Archives de Tag: Ingrid Desjours

2019/08: Les fauves, Ingrid DESJOURS

  • Editions Pocket
  • ISBN: 978.2266268981
  • 448 pages
  • Pour commander: Amazon, Fnac, chez ton libraire.


« Torturez-la! Violez-la! Tuez-la! » A la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’Etat islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa. Lorsque sa mère – célèbre journaliste politique – engage Lars pour la protéger, le militaire tout juste revenu d’Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l’entière vérité sur ses activités? Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Haiko Homoreanu est la fondatrice de l’association N.e.r.F. (Nos enfants resteront en France) qui intercepte des jeunes recrutés par Daesh avant qu’ils ne gagnent la Syrie et les envoie ensuite dans un centre de déradicalisation. 42 jeunes ont déjà été sauvés par l’association. Mais voilà: Haiko énerve Daesh qui a lancé une fatwa contre elle. D’ailleurs, ils viennent d’abattre Nadia en pleine rue, sa meilleure amie, qui était à ses côtés au sein de l’association. Aussi, la mère de Haiko, Nadia, a-t-elle engagé Lars, militaire reconverti, pour assurer sa protection…

Lire la suite


2017/46: Potens, Ingrid DESJOURS

Club de surdoués ou rassemblement de détraqués? La frontière paraît bien fine pour Garance Hermosa. La psycho-criminologue a infiltré Potens, une confrérie de génies, pour résoudre un crime. Celui de Charlotte, membre du cercle, ébouillantée puis poignardée à mort. Mais Garance joue un jeu dangereux. Ces hauts QI excellent dans l’art de la manipulation, de l’intimidation et du chantage. Et la jeune femme garde en elle certains souvenirs douloureux qui pourraient bien la faire couler à pic. Car au club Potens, l’intelligence est plus affûtée qu’une lame de couteau.

Voici un bon thriller comme je les aime: mené de main de maître par une auteure à la plume acérée, haute tension, rythme soutenu, palpitant à fond… Encore une fois, nous voici plongés dans une histoire sombre, dans un cercle de génies plus pourris les uns que les autres. C’est à qui mènera les autres. Tous assoiffés de pouvoir, rompus aux pratiques douteuses, à la manipulation… Mais peut-on finalement être sûr de qui est le meneur et qui est le mené? Ah ah…

Bref, encore un bon moment de lecture passé avec Ingrid Desjours. J’aime beaucoup sa plume affutée, ses histoires entraînantes. Encore un thriller mené savamment, j’adore!

 


2016/45: Echo, Ingrid DESJOURS

9782266194266

Ils étaient beaux, riches et pervers. Leur émission pulvérisait l’audimat; les invités en sortaient humiliés, insultés, blacklistés. Petite lucarne et jeux du cirque… Aujourd’hui, les Frères Vaillant ne sont plus. Et la scène de crime n’est pas belle à voir. En arrivant sur les lieux, le commandant Vivier constate l’horreur des mutilations. Les deux pantins semblent figés en un tableau grotesque, d’un effroyable sadisme. Et l’avis de Garance Hermosa, sexo-criminologue au profil incendiaire, confirme ce premier diagnostic. Certes, les jumeaux ne manquaient pas d’ennemis, mais ce degré de violence rituelle laisse deviner un véritable monstre… Pour le démasquer, le flic et l’experte devront se voir en son miroir sans entrer dans son jeu. Car le crime, comme l’écho, se répète…

153

Narcisse: Mythologie grecque. Narcisse est un jeune homme chanceux: la nature l’a doté d’une grande beauté. Une prophétie dit qu’il vivra longtemps pourvu qu’il ne voit pas son visage. Adulte, il repousse l’amour de la nymphe Echo, ce qui provoque la colère des dieux. Assoiffé, il se penche au-dessus d’une source et tombe amoureux de son reflet. Il dépérit et meure à rester se contempler.

Echo: Elle avait la coupable habitude de retenir l’attention d’Héra par d’incessants bavardages lorsque Zeus trompait son épouse légitime et folâtrait avec les belles mortelles. Un jour, Héra s’aperçut de la ruse et punit Echo en la condamnant en ces termes : « Tu auras toujours le dernier mot, mais jamais tu ne parleras la première. »  Or, il arriva que la nymphe tomba amoureuse du beau et solitaire Narcisse. Le sort jeté par la déesse jalouse se réalisa : Narcisse parla à Écho, et la malheureuse ne put que répéter les dernières paroles de celui qu’elle aimait. Le jeune homme, lassé, abandonna bien vite la nymphe, qui, désespérée, s’abîma dans une profonde prostration et maigrit tant qu’il ne resta plus d’elle que cette voix qui fait écho dans les montagnes en répétant les derniers mots d’une phrase.

Vous trouverez bien vite le parallèle entre la mythologie et ce thriller sombre comme je les aime.

Le roman se divise en deux récits. Celui du crime et de l’enquête menée par Garance Hermosa et le commandant Patrick Vivier. Et celui, issu d’un journal, racontant le calvaire et la croissance pervertie d’un enfant. Bien évidemment, tu ne sauras qu’à la fin du roman qui est l’auteur du journal.

Les victimes, des jumeaux animateurs d’une émission TV, un talk-show, qui détruit ses invités, sont perverses et sadiques. Tout est bon pour atteindre le but qu’ils se sont fixé. Et ils ne sont pas regardants sur les moyens. Mais voilà, il y a des limites à tout. Qui donc ne pouvait plus les supporter au point de les trucider ainsi?

J’aime beaucoup. Un style fluide, pas de temps mort, le rythme est soutenu. Un roman efficace: perversités, déviances, manipulation, pouvoir… Il y a un très net problème d’identité, la personnalité des protagonistes est complexe. Les victimes notamment sont totalement haïssables. Ils sont odieux, ignobles. On a du mal à les plaindre. Leur paraître est déjà repoussant, alors … Le jeu des apparences est prépondérant. D’ailleurs les apparences dans cette histoires pourraient quasiment être une entité à part entière. Un jeu entre l’image donnée et l’essence des personnages. D’autant que les victimes sont des peoples, qui doivent maîtriser parfaitement l’image publique qu’ils renvoient.

Un bémol cependant: je n’ai pas croché au personnage de Garance. Elle a beau être intelligente et perspicace, et torturée évidemment (l’enquêteur principal est toujours un être torturé, écorché vif), elle m’a assez vite inspiré une antipathie qui est restée accrochée jusqu’à la fin. J’aurais aimé une place un peu plus marquée pour l’inspecteur Vivier, qui se retrouve en second rôle. Garance prend le dessus et finalement c’est elle qui mène l’enquête, alors que dans l’affaire, elle n’intervient qu’en tant que consultante. Il n’est reste pas moins qu’il s’agit là d’un bon roman.

J’attaque bientôt Potens

 


8ème salon St Maur en Poche

J’ai un homme formidable qui m’a emmenée samedi au salon St Maur en poche, dont c’était la 8ème édition ce week-end. Donc après avoir glané au Havre le week-end précédent des dédicaces de Sire Cédric, David Coulon, Johan Theorin, Ian Manook et Maurice Gouiran, j’ai eu la chance samedi de rencontrer (et papoter) des gens adorables, super accueillants tels que: Olivier Norek, Nicolas Lebel, Claire Favan, Ingrid Desjours, Nadine Monfils (lumineuse et rayonnante), Yasmina Khadra (quelle émotion, j’ai tellement d’admiration pour cet écrivain), David Foenkinos, etc….

J’en suis repartie presque euphorique, si ce n’est la fatigue qui m’a vaincue et empêchée de sauter partout… Oui, une vraie gamine! Heu-reu-se je suis!!!

 


Sa vie dans les yeux d’une poupée, Ingrid DESJOURS

9782266247610

Provocateur, cynique et misogyne, Marc est affecté à la brigade des mœurs après un grave accident. quand, dans le cadre d’une enquête, il croise la douce Barbara, le policier est troublé par son regard presque candide, touché par cette fragilité que partagent ceux qui reviennent de loin. Emu. Au point de croire de nouveau en l’avenir. Mais il est aussi persuadé qu’elle est la pièce manquante pour démasquer le psychopathe qu’il traque. Et s’il se trompait? Le pire des monstres est parfois celui qui s’ignore, quand bien même il rêve sa vie dans les yeux d’une poupée…

C’est le premier roman de l’auteure que j’achète et ce ne sera pas le dernier, s’ils sont tous aussi prenants.

J’ai adoré le personnage de Barbara; il est magnifique. Barbara, donc, 24 ans, occulte complètement l’agression qu’elle vient de subir dans un parc désert, en rentrant chez elle. Mais le choc a déverrouillé chez elle un déclic. Elle garde en tête de ce soir-là une image obsédante, une très belle jeune femme, celle qu’elle pourrait devenir. Si elle se range aux idées de Sweet Doriane, cette poupée qu’elle vient d’acquérir, et qui va personnifier son double trouble et profondément sombre. Parce que Barbara est hantée, elle ne sait pas par quoi, et obsédée par sa soif de vengeance, sans savoir pourquoi, sinon qu’elle obéit aux impulsions de Sweet Doriane.

Je ne développe pas plus, au risque d’en dire trop. C’est un très bon thriller, très sombre donc et très bien travaillé. Une vraie réussite.

J’ai entendu dire que « Potens » est très réussi. Il fera très certainement partie de mes prochains achats.

thrillerpolar-pativore2

Dans le cadre du challenge Thrillers et Polars chez Sharon


%d blogueurs aiment cette page :