Archives de Tag: Angie Le Gac

2019/28: D’autres Horizons, Tan HAGMANN et Angie LE GAC

  • Auto-édition
  • ISBN: 978-2490869190
  • 281 pages, 18€ (4,99€ en format Kindle)
  • Pour le commander: Amazon.

514pF7wP4xL__SX331_BO1,204,203,200_

Lorsqu’Andrew, architecte à l’avenir prometteur, commet un faux pas en mêlant vie sentimentale et affaires, il se retrouve parachuté à Madagascar pour superviser la construction d’une école de brousse. Loin de Seattle, il vit mal son exil et ne s’acclimate ni au pays ni à ses habitants. Sa rencontre avec Tiana, un jeune autochtone venu de la capitale pour alphabétiser des adultes, est explosive. Si le maire du village n’y prend pas garde, ces deux-là pourraient bien finir par s’entretuer… À moins que Jean de Dieu, un gamin fragile à l’imaginaire très développé, ne parvienne à les réconcilier? Embarquez pour D’autres Horizons, et vivez avec Andrew le choc des cultures et la découverte d’un monde qui le transformera à jamais.

Tout d’abord, je remercie La Voie de Calliopé, Conseil littéraire bénévole, et les deux auteures de leur confiance.

A Seattle, Andrew Justin Turner, dit A.J., est un architecte de 38 ans ambitieux, qui a le vent en poupe. Mais voilà, à refuser toute attache et à n’avoir que des amants d’une nuit, il commet un faux-pas. Son dernier amant en date, le fils d’un gros client de son cabinet, n’apprécie pas d’être aussi vite expédié. Scandale… Alors, pour essayer de calmer le jeu, son patron va le mettre un temps sur la touche. Il l’envoie alors à Madagascar, où Andrew représentera son cabinet dans un projet de mécénat: construire un collège à Belo-sur-Mer. Pour Andrew, c’est le début du cauchemar.

A Tananarive, Tiana, 26 ans, se remet en question. Il n’a pas réussi à percer dans la chanson. Il se cherche. Bref, ça ne va pas fort pour lui. Alors, il décide de se mettre au vert. Pour cela, il s’engage dans un programme d’alphabétisation pour les habitants de Belo-sur-Mer.

Fatalement, Andrew et Tiana vont se rencontrer. Pour le meilleur ou pour le pire?

Son débarquement à Tananarive, puis son voyage et son arrivée à Belo, vont être un violent choc culturel pour Andrew! Pur produit de notre société de consommation, où toute activité est régie par son rendement, hypocondriaque et narcissique, Andrew se voit parachuté dans un autre monde! Ici, point de coca, de hamburgers, ou de pharmacie à portée de main… Il va se heurter de plein fouet au rythme de vie local.

L’arrivée d’Andrew va aussi être un choc pour Tiana, déjà en poste à l’arrivée de l’Américain. Qu’est-ce que c’est que cet homme arrogant, tout le temps pressé, suant et agité, irrité d’un rien? S’où sort-il celui-là, à crier sur tout le monde, se prenant pour un nabab? Ca lui fait tout drôle, à Tiana. Parce qu’à Belo, la vie se déroule sur un autre rythme. Il y avait Hakuna matata, à Belo, c’est moramora (comprendre: doucement et pas trop vite)… Ici, les gens n’ont pas reçu d’instruction, ils n’ont presque rien. Ils vivent du peu que leur environnement leur donne, ils sont solidaires et s’entraident comme ils le peuvent. Ici, c’est rustique et rudimentaire. Et ici, le quotidien est porté par les croyances et traditions.

Andrew, lui, traduit ce mode de vie simple d’une toute autre façon: dépit, renoncement, capitulation, inertie. Tout l’énerve. Y compris Tiana, doux rêveur, même s’il le trouve extrêmement sensuel et attirant. Tiana qui est là pour accomplir une mission qui lui tient à cœur: « faire pousser des ailes à tous ces oubliés du monde ».

Il s’agit d’une romance, tu l’auras compris, mais pas que… C’est la rencontre de deux êtres que tout sépare. C’est la rencontre de deux mondes que tout oppose. C’est la rencontre de Madagascar, de ses habitants, de sa culture et de ses traditions. C’est l’évocation du choc des cultures bien sûr, mais aussi de la tolérance, de la recherche d’identité, de l’acceptation de soi. On parle amour, amitié, respect, don de soi, empathie.

Le style est fluide, agréable, plein d’humour. L’écriture est fraîche et légère, même familière, sur le ton de la discussion, avec une touche d’insouciance.

Une très agréable découverte. Une réussite.

 


%d blogueurs aiment cette page :