2019/58: La femme du monstre, Jacques EXPERT

Quand elle a épousé le monstre, elle n’avait que vingt-deux ans. elle admirait sa force, son charme, n’en revenait pas qu’il ait pu la choisir, elle qui n’était pas belle, que personne n’avait jamais remarquée. Quand la police est venue arrêter le monstre, le pays tout entier s’est soudain intéressé à elle, une femme de trente-huit ans, ordinaire. Mais, entre les deux, il y a seize années de vie de couple, seize années durant lesquelles elle a été une mère dévouée, une épouse loyale, une bonne voisine, une femme sans histoire qui ne pouvait pas se douter. A moins que…

Samedi 8h16. Coup de sonnette. Mme Darget ouvre la porte au brigadier Ferchut accompagné de deux hommes. Ils sont venus voir son mari, Simon Darget. Ce dimanche, la jeune Sonia a disparu. Simon a fait partie des habitants ayant participé activement aux battues.

Et là, les policiers ont retrouvé le corps de la jeune fille.

Le récit est entièrement raconté à la première personne, par la femme du monstre. Il se déroule en parallèle sur deux plans. D’une part la vie de famille des Darget, de l’autre la période du procès.

Si tu viens de temps en temps ici, tu sais déjà que j’affectionne beaucoup Jacques Expert. J’aime son écriture simple et précise, fluide, sans fioritures. J’aime ses personnages juste brossés, laissés à la vindicte populaire. A toi de juger. L’auteur te donne tous les éléments nécessaire, goutte à goutte, mais ne porte pas lui-même directement de jugement. A toi de démêler la pelote et de forger ta conviction.

La femme du monstre est une femme discrète. C’est une épouse loyale, une mère aimante, une femme simple et dévouée. Une femme sans relief, qui ne se détache pas du lot, une voisine ordinaire. Une personne insignifiante, de celles que l’on ne remarque pas. Au début du récit, elle apparaît candide, naïve, même un peu simplette. Mais très vite, je me suis interrogée sur sa duplicité, son degré de perversité et ses capacités de manipulation… Sans vraiment être sûre. Jusqu’à la fin…

Le monstre, Simon Daguet, était un jeune homme très séduisant, un tombeur. Mais il n’a que ça pour lui. Il est vulgaire, franchement con, égocentré, obsédé sexuel, pervers, violent. Il a tout pour lui. Il est le chef de famille. Son épouse doit lui être totalement soumise. Elle lui doit une totale obéissance. Il la rabaisse et la dénigre.

On parle ici de lâcheté, de manipulation, de perversité, de responsabilité. De l’importance et de l’influence des médias, de l’information donnée en pâture à un public crédule. Information réelle, vérifiée? Tronquée? Inventée? Jetée aux vautours sans filtre…

Forcément, on s’interroge. Comment cette femme a-t-elle pu partager la vie de cet homme seize années durant sans rien remarquer? Comment se peut-il qu’elle n’ai jamais eu un doute? Pourquoi est-il passé entre les mailles du filet tout ce temps? Pourquoi n’a-t-il jamais été inquiété?

Et les autorités, les administrations diverses, … ? Les collègues de travail, la famille, les voisins, relations diverses? Personne n’a rien vu, rien entendu. Personne ne l’a mis en défaut. Pas vu, pas pris…

Un livre lu en l’espace de deux soirées. C’est encore une fois addictif…

Editions Le Livre de Poche. 224 pages. 7,30€. ISBN 978-2-2531-2556-3. Clic pour commander.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :