Archives de Catégorie: BD

2018/08: Le photographe de Mauthausen, Salva RUBIO, Pedro J. COLOMBO, Aintzane LANDA

sans-titre.png

Et si le vol du siècle avait eu lieu… dans un camp de concentration nazi? En 1941, Francisco Boix, matricule 5185 du camp de concentration de Mauthausen, échafaude avec ses camarades un plan pour voler des photographies témoignant des crimes commis dans le camp et incriminant les plus hauts dignitaires nazis. Ce plan risqué n’est que le début de son périple pour révéler la vérité…

Voici un récit fort, basé sur des faits réels, même si les auteurs ont pris quelques libertés pour l’équilibre de leur récit. D’ailleurs, en fin de livre, on trouve un dossier rétablissant les faits et personnages historiques.

Cette BD retrace l’histoire de Francisco Boix, républicain espagnol exilé en France en 1939. il s’engage dans la Vè armée française dans les Vosges. il est alors fait prisonnier, avec 7000 de ses compatriotes. Considérés comme des prisonniers politiques, ils sont déportés à Mauthausen le 27 janvier 1941 (les deux tiers n’en reviendront pas). Photographe, il est affecté au service d’identification du camp.

Bien sur, à travers l’histoire de Francisco Boix est retracée la vie au camp. Les conditions de vie sordides, l’absence d’hygiène, la faim, la maladie, les exécutions, l’extermination par le travail, mais aussi le combat d’une poignée de prisonniers pour conserver des preuves des horreurs commises par les nazis dans ce camp.

C’est évidemment terrible et glaçant. Le récit reste très proche de la réalité historique. Cet album est un très bel hommage à la mémoire de Francisco Boix et ses codétenus.

Nota: Petite précision pour les amateurs de BD, je ne parle pas de graphisme ou de mise en page simplement parce que je n’y connais rien dans ce domaine. Je suis une lectrice de BD occasionnelle, et pas suffisamment pour pouvoir juger ces critères-là. Je ne parle donc que du contenu.

 

Publicités

2017/69: Le voyage de Phoenix, JUNG

C’est un oiseau légendaire qui a le pouvoir de renaître de ses cendres après s’être consumé sous l’effet de sa propre chaleur. Il incarne l’immortalité… Lorsqu’il sentait sa mort venir, il se construisait un nid d’herbes aromatiques pour s’y consumer. Il en renaissait un nouvel oiseau…

Voici une magnifique BD.

L’image du phoenix évoque ici la résilience, cette capacité des hommes à surmonter les épreuves et les traumatismes. D’abord il y a Jennifer qui souffre du manque de son père. Et puis il y a Aron, qui ne se remet pas de la mort de son fils. Ils sont liés par Kim. Jennifer était employée par l’orphelinat américain de Séoul, où vivait Kim. Kim qui fut adopté par Aron et son épouse Helen.

Un récit puissant, très beau, terriblement touchant et difficile puisque sont évoqués ici l’adoption, l’exil (les parents adoptifs de Kim sont américains), le deuil, la question identitaire et puis la vie en Corée des soldats en poste dans les années 60, les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Mais aussi l’abandon, le rejet, la désertion. Et puis le pardon.

Une histoire émouvante bien que tragique, un dessin fin, une composition subtile et délicate.

Un roman graphique magnifique. Couleur de peau: miel fera forcément partie de mes prochains achats.

 


Les 48H BD

Pour les amateurs du genre (qui doivent déjà être au courant) et ceux qui voudraient s’y mettre sans dépenser une fortune, demain et samedi auront lieu les 48h BD. Une sélection de BD à 1 euro!

Toutes les infos sur le lien suivant (et tu cliques là pour avoir la liste des points de vente participant):