Archives de Tag: Epouvante

2018/80: Anthologie Screampunk, chez Lune Ecarlate Editions

Univers steam – univers scream ? Les amateurs des deux trouveront leur compte dans cette anthologie où les héros tour à tour chtoniens, automates et humains se succèdent dans une heureuse mixité des genres.
Avec : Jason Roy, Soufiane Haddaoui, Éric Vial-Bonacci, Delphine Schmitz, Lizzie Delling, Ghaan Ima, Cédé, Annabelle Blangier

Quand ma copine Anne, qui officie chez Lune Ecarlate Editions, m’a dit qu’elle avait une anthologie Screampunk disponible en SP, j’ai dit ok, sans savoir du tout quoi est-ce donc?

Alors si comme moi, tu n’as jamais entendu parler de ceci, voici de quoi il s’agit: « Et si… »  Un mix aussi entre steam (vapeur) et scream (crier).

Ce recueil contient 8 nouvelles dont l’action se déroule dans un XIXè siècle dominé par la première révolution industrielle du charbon et de la vapeur. Il s’agit d’une uchronie située à l’époque victorienne. « Et si… » L’Histoire est revue à partir d’un évènement du passé qui va être modifié. Le punk est à comprendre ici par sa référence « no future ». L’idée d’un futur plutôt sombre, en somme.

 Bon, dans les grandes lignes, c’est ça… Un genre d’anticipation avec l’idée d’un futur sombre et qui prend racine à la fin du XIXè siècle, mettant en scène la première révolution industrielle et la machine à vapeur. L’unité de temps commune à cet univers est cet âge victorien mais dans une vision futuriste négative.

Tu trouveras donc ici des récits de genre thriller / horreur steampunk. Oui, je sais, ça fait un sacré mélange! Mais c’est dépaysant.

C’est assez éloigné des thrillers ou romans noirs habituels. Mais pour autant, l’état d’esprit est bien là.

Ce sont des nouvelles étonnantes et efficaces. Des nouvelles que finalement j’aimerais bien voir développées dans un format roman. Toutes. Car toutes recèlent les éléments d’un bon roman noir, et j’avoue que je me suis complètement plongée dans cet univers atypique, et j’aurais bien voulu y rester encore un peu.

Je n’en dis pas plus pour ne pas te gâcher la surprise. Pour ma part, j’ai fait une découverte pour le moins intéressante. Ce nouvel univers littéraire est pour moi attrayant et plein de découvertes. C’est étonnant et prenant.

Merci aux Editions Lune Ecarlate. Pour commander, en broché ou en epub, c’est là!

 

Publicités

2018/07: Les contes d’Amy, Frédéric LIVYNS

amy-1ere-WEB-195x300.jpg

Tout commence par un petit cahier trouvé par hasard dans un asile désaffecté. L’inquiétude surgit au détoure d’un rapport psychiatrique qui laisse entendre que la petite Amy, la rédactrice de ces contes peu ordinaires, était perturbée mentalement. L’angoisse se matérialise sous la forme d’une affirmation: l’enfant a le pouvoir de vous faire vivre vos peurs les plus profondes. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, tous les gens qui vous entourent apparaissaient défigurés, brûlés? Quelle serait votre réaction si votre fille se liait d’amitié avec un ami pas si imaginaire que cela? Auprès de qui chercher de l’aide quand votre famille se fait déchiqueter sous vos yeux par les créatures qui se tapissent dans les ténèbres?

Lu juste avant Danse de sang, ce recueil a été une parfaite mise en bouche.

Si les sujets développés sont plutôt classiques, c’est bien écrit et ça se lit très facilement.

Coralie et son mari visitent un vieil asile désaffecté. Pendant que l’agent immobilier fait visiter les étages au mari, Coralie s’installe dans un bureau et fouille dans les vieilles archives oubliées. Elle tombe sur le dossier d’une fillette, Amy, la décrivant comme très perturbée. Le dossier contient le cahier d’Amy, dans lequel elle met en scène des personnes de son entourage dans des histoires tragiques… Mais ce qu’Amy écrit se réalise… Suit une série de nouvelles, les contes écrits par Amy…

Ces contes sont un peu oppressants, inquiétants, curieux, mais pas horrifiques. J’avoue que je m’attendais à quelque chose de plus stressant, à la lecture de la 4ème de couv. Pour autant, j’ai aimé le style et la fluidité de l’écriture.

Je crois qu’il serait intéressant de retrouver Amy dans un roman, son personnage alors plus travaillé, lui donnant plus d’ampleur et lui laissant le champ libre…

 


Vu #2: Insidious

19720507

Synopsis:

Josh, son épouse et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l’aîné, Dalton, tombe dans ce qui semble être un coma suite à une chute d’une échelle dans leur grenier. Hospitalisé, les médecins sont incapables de définir les raisons de cet étrange état comateux. Josh et Renai le ramène donc à la maison et l’installe dans une chambre médicalisée. Très vite, une succession de phénomènes paranormaux débute, jusqu’à ce que Renai soit attaquée. La famille quitte donc cette maison maudite et ré-emménage dans leur ancienne maison. Mais Renai va vite se rendre compte que ce n’est pas la maison qui était hantée, mais bien Dalton. Une médium va tenter de leur venir en aide…

 

Film d’horreur / épouvante de James Wan, sorti en 2011 (interdit aux moins de 12 ans).

Principaux acteurs: Patrick Wilson, Rose Byrne, Ty Simpkins, Lin Shaye, Corbett Tuck.

Une atmosphère pesante et tendue évidemment. Le début de ce film n’est pas sans rappeler « Amityville », l’un de mes classiques. S’ils respectent les codes du genre (en mettant notamment en scène une jolie petite famille qui arrive dans une nouvelle grande maison), le réalisateur et le scénariste se font plaisir en ajoutant leur patte avec cette idée de voyage astral qui tourne mal, ce démon de derrière les fagots, …

On retrouve ici tous les clichés et les ficelles du genre. Si le début fonctionne correctement, respectant la montée progressive vers ce qui hésite entre la possession et le poltergeist, je dois admettre que le dernier tiers de ce film est plutôt fantasque. Les chasseurs de fantômes sont quelque peu caricaturaux et la medium… Elle m’a amusée.

Un film distrayant mais pas marquant.


2018/04: Ame à âme, Christian PERROT

51zpvmOQcWL

Un homme désespéré essaye de se suicider en se jetant du haut d’un toit. Par malchance, il fauche avec lui une âme innocente passant par hasard à cet endroit au mauvais moment.

Les deux êtres vont se retrouver intimement liés pour un bien étrange voyage aux confins de l’esprit et de la démence.

Ensemble, ils affronteront les plus horribles facettes de l’âme humaine jusqu’à l’ultime vérité, car, de cette rencontre fortuite, dépendra la vie de trois personnes diamétralement opposées…

A paraître le 15 février 2018.

Public averti, 18ans +

AVERTISSEMENT AU(X) LECTEUR(S)

Ce roman est particulièrement angoissant, voire profondément dérangeant par les thèmes qu’il aborde : la mort, la haine, le meurtre, les violences sexuelles et morales. De nombreuses scènes psychologiquement et moralement éprouvantes attendent le lecteur.

En vertu de quoi, cet ouvrage est fortement déconseillé aux enfants et aux adolescents pouvant se voir choqués. Parents, merci de prendre garde à ne pas laisser ce livre entre les mains des plus jeunes.

John est au bout du rouleau. Il a tout perdu. Sa femme et ses enfants sont décédés dans un accident de la route. Ensuite, tout s’est délité, sa vie est partie à vau-l’eau: il perd ses amis, sa famille, son travail, son logement. Alors John a pris une décision: il en a fini avec la vie. Le roman s’ouvre sur son suicide: il se jette du toit d’un immeuble de cinq étages.

Mais voilà: au même moment passe un piéton. Pas de bol, hein! John va tomber sur Nathalie. Le choc est bien sur d’une extrême violence. Quand John « se réveille », il ne sait pas où il est ou ce qu’il est. Est-il mort? A-t-il survécu? Est-il dans le coma? Sous médicaments à l’hôpital? Et la jeune femme qu’il a percuté?

Pendant un temps, leur âmes vont se rencontrer. Et la surprise va être de taille…

C’est… particulièrement sombre et glauque, glaçant. C’est un récit très dur, cru. un récit percutant et très dérangeant. En effet, il évoque le suicide, le meurtre mais surtout les violences tant sexuelles que morales. Les scènes décrites soulèvent le cœur. Ames sensibles s’abstenir!

Je ne sais pas trop comment définir ce roman, roman d’épouvante, d’horreur, mais pas que. Il ouvre une porte terriblement morbide sur la folie humaine dans ce qu’elle peut recéler de pire.

Au départ, on se croit un peu dans un récit fantasmagorique, on s’imagine devant la porte des enfers. Avant de réaliser ce que l’auteur dévoile. Nous sommes plongés dans les profondeurs les plus noires de l’âme. Y règnent la perfidie, l’horreur, le machiavélisme, l’abjection, l’ignominie, le dégoût, l’écoeurement mais aussi un petit peu quand même l’empathie et l’héroïsme.

Bref, j’ai adoré!