2021/08: Ma grande voyageuse, Fragments, Jacinthe MAZZOCCHETTI

Ma grande voyageuse

« C’est étrange comme l’absence est envahissante. Lierres. Rosiers sauvages. Orties. Chardons. Ronces. Elle s’infiltre, brise les portes, les fenêtres. Ses tentacules forcent le passage. Détruisent. Pénètrent chaque fêlure. Impitoyable. »

« Je voudrais m’asseoir au coin d’un feu, maman et que tu sois là, que tu joues du piano. J’adorais ça. T’écouter jouer du piano. Que ta musique me berce. Me transporte. Me transperce. Tes doigts qui courent les notes. Et mes doigts après les tiens. »

Elle s’est réveillée avec cette urgence à poser des mots, avec ce besoin de raconter la banalité de l’absence. Ce non-sens qui obsède. Juste envie de lui écrire. Pour la retenir encore un peu. Pour lui dire au revoir, lui dire sa vie, son amour aussi. Et puis, peut-être, la laisser partir. Et réapprendre à sourire.

Service presse

Ce matin, maman, je me suis levée avec ce besoin de t’écrire. Une évidence. Un pas en avant. Le premier. Eclaircie dans le brouillard. T’écrire pour ne pas oublier. T’écrire pour rester en lien. T’écrire pour te raconter à tes petits-enfants. Pour moi aussi, me raconter des histoires pour mieux dormir.

Voici un ouvrage particulièrement intime, mais magnifique.

Il s’agit d’un journal, celui de la douleur de l’auteure après la perte de sa mère, de son deuil, de son acceptation et de sa résilience.

Chaque chapitre est une lettre adressée à sa mère, dans laquelle sont évoqués pêle-mêle souvenirs et traits de caractère, douleur et joie. Petites tranches de vie, immense tranches d’amour. 

C’est le récit d’un manque banal et cruel, un dialogue à sens unique.

Jacinthe Mazzocchetti écrit comme elle ressent. Et ses sentiments sont bruts. Son écriture, elle, est très fine et subtile. Ses mots sont doux. Ils expriment avec exactitude son trouble, son manque, son deuil, ses incertitudes, ses failles, ses fragilités mais aussi ses forces et ses ressources. 

Elle expose ici tout ce qu’elle n’a pas pu ou pas su dire avant de visu. Parce que parler face à face, ce n’est parfois pas possible.

Si le deuil revêt un caractère unique et particulier pour chacun, ce partage n’en reste pas moins un baume au coeur, une petite et douce consolation. Ce livre émet aussi la question de la transmission.

Une très bel ouvrage pour une aussi belle plume.

Merci beaucoup aux Editions Academia.

 ISBN 978-2-8061-0588-6. 136 pages, 14€ (9,99€ en version numérique). Editions Academia, collection Echo. Commande sur Academia.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :