Archives de Tag: horreur

2018/14: Au nom de la vie, CETRO

51FWFXDno+L

La suite de « Au nom de l’art ». Ames sensibles s’abstenir.

Au nom de l’art ou de toute autre concept présenté comme étant d’intérêt supérieur (science, patrie, religion, …), certains sont prêts à tout, y compris au pire.
Au nom de la vie, la leur et celle de leurs proches, d’autres sont prêts à se surpasser, jusqu’à se mettre en péril.
Asseyez-vous, préparez votre coeur… et lisez.

Nous retrouvons Soraya, Noah (et les autres) en pleine fuite. Ils se sont séparés pour avoir plus de chances de survivre. C’est une course poursuite folle qui s’engage, avec pleins d’espoirs, de désillusions, de surprises. Des héros insoupçonnés. Des salauds bien campés.

Le rythme reste intense. Il y a moins de descriptions de supplices, l’action est plus centrée sur la fuite de nos victimes et leur traque par ce qu’est devenu Dudule. Quoique l’idée de l’arbre sanguin est … stupéfiante. On en apprend plus sur Edmond et sur ses motivations. Icare se dévoile, Noah aussi. Sinon, j’ai quelques doutes sur le personnage d’Estelle qui me laisse dubitative. Quant à Soraya, elle incarne toutes les figures féminines à la fois.

Donc c’est mordant, prenant, incisif, brutal. Certaines situations paraissent aberrantes mais pourtant ça fonctionne. J’aime!

Publicités

2018/13: Au nom de l’art, CETRO

51TfFp8axgL__AC_US218_

Texte susceptible de choquer . À déconseiller aux âmes sensibles.

L’Art. Jusqu’où certains sont-ils prêts à aller en son nom?
Des familles entières disparaissent, enlevées à leur domicile.
Une horrible machination est mise en place pour satisfaire les appétits déviants de fortunés amateurs d’art.
Soraya, adolescente de 16 ans, sera-t-elle le grain de sable dans ces rouages infernaux?

Soraya est une adolescente rebelle, sauvage, à fleur de peau, qui seul Julien a réussi à apprivoiser. Mais voilà, une nuit, Soraya, sa mère et son petit frère disparaissent sans laisser de traces. D’abord, Julien tourne en rond. Puis, il se met à chercher et suit son instinct. Dont il devrait peut être se méfier…

C’est …. wouah… Décidemment ces derniers temps, je cumule les romans très sombres et très forts! Donc après « Ame à âme » de Christian Perrot et « Danse de sang » de Frédéric Livyns, voici « Au nom de l’art » de Cétro… C’est noir, c’est moche, c’est violent, c’est dégueulasse!

Que de riches mécènes sont -ils prêts à financer pour occuper leur loisirs et satisfaire leur soif d’interdit? Qu’est-ce que des criminels sont-ils prêts à faire pour les sustenter? Jusqu’où sont-ils prêts à aller? Seront-ils capables de défier l’innommable?

Tous les ingrédients sont là, il n’y a pas de temps mort, le rythme est haletant, l’ambiance glauque à souhait. Cétro fait partie de ces auteurs, comme Maxime Chattam, au sujet desquels je me suis dit: heureusement qu’il a choisi d’écrire… Une imagination débordante, diabolique. Les deux scientifiques et l’artiste sont truculents, cruels, géniaux! Les personnages de Soraya, Julien et Noah sont hyper attachants. Les autres… Je te laisse le plaisir de les découvrir.

Mention spéciale pour les personnages de Dudule, et du couple Brigitte et Emmanuel…

Pour moi, c’est un vrai page-turner. Je reviens vite te parler de la suite.

 


2018/06: Danse de sang, Frédéric LIVYNS

51Gp5vsmSPL__AC_US218_

Veuve depuis peu, Véronique a l’étrange sensation de toujours ressentir la présence de son époux. En cherchant des réponses à ses questions, elle va libérer un démon aussi ancien que le monde lui même: le Dévoreur. Elle seule peut mettre fin à cette vague de meurtres cruels qui s’abat sur la ville mais le temps lui est compté car, à chaque âme absorbée, le démon devient plus puissant. Un terrifiant thriller fantastique qui nous plonge dans l’univers du vaudou.

Le mari de Véronique décède subitement d’un accident de la circulation. Quelques temps après les funérailles, Véronique remarque des phénomènes étranges et parfaitement inexplicables. Elle commence à croire que son mari est encore là, près d’elle. Elle évoque ses soupçons à sa meilleure amie, qui l’emmène rencontrer un prêtre vaudou. Mais lors de la cérémonie, Véronique va malgré elle déroger aux règles élémentaires de cette pratique et de ce fait libérer l’un des pires démons qui soit: le Dévoreur…

Ce roman est une plongée dans l’univers du vaudou et de ses pires démons. C’est un roman très noir, glauque à souhait. Par différents écrits et films, j’ai découvert le vaudou comme un art de vivre, presque une philosophie. En tout cas, le vaudou recèle un patrimoine, une culture, des traditions bien ancrées. Ici, il dépasse le folklore habituel. Ici, il est présenté plus comme une religion avec ses rites sacrés spécifiques. Les protagonistes en font une pratique plus que sérieuse et en exposent tous les dangers.

Les scènes de meurtres sont …. dégueulasses, ignobles. Même moi, j’ai lâché un « beurk »… C’est dire! Ames sensibles, passez votre chemin, ce récit n’est pas pour vous. Il y règne une atmosphère violente, irrationnelle, surnaturelle parfaitement maîtrisée bien qu’impalpable. L’angoisse et l’horreur montent rapidement pour très vite atteindre des sommets. Les cadavres s’accumulent, les crimes sont d’une cruauté incroyable, il y a des litres d’hémoglobine et des tripes à l’air… C’est juste immonde.

Tout ça pour dire que j’ai adoré ce livre, ça fonctionne parfaitement. Si comme moi tu aimes les histoires très sombres et glauques, ce livre est fait pour toi.

Merci à Frédéric Livyns et aux Editions Lune Ecarlate.


Vu #2: Insidious

19720507

Synopsis:

Josh, son épouse et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l’aîné, Dalton, tombe dans ce qui semble être un coma suite à une chute d’une échelle dans leur grenier. Hospitalisé, les médecins sont incapables de définir les raisons de cet étrange état comateux. Josh et Renai le ramène donc à la maison et l’installe dans une chambre médicalisée. Très vite, une succession de phénomènes paranormaux débute, jusqu’à ce que Renai soit attaquée. La famille quitte donc cette maison maudite et ré-emménage dans leur ancienne maison. Mais Renai va vite se rendre compte que ce n’est pas la maison qui était hantée, mais bien Dalton. Une médium va tenter de leur venir en aide…

 

Film d’horreur / épouvante de James Wan, sorti en 2011 (interdit aux moins de 12 ans).

Principaux acteurs: Patrick Wilson, Rose Byrne, Ty Simpkins, Lin Shaye, Corbett Tuck.

Une atmosphère pesante et tendue évidemment. Le début de ce film n’est pas sans rappeler « Amityville », l’un de mes classiques. S’ils respectent les codes du genre (en mettant notamment en scène une jolie petite famille qui arrive dans une nouvelle grande maison), le réalisateur et le scénariste se font plaisir en ajoutant leur patte avec cette idée de voyage astral qui tourne mal, ce démon de derrière les fagots, …

On retrouve ici tous les clichés et les ficelles du genre. Si le début fonctionne correctement, respectant la montée progressive vers ce qui hésite entre la possession et le poltergeist, je dois admettre que le dernier tiers de ce film est plutôt fantasque. Les chasseurs de fantômes sont quelque peu caricaturaux et la medium… Elle m’a amusée.

Un film distrayant mais pas marquant.


2018/04: Ame à âme, Christian PERROT

51zpvmOQcWL

Un homme désespéré essaye de se suicider en se jetant du haut d’un toit. Par malchance, il fauche avec lui une âme innocente passant par hasard à cet endroit au mauvais moment.

Les deux êtres vont se retrouver intimement liés pour un bien étrange voyage aux confins de l’esprit et de la démence.

Ensemble, ils affronteront les plus horribles facettes de l’âme humaine jusqu’à l’ultime vérité, car, de cette rencontre fortuite, dépendra la vie de trois personnes diamétralement opposées…

A paraître le 15 février 2018.

Public averti, 18ans +

AVERTISSEMENT AU(X) LECTEUR(S)

Ce roman est particulièrement angoissant, voire profondément dérangeant par les thèmes qu’il aborde : la mort, la haine, le meurtre, les violences sexuelles et morales. De nombreuses scènes psychologiquement et moralement éprouvantes attendent le lecteur.

En vertu de quoi, cet ouvrage est fortement déconseillé aux enfants et aux adolescents pouvant se voir choqués. Parents, merci de prendre garde à ne pas laisser ce livre entre les mains des plus jeunes.

John est au bout du rouleau. Il a tout perdu. Sa femme et ses enfants sont décédés dans un accident de la route. Ensuite, tout s’est délité, sa vie est partie à vau-l’eau: il perd ses amis, sa famille, son travail, son logement. Alors John a pris une décision: il en a fini avec la vie. Le roman s’ouvre sur son suicide: il se jette du toit d’un immeuble de cinq étages.

Mais voilà: au même moment passe un piéton. Pas de bol, hein! John va tomber sur Nathalie. Le choc est bien sur d’une extrême violence. Quand John « se réveille », il ne sait pas où il est ou ce qu’il est. Est-il mort? A-t-il survécu? Est-il dans le coma? Sous médicaments à l’hôpital? Et la jeune femme qu’il a percuté?

Pendant un temps, leur âmes vont se rencontrer. Et la surprise va être de taille…

C’est… particulièrement sombre et glauque, glaçant. C’est un récit très dur, cru. un récit percutant et très dérangeant. En effet, il évoque le suicide, le meurtre mais surtout les violences tant sexuelles que morales. Les scènes décrites soulèvent le cœur. Ames sensibles s’abstenir!

Je ne sais pas trop comment définir ce roman, roman d’épouvante, d’horreur, mais pas que. Il ouvre une porte terriblement morbide sur la folie humaine dans ce qu’elle peut recéler de pire.

Au départ, on se croit un peu dans un récit fantasmagorique, on s’imagine devant la porte des enfers. Avant de réaliser ce que l’auteur dévoile. Nous sommes plongés dans les profondeurs les plus noires de l’âme. Y règnent la perfidie, l’horreur, le machiavélisme, l’abjection, l’ignominie, le dégoût, l’écoeurement mais aussi un petit peu quand même l’empathie et l’héroïsme.

Bref, j’ai adoré!


2017/108: Anthologie Noël Ecarlate chez Lune Ecarlate Editions

51Yxuc4o0UL__SY346_

Voici venir Noël et sa féérie. Faites-vous partie des naïfs pour lesquels le rouge est la couleur du Père Noël, celle des boules lumineuses, du ruban ou du papier cadeau ? Oubliez la neige, les beaux sapins et les chants traditionnels. Dans « Noël Ecarlate », le sang est rouge, visqueux, s’étend en flaques paresseuses. On vous propose de rompre avec ces traditions séculaires et d’embarquer pour un voyage différent en compagnie de dix auteurs. A lire à la lueur du feu, à voix haute et lumières tamisées, histoires de passer une soirée inoubliable, tous poils dressés. Découvrez dix histoires de Noël horrifiques et savourez bien ce moment… ce sera peut-être le dernier. Joyeux Noël !

Voici un recueil de nouvelles de saison… 10 nouvelles sanglantes écrites par Pierre Brulhet, Serena Gentilhomme, Sophie Dabat, Emmanuel Delporte, Frédéric Livyns, Christophe Collins, Barnett Chevin, Céline Reinert, Brice Tarvel, Ruwan Aerts.

Une bonne sélection de textes autour d’un Noël en berne, une fête familiale bousillée, disloquée… Un peu d’horreur, de science-fiction, et d’humour. Oui, certains passages de ces textes m’ont fait sourire. Des nouvelles au genre, au ton et au rythme bien différents les uns des autres, un panachage intéressant des genres.

Du noir, du sombre, des frissons, du sordide, de l’abject, … Bref le Père Noël et la féérie de Noël en prennent plein la gueule! Très divertissant…

 


2016/40: De fièvre et de sang, SIRE CEDRIC

9782266212649

Ils semblent se nourrir de sang. Leurs victimes sont retrouvées exsangues. Eva Svärta et le commandant Vauvert viennent enfin de mettre un terme aux agissements des frères Salaville. Mais les meurtres continuent, défiant toute logique. Les talents d’Eva, policière albinos dotée d’un instinct hors normes, vont la conduire aux frontières de la rationalité. Là où, à tout instant, votre propre reflet dans le miroir pourrait vous engloutir, où la part d’ombre d’Eva causera sa perte ou lui sauvera la vie…

Ca commence très fort. Le roman s’ouvre sur une intervention musclée d’Eva et de Vauvert à la ferme des frères Salaville. Ce qu’ils vont y trouver dépassent tout ce à quoi ils s’attendaient. En effet, la grange des deux frères ressemble à un abattoir. L’abattoir de l’horreur. Gisent là des corps humains vidés de leur sang, atrocement mutilés et découpés en morceaux. Les frères s’apprêtaient à exécuter leur dernière victime. Eva et Vauvert arrivent à point pour la sauver. Les frères Salaville, eux, y resteront. Enquête bouclée. Mais Eva comme Vauvert ne sont pas apaisés pour autant, et quand un an plus tard, un nouveau crime au mode opératoire identique est révélé, ils sont surs d’être passés à côté de quelque chose et reprennent leur enquête classée. C’est à partir de là qu’ils vont devoir affronter leur pire cauchemar.

Premier roman de l’auteur que je lis, ramené du salon Un polar sur la plage, au Havre. Auteur très sympathique au demeurant, agréable et avenant. Depuis le temps que je lis des critiques enthousiastes sur ses livres, il fallait bien que j’aille voir par moi-même de quoi il retourne. Et c’est une très bonne surprise.

IMG_0251

A 138

Tout y est: suspens, anxiété, appréhension, stress, obsession, panique, épouvante, horreur, frissons, folie, démence, oppression, satanisme, occultisme et j’en passe…. C’est noir à souhait. Impossible à lâcher, un vrai page-turner. Ca s’engloutit comme du bon pain… Le rythme est soutenu, on n’a pas le temps de reprendre nos esprits que déjà un nouvel évènement intervient.

Cela m’a ramené deux décennies en arrière, à l’époque où je lisais Dean Koontz, James Herbert, Masterton ou Matheson. Cela m’a rappelé ces romans dont je raffolais. On est happé par l’histoire, maintenu dans le morbide, l’horreur, dans l’immonde et l’impossible.

Une très bonne découverte, que je ne saurais que recommander aux amateurs du genre.