l’administration scolaire tendent à le prouver. Pourtant, il a bien un lien entre cet enfant et l’enquête que Vasile mène sur lui et les investigations menées par la commandante Augresse. Mais lequel? Que vient donc faire cet enfant dans cette histoire?! De quoi s’arracher les cheveux! Beaucoup de rebondissements, des informations finement distillées, comme toujours.

La conclusion n’est pas tout à fait celle que j’attendais mais c’est le propre de Michel BUSSI de toujours réussir à nous mener en bateau et à surprendre son lecteur jusqu’à la dernière page. C’est aussi pour ça qu’on l’aime, hein? Du bon polar, tendance thriller.

 


2016/18: Gravé dans le sable, Michel BUSSI

41+OTL1Yk4L__SX303_BO1,204,203,200_

Quel est le prix d’une vie? Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune. Alice, sa fiancée, n’a rien à perdre lorsque, vingt ans plus tard, elle apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky. De la Normandie aux Etats-Unis, elle se lance en quête de la vérité et des témoins de l’époque… au risque de réveiller les démons du passé.

Un régal que ce livre!

Donc, Lucky et 187 autres de ses jeunes camarades vont devoir prendre d’assaut une plage normande. Mais voilà: les Allemands ont construit un mur sur cette plage pour enrayer toute tentative d’invasion. La première mission des jeunes américains sera donc d’amener de l’explosif au pied du mur pour créer une brèche, afin que les soldats puissent envahir les lieux, escalader la falaise et tuer l’ennemi. Pour cela, le commandement a décidé d’une stratégie: les soldats tireront chacun un numéro pour déterminer qui ira en premier, second, troisième, etc… sous la mitraille porter et poser l’explosif devant le mur. Le numéro 4 est un bourgeois qui n’a pas réussi à éviter l’armée et qui tient à sa peau au point de lancer une proposition incroyable. Echanger son numéro. 10 000 dollars par numéro de d’écart. Lucky, lui, a tiré un numéro très éloigné. Montant du contrat: 1 million de dollars. Lucky meurt sous les balles, comme l’un des deux témoins. Le second témoin sera blessé et laissé pour mort, recueilli par une famille du cru, il y restera. Numéro 4 rentrera sain et sauf aux Etats-Unis.

20 ans après, à l’occasion d’une commémoration, Alice, la fiancée de Lucky, apprend l’histoire. Bien sur, elle n’a jamais vu la couleur du million. En mémoire du Lucky, elle va courir après la vérité et faire payer le couard qui a acheté la vie de son homme…

J’ai littéralement dévoré ce roman. Il est tellement prenant! L’histoire est tragique, pourtant ce roman n’est pas sombre ni glauque. Au contraire, j’ai trouvé les personnages d’Alice et de Lison lumineux. La scène du débarquement est saisissante, celle de Lucky courant vers le mur puis vers ses compagnons de malheur est bouleversante. On imagine, forcément, ce qui s’est passé là-bas, même si notre imagination ne pourra jamais être à la hauteur de l’horreur que ces hommes ont vécu. J’aime de plus en plus Michel Bussi, la fluidité de son écriture, sa maîtrise du suspens et des rebondissements. Il me faut absolument Maman a tort

 


Nymphéas noirs, Michel BUSSI

51iPCvTW8eL._SY344_BO1,204,203,200_

Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent: l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au coeur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé….

Excellent…

Très bien construit, je me suis laissée mener par ce roman, et laissée abuser. Emportée par l’histoire, j’ai mis un bon moment avant d’entrevoir le lien reliant les trois personnages principaux. C’est très bien mené, efficace. Il y a là une mise en abîme qui va me faire relire ce livre je pense, avec du coup une perspective différente. L’histoire y prendra une toute autre tournure. Un peu comme dans « 6ème sens ». Je ne sais pas si vous avez vu ce film, mais quand on arrive à la fin et que tout prend forme, la première chose que l’on fait c’est de le regarder une seconde fois, avec un nouveau regard. C’est pareil ici. Avec en toile de fond, Giverny, son histoire, Monet et les Impressionnistes. On y apprend en plus un certain nombre de choses.

Donc voilà, c’est alambiqué et subtil, et très prenant.

J’avais eu du mal avec le premier titre que j’ai lu « Ne lâche pas ma main », qui m’avait laissé une impression mitigée. Mais depuis, je deviens fan.

 

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel

 


N’oublier jamais, Michel BUSSI

9782266254571

A Yport, parti courir sur la plus haute falaise d’Europe, Jamal a d’abord remarqué l’écharpe, rouge, accrochée à une clôture. Puis la femme, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Jamal lui tend l’écharpe comme on tend une bouée. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît le corps inerte de l’inconnue. A son cou, l’écharpe rouge. Tout le monde pense qu’il l’a poussée. Il voulait simplement la sauver. C’est la version de Jamal. Le croyez-vous?

J’ai beaucoup aimé.

Jamal s’entraîne sur les falaises. Ce matin-là, il assiste à un suicide. Il tente de dissuader la jeune fille de sauter, lui lance une écharpe trouvée là, mais…. Quand il la trouve 120 mètres plus bas sur les galets, l’écharpe est enroulée autour de son cou. Hors, comment aurait-elle pu enrouler cette écharpe à son cou pendant les 4 secondes qu’ont duré sa chute s’il ne lui avait pas lui-même mise? Les deux témoins qui se trouvaient sur la plage ne lui sont d’aucune aide. Les policiers appelés sur les lieux éliminent dès les premières constatations l’hypothèse du suicide. Les insinuations pleuvent lors de la prise du témoignage de Jamal. Bien sur, on le suspecte… D’autant plus que le cas n’est pas sans rappeler cet autre meurtre, il y a 10 ans.

Tout au long du livre, on se noie avec Jamal. Jusqu’à la fin, on ne sait pas s’il va s’en sortir ou pas. Et puis, finalement, serait-il coupable? Après tout, quelle autre explication à ces coïncidences? J’ai entendu dire que le hasard n’existe pas…

Les rebondissements et le suspens sont là. C’est très bon. Et la conclusion est excellente.

Et puis bon, ça se passe pas loin de chez moi…

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel


Un avion sans elle, Michel BUSSI

9782266252713

23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ? Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné. Il ne reste plus qu’un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité.

Très bon. J’ai d’ailleurs préféré celui-ci que « Ne lâche pas ma main ».

Impossible de lâcher ce livre. C’est très bien écrit et le suspens tient jusqu’à la fin. Au fil du récit, on finit par se forger une conviction, on sait qui est Lylie, évidemment. Entre les actes de ses possibles parents, ceux du frère officiel et ceux de la sœur potentielle. Sans parler de la longue enquête menée par Crédule. Eh bien non. Ce ne sera forcément pas ce que tu crois. Bon, je ne te cache pas qu’on devine quand même le fin mot de l’histoire avant les dernières pages. Mais pour autant, cela n’enlève rien au plaisir de cette lecture.

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel


Ne lâche pas ma main, Michel BUSSI

9782266244381

Un couple d’amoureux dans les eaux turquoises de l’île de La Réunion. Farniente, palmiers, soleil. Un cocktail parfait. Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de six ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu: la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l’île, est lancée.

Tu t’en doutes, ce n’est pas aussi simple que ce qui est décrit là.

Dans l’ensemble, c’est une bonne intrigue, pleine de rebondissements. Peut être même un peu trop. C’est parfois un peu tiré par les cheveux, les coups de théâtre sont par moment un chouïa improbables. Bref, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Il se passe toujours quelque chose. Bien sur il ne faut pas se fier aux apparences et les relations entre chacun des personnages sont pour le moins ambigües. Mais malgré les invraisemblances, j’avais envie de connaître le dénouement retenu par l’auteur.

Et quand l’intrigue se ralentit un peu, on découvre la Réunion et ses habitants. Les paysages ont juste l’air magiques.

J’ai plutôt bien aimé. Je me lancerais bien dans les Nymphéas noirs ou dans N’oublier jamais. Faut voir…

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel