Archives de Tag: Jussi Adler Olsen

Dossier 64, Jussi ADLER OLSEN

dossier-64

 

La nouvelle enquête du trio formé par l’inspecteur Morck et ses assistants Assad et Rose fait monter la tension d’un cran en nous plongeant dans le sombre passé politique du Danemark.

Copenhague. Une brutale agression dans les quartiers chauds de Vesterbro incite rose à rouvrir un cold case sur la disparition inexpliquée d’une prostituée. Cédant à ses pressions, le Département V exhume une affaire macabre datant des années 50, dont les ravages dévoilent le visage d’une société danoise loin d’être exemplaire…

Je viens de finir le quatrième tome des aventures de Carl, Assad et Rose. Et je suis toujours aussi addict.

Cette fois-ci, l’affaire choisie par Rose, la disparition restée non élucidée de Rita, propriétaire d’une agence d’escorts, va nous ramener dans une page sombre de l’histoire du pays. L’histoire de « l’héroïne », du moins le personnage féminin principal de cette enquête, est tragique, énorme de malchance. Ce qui amènera l’ensemble des protagonistes de cette histoire à leur fin, d’une façon ou d’une autre. La disparition de Rita d’abord, et puis….. Une visite dans une île au passé sinistre. Un parti politique néo-nazi en pleine ascension. Une association secrète qui oeuvre dans l’ombre à un but très glauque. Aïe aïe aïe…

C’est très bon, impossible à lâcher. L’intrigue est surprenante, bien menée. Le suspens est là, jusqu’au bout. J’adore! Je suis fan! Il ne me manque plus que L’effet papillon, qui est aussi bon j’espère.

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel


Délivrance, Jussi ADLER OLSEN

delivrance

Au fin fond de l’Ecosse, une bouteille ancienne en verre poli est longtemps restée sur le rebord d’une fenêtre. Personne ne l’avait remarquée, pas plus que le message qu’elle contenait: un appel au secours, écrit en lettres de sang… Envoyée par la police anglaise à Copenhague, la mystérieuse missive atterrit entre les mains de Morck et de son équipe. Son déchiffrage révèle qu’elle provient de deux garçons  qui auraient été kidnappés dix ans plus tôt. Chose étrange: leur disparition n’a jamais été signalée…

Ce troisième opus est aussi bon que les précédents. Décidemment, j’aime de plus en plus retrouver la fine équipe du Département V.

Jussi Adler Olsen  produit un troisième volet toujours aussi efficace. Il dénoue savamment une intrigue complexe, avec un parfait dosage du suspens. Il n’y a pas de temps mort, c’est très bien mené, le mystère s’épaissit au fil des pages avant de trouver sa justification.

On part d’une bouteille à la mer qui atterrit miraculeusement sur le bureau de Morck après être restée des années oubliée sur le rebord d’une fenêtre d’un commissariat écossais. Le policier qui l’avait récupérée étant décédé, elle est restée là, faisant partie du paysage. Jusqu’à ce que cela interpelle une policière. Et qu’elle arrive sur le bureau de notre inspecteur. Qui va tirer les fils de cette stupéfiante histoire un à un… Cette bouteille contient un SOS en grande partie effacé et des traces de sang. Après avoir apprécié le sérieux de cette trouvaille, à force de patience, l’équipe va petit à petit reconstituer le message. Et en rechercher l’auteur, qui n’a jamais officiellement disparu.

Il m’a été impossible de lâcher ce livre. Au point que je l’ai dévoré en trois jours, moi qui manque de temps en ce moment pour lire comme je l’aimerais (ma PAL ne baisse pas assez vite, bien au contraire…). J’ai hâte de me plonger dans Dossier 64 et L’effet papillon.

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel


Profanation, Jussi ADLER OLSEN

cvt_Profanation_2254

Sur le bureau de l’inspecteur Carl Morck, chef du département V, le dossier d’un double meurtre commis en 1987 et impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » d’un des leurs. Morck s’aperçoit que l’affaire a été hâtivement bouclée et décide de reprendre l’enquête. Cercles fermés des milieux d’affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie… Adler-Olsen mêle suspens implacable et regard acerbe sur son pays.

J’avais beaucoup aimé le premier, celui-ci est très bon aussi. J’adore.

L’histoire est assez bien résumée. Il y a cette bande d’enfants de la bonne société qui aime persécuter leurs condisciples. Qui prennent goût à la violence. Et deviennent carrément accro au meurtre. Au milieu de ce groupe, il y a Kimmie, qui jouit de ces séances de passage à tabac. Ils ont tué deux jeunes de leur milieu et l’un d’eux se dénoncera pour le groupe. Enquête bâclée, affaire étouffée. Quand Morck reprend le dossier, un des membres de la bande est mort et Kimmie a disparu, devenue SDF mais gardant un œil sur ses anciens amis et bourreaux. Parce qu’elle veut sa vengeance.

J’aime beaucoup beaucoup. L’équipe d’enquêteurs est tout ce qu’il y a de plus atypique, le rythme est soutenu, on ne s’ennuie pas une seconde (enfin, du moins, moi, je ne me suis pas ennuyée) (d’autres diront peut être le contraire). Le suspens est bien distillé. Comme dans Miséricorde. La recette est la même et fonctionne aussi bien. Je vais vite commander le troisième volume.


Miséricorde, Jussi ADLER OLSEN

XY240

 

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case…

 

Jussi Adler-Olsen est une vraie découverte!

Des personnages réussis: Morck le flic irascible mis au placard, Assad le Syrien malin et débrouillard, la victime Merete qui s’accroche à la moindre bribe d’espoir. En bref, atypiques mais attachants.

Un bon, très bon polar: l’histoire est originale, prenante, passionnante, dramatique, très noire. Je l’ai dévoré!

Très réussi, j’ai hâte de lire les suivants. J’adore!