Archives de Tag: humour noir

1275 âmes, Jim THOMPSON

1275-ames

Shérif de Pottsville, village de 1275 âmes, Nick Corey a tout pour être heureux: un logement de fonction, une maîtresse et surtout un travail qui ne l’accable pas trop car il évite de se mêler des affaires des autres. Bien sûr, cette routine ne va pas sans quelques ennuis: son mandat arrive à terme et son concurrent a de fortes chances d’emporter les prochaines élections. Et puis, même les voyous du coin en viennent à lui manquer de respect. Aussi Corey trouve-t-il qu’il est grand temps de faire le ménage, à commencer par tous ceux-là.

J’hésite entre dépit et sourire.

Le personnage principal, Nick Corey, le shérif, est grossier, stupide, fainéant. Tu vois le grand Dalton? Averell. Voilà: le même avec la malhonnêteté et le gras en plus. Un gros con, quoi. Qui cumule les macchabées. Et les approximations linguistiques. De quoi sérieusement m’agacer.

Bon, il s’avère qu’il n’est pas si abruti qu’il en a l’air au premier abord. Et il est aussi menteur, hypocrite, fourbe, perfide, manipulateur, salaud et queutard. Oui, ça fait beaucoup. En même temps, aucun des personnages de ce livre ne suscite de sympathie. C’est dire. A part peut être Oncle John. Tout va de mal en pire tout au long de ce livre.

Je dois avouer que certains passages m’ont amusée quand même.

Bref, je reste sur une impression très mitigée. Ca ne restera pas dans les annales. Enfin, pas dans les miennes.

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel

Publicités

Envoyez la fracture, Romain SLOCOMBE

1472314-gf1Même une innocente et rassurante marmite risque d’exploser, si on la laisse trop longtemps sur le feu. Ce même feu qui échauffe les esprits d’Ambroise Fridelance, illustrateur spécialisé dans les couvertures de romans à deux sous. Ambroise, gentil jeune homme, sérieux et timoré, affublé d’une épouse dragon et d’un employeur indélicat. Ambroise qui pense se refaire une santé en vendant un familial, et néanmoins inestimable, tabouret design et qui met le doigt dans un drôle d’engrenage… A propos de feu, celui de l’Enfer n’est pas loin.

J’ai beaucoup aimé le style de ce très court roman (117 pages), où les chapitres s’intercalent entre l’histoire d’Ambroise et le ressenti des témoins. Où comment un brave homme, tout ce qu’il y a de plus honnête, finit par complètement perdre pied et péter les plombs.

Amusant et distrayant.

88164116_o

Dans le cadre du Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 de Canel


Le crime parfait, Peter JAMES

 

515Uva6o0QL__SY445_

 

Vingt ans de mariage, ça se fête. Chacun de leur côté, Victor et Joan se préparent une petite surprise. Dans leur minable pavillon de Brighton, où s’amoncellent désillusions et rancunes, le couple s’affaire. Cyanure pour l’un, hyperglycémie fatale pour l’autre. Deux crimes parfaits. Le tout étant de garder son sang-froid. Une gageure pour ceux qui s’aiment, comme eux, d’un aussi grand amour…

Une réussite. Un récit très court (115 pages) mais bien ficellé et bien dosé.

Des gens ordinaires qui finissent par ne plus se supporter et tirent des plans sur la comète pour se débarrasser discrètement de l’autre. Sauf que bien sur, ça dérape, rien ne se passe comme prévu. Une nouvelle distrayante et cocasse.


Darling, Jean TEULE

 

HwDfOT9bqeNoih2XImdsl-i40Uc

Elle voulait qu’on l’appelle « Darling ». Pour oublier les coups reçus depuis l’enfance, les rebuffades et les insultes, pour effacer les cicatrices et atténuer la morsure des cauchemards qui la hantent. Elle voulait que les autres entendent, au moins une fois dans leur existence, la voix de toutes les « Darling » du monde. Elle a rencontré Jean Teulé. Il l’a écoutée et lui a écrit ce roman. Un livre unique.

Teulé est un auteur que j’adore. Ce roman est le meilleur que j’ai lu jusque là. Impossible de le lâcher.

Teulé nous retranscrit la vie authentique de Darling, violente, glauque, misérable, pathétique, sordide, poignante, touchante. Une vie d’humiliations, rien ne lui aura été épargné.


Le bal des débris, Thierry JONQUET

debris

Frédo aurait voulu être un gangster. Seulement, au lieu de manier la mitraillette devant un comptoir de banque, il pousse des chariots dans un hôpital pour vieux. Heureusement, il y a Lepointre, un vioque pas comme les autres, expert en combines et truand indécrottable. Quand une riche pensionnaire vient échouer à l’hosto, ils s’imaginent déjà des diamants plein les poches…

Thierry Jonquet est l’une des figures du nouveau polar français, avec des romans très noirs, ancrés dans le réel, où se mêlent satire politique et critique sociale. Le Point.

Portrait sans concession et même impitoyable, d’un mouroir. Il y a malgré tout une vraie pudeur, une tendresse envers les patients.

Malgré cet univers glauque et sordide, ce petit roman est un bijou d’humour noir.

Sordide, drôle et noir, voilà qui convient très bien. Du coup, je suis curieuse des autres écrits de ce romancier. En tout cas, j’ai bien rigolé.