2019/56: Un si joli village, Kay MITCHELL

Aux yeux du visiteur non averti, Little Henge ressemble à ces milliers de villages anglais bien tranquilles. Le pasteur y croise la postière, l’épicier salue ses clientes fidèles et tout ce petit monde semble destiné à couler des jours paisibles. Mais au pub du village, les langues se délient plus souvent qu’à leur tour. Après quelques pintes, chacun livre avec satisfaction des informations sur la vie privée de son voisin. Et c’est tout bénéfice pour les bavards quand un ragot salé agrémente la conversation. Justement, un mari infidèle vient d’être séduit par la femme fatale du village. Il n’en faut pas davantage pour secouer ce si joli village et conduire un de ses paisibles concitoyens au meurtre…

Branle-bas de combat ! Les habitants de Little Henge s’unissent pour contrer le maire qui souhaite transformer l’ancienne carrière en site d’ensevelissement des déchets. Lors d’une réunion du comité de protestation, Helen Goddard voit la sulfureuse Marion Walsh s’assoir à côté de son mari, Robert, et lui faire du genou. Bien sûr, cela n’échappe pas à Betty Hartley et à Ida Hodge, les deux commères du village. D’ailleurs, Betty en a à raconter à Ida, elle qui fait le ménage chez Mme Walsh…

Ce matin-là, debout devant sa fenêtre pendant que coule le café frais, Helen contemple la maison de sa rivale en contrebas. Elle songe à la liaison que Robert entretient avec Marion. Après être allée acheter des timbres, Helen prend le chemin du retour. Elle passe devant le presbytère et la maison de Marion Walsh, devant laquelle elle s’arrête, désemparée. Bien sûr, Betty et Ida n’ont pas manqué de remarquer cet arrêt impromptu… Helen finit par s’assoir sur le banc en haut de la colline et observe le village. Le pasteur se rend à l’église, Ida rentre chez elle et Betty se rend chez Marion Walsh prendre son service.

Au poste de Malminster, l’inspecteur principal John Morrissey et le sergent Barrett sont mandatés à Little Henge. Le corps de Betty Hartley vient d’être retrouvé. Absorption massive de cyanure. Le lait était empoisonné…

C’est le premier roman de Kay Mitchell que je lis. C’est le premier d’une série de cinq volumes avec l’inspecteur Morrissey en personnage récurrent. Un polar bien ficelé, un roman type de procédure policière. L’auteure s’attache autant au crime qu’au déroulement de l’investigation : recherche d’indices, protocoles, interrogatoires, appui des analyses scientifiques, …Ici, pas de super flic aux intuitions très fines ou aux facultés incroyables. Non, ici, nous suivons pas à pas une équipe et la façon dont le travail de chacun permet d’imbriquer les pièces du puzzle.

Un polar bien mené donc, des personnages peut être par moments un peu caricaturaux mais pour autant tout à fait réalistes. La vie d’une petite communauté, avec ses brebis galeuses, ses jalousies et perfidies.

J’ai bien aimé l’épilogue. Je dois avouer que je me suis fait berner. Je croyais bien avoir trouvé le coupable…

Un moment de lecture agréable.

Editions Librairie des Champs-Elysées, collection Labyrinthes. 287 pages. ISBN 2-7024-9549-4.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :