Archives de Tag: kidnapping

2016/37: Loin de Margaux, Karine LEBERT

loin-de-margaux

Juin 1940. La famille Saurel prend la route de l’exode. Echappant à la vigilance de ses parents, la petite Margaux est kidnappée par Clémence, une jeune femme en mal d’enfant. Commence alors pour elles une fuite interminable sur les routes de France. Tout d’abord terrorisée, Margaux finit par accepter son sort, sans pour autant oublier sa vraie famille. Les Saurel trouveront-ils assez de force pour survivre et retrouver leur petite fille en ces heures sombres de l’Occupation?

C’est l’exode. Le couple Saurel et leurs trois enfants finissent par quitter leur foyer et se retrouvent sur les routes au milieu de dizaines d’autres familles. Et puis, il y a ce bombardement. Chacun tente de se mettre à l’abri comme il peut et de sauver sa peau. C’est alors que Margaux échappe à sa mère. Une fraction de seconde. C’est à ce moment précis que Margaux croise la route de Clémence, qui ne s’est jamais remise du décès de sa fille. Une fraction de seconde. Clémence ne réfléchit pas plus que cela, elle saisit l’opportunité qui lui est offerte d’être à nouveau mère. L’enfant est très jeune, elle oubliera les siens, se dit-elle. Une fraction de seconde et Margaux n’est plus là.

C’est l’Occupation, c’est la débâcle. Les gendarmes ont autre chose à faire que de monopoliser des forces pour rechercher la petite fille. Il y a bien une enquête d’ouverte et les riverains vont être rapidement interrogés, mais… Et puis c’est la guerre, la famille Saurel est juive, ils vont être rattrapés par les nazis. Finalement, il se pourrait que Margaux doive la vie à Clémence et à son geste fou.

On suit les recherches effrénées de la famille Saurel pour retrouver Margaux d’un côté, et la vie de Margaux avec Clémence de l’autre. La fin est attendue et très prévisible. Voici un roman qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais qui se lit facilement. Pas d’un grand intérêt à mon sens. L’Histoire n’est qu’une toile de fond à l’histoire de Clémence et Margaux et est très survolée. J’ai trouvé que cela donnait un côté un peu bâclé à l’histoire. Disons que tout est là pour faire un très bon roman mais on passe à côté. Les éléments du récit s’enchainent sans être approfondis, le récit n’est pas motivé, les enchaînements tombent à plat. En fait, c’est ça, on survole tout, y compris l’histoire.

Pas de surprise donc. Je reste sur ma faim.


2016/10: Famille parfaite, Lisa GARDNER

aa 003

Les Denbe semblaient sortir des pages des magazines glamour: un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston… une vie de rêve. Jusqu’au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d’effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l’enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait donc bien cacher une existence en apparence aussi lisse? 

Voici donc une famille parfaite, comme l’indique le titre. De prime abord.

Justin, Libby et Ashlyn Denbe disparaissent tous les trois. Pratiquement aucun indice. Pas de mobile. Qui voudrait s’en prendre à cette famille idéale? Bien évidemment, on va s’apercevoir que derrière les apparences lisses de cette belle famille, parfaite incarnation du rêve américain, chacun cache ses petits secrets. Ils sont surs de se connaître sur le bout des doigts alors que finalement aucun ne sait rien ou presque des autres. C’est limite même s’ils arrivent encore à se supporter. Bien sur, les illusions font s’effriter, les évidences se fissurer. Et certaines vérités vont surgir. Le confinement et la proximité jouant sur leurs nerfs, l’heure des règlements de compte va sonner.

L’écriture est fluide et agréable. On devine assez rapidement le pourquoi du comment, même si au départ, même si je tenais certains aboutissements, je ne les avais pas attribués au bon personnage. Erreur vite corrigée. Mais on arrive relativement facilement à deviner. Il y a aussi une disproportion entre les personnages. Les personnages des Denbe et leurs agresseurs se suffisent à eux-mêmes. Ils prennent une telle place que Tessa la détective et Wyatt le policier seraient presque de trop. Ces deux-là auraient peut être mérité d’être un plus développés, ou abordés différemment.

Ce roman n’en reste pas moins une lecture agréable que j’ai appréciée, le livre ayant été lu en à peine quelques jours.

thrillerpolar-pativore2

Dans le cadre du challenge Thrillers et Polars chez Sharon


Séquestrée (ou La cabane de l’enfer), Chevy STEVENS

9782266226196

Annie a été séquestrée. Elle a passé douze mois en enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt. Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute. Annie est sauve, le plus dur est derrière elle. Du moins le croit-elle…

Voilà, c’est assez bien résumé. C’est un roman plutôt bien mené. On suit l’enfer d’Annie, au fur et à mesure qu’elle se confie à son psy. Mais l’auteur arrive à surprendre avec un rebondissement bien dosé à la fin de l’histoire. J’ai bien aimé même si j’ai trouvé le début un peu long.

Dommage que les éditeurs ne s’accordent pas sur le titre à publier dans la version française. Quand je l’ai commandé, j’ai aussi pris « La cabane de l’enfer »  (chez France Loisirs), sans faire trop attention, qui est en fait le même livre. Un coup pour rien (sauf pour la copine qui a gagné un livre).

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel


Au bout de la peur, Koethi ZAN

 

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Liliba

1221529

Sarah a passé trois ans enchaînée dans une cave avec trois autres jeunes filles. Aujourd’hui, son ravisseur risque de sortir de prison.

Sarah et Jennifer se font kidnapper par un inconnu. Elles resteront prisonnières avec deux autres captives pendant trois ans. Une décennie plus tard, Sarah ne s’est pas remise de son épreuve. Jennifer n’a pas survécu, mais son corps n’a jamais été retrouvé. Quant aux deux autres victimes, elles haïssent Sarah. Que s’est-il passé dans cette maison de l’enfer? Et comment ont-elles réussi à s’échapper? Alors que leur geôlier risque d’être libéré, Sarah reçoit une lettre de lui. A l’intérieur, un indice pouvant la mener jusqu’à la dépouille de son amie. Pour Sarah commence une enquête qui la mènera au bout de la peur…

Sarah a survécu aux tortures et à la folie. Elle a réussi à sauver deux de ses co-détenues. Mais 10 ans après, elle ne s’est pas remise des années d’horreur qu’elle a subies. Et encore moins de la disparition de sa meilleure amie, Jennifer. Alors quand elle apprend que leur bourreau risque de pouvoir sortir de prison, et qu’elle reçoit de lui une lettre à double sens, elle se décide à agir. Pour ça, elle va devoir se faire violence et tenter d’enrôler dans son projet les deux autres victimes. Pour assurer leur avenir, elles devront remuer de bien sombres souvenirs et affronter leurs pires cauchemars.

 Au départ, c’est la couverture qui a attiré mon attention et qui m’a fait commander ce livre. Et puis le résumé était alléchant. Je n’ai pas du tout été déçue. C’est Sarah elle-même qui raconte son histoire, ce qui donne au récit une certaine profondeur. Sarah déploie des trésors de volonté et de persévérance pour convaincre Tracy de se joindre à elle et trouver les réponses qui lui font défaut. Et qui permettront à la fois à la soulager et de faire enfermer définitivement leur bourreau, un être d’une perversité sans pareille.

Ce livre est impossible à lâcher. L’intrigue est bonne, bien menée. Le suspens est bien présent, d’un bout à l’autre du récit. Garanti jusqu’au dénouement. L’histoire est bien glauque, intense et captivante. Il n’y a pas de temps mort. Tout ce que j’adore. Pour un premier roman, c’est très bon.


Fleur de cimetière, David BELL

2689

Lorsque Tom et Abby finissent par se résigner à organiser des funérailles, leur fille unique Caitlin a disparu depuis quatre ans déjà. Elle aurait eu 16 ans, et le traumatisme de son absence les a éloignés l’un de l’autre. Au lendemain de la cérémonie donnée en sa mémoire, Caitlin réapparaît. Sale, hirsute, étrangement calme, la jeune fille refuse d’expliquer ce qui lui est arrivé. Et lorsque la police arrête un suspect lié à l’affaire, elle refuse de témoigner contre lui, laissant ses parents face à une seule alternative: abandonner l’espoir que justice soit faite ou prendre les choses en main.

Savez-vous réellement qui sont vos enfants? Croyez-vous sincèrement pouvoir les protéger? Etes-vous vraiment ce qu’il  y a de mieux pour eux? Avec ce premier roman, David Bell signe un suspense psychologique implacable en forme de huis clos familial et s’affirme d’emblée comme un maître du polar en chambre froide.

Pour un premier roman, c’est pas mal, même si le dénouement aurait mérité d’être un peu plus développé. Sinon l’histoire est bien construite et bien menée, l’intrigue est intéressante. Ca se lit bien, le style est fluide.

Une bonne lecture.


Angie 13 ans disparue, Liz COLEY

angie,-13-ans,-disparue-3780013-250-400

 

Angie, 13 ans, est kidnappée pendant un camp de vacances. Elle réussit à s’évader, rentre chez elle… pour découvrir que son absence a duré 3 ans. Elle ne se souvient de rien. Qu’a-t-elle subi durant sa disparation? Comment s’est-elle échappée et qui est son ravisseur? Alors qu’Angela tente de retrouver la mémoire, son comportement devient de plus en plus étrange et totalement incontrôlable. La jeune fille l’ignore, mais ce qu’elle a vécu est encore plus terrifiant que tout ce qu’elle peut imaginer…

 

Roman facile à lire et qui du coup, se lit rapidement. Ecrit un peu comme un roman pour ados.

J’ai lu beaucoup de bonnes critiques sur ce livre et de ce fait, j’ai été déçue. Je n’ai pas croché à l’histoire. Je n’ai pas trouvé l’intrigue très captivante ni convaincante mais les thèmes abordés sont glauques et pesants: kidnapping, séquestration, viol, violences, pédophilie, dissociation de la personnalité.

A quand même ne pas mettre entre des mains trop jeunes.