2019/24: Le baiser de Gustav, Martine MAGNIN

Je suis envahie d’une froideur bizarre, je frissonne. Je suis transie et molle. À coup sûr, je suis seule et dans des ténèbres hostiles. Le silence… si ce n’est cette machine insolite qui grogne et halète tout près de moi. Aucun souvenir. Des bruits de pas. Une voix féminine : Bonjour, Lucie, comment vas-tu aujourd’hui ? Je veux répondre, mais j’en suis incapable. Aucune logique pour expliquer cet état, mon état. Suis-je morte ? Aveugle ? Paralysée ? Immobilisée ? J’essaie pourtant de me concentrer, de bouger ne serait-ce que ma langue, mais rien ne suit ma pensée. Je n’ai plus de bouche…

Afin de nous interpeller sur les thèmes de la filiation, de la résilience, de l’érotisme et de la renaissance, l’auteure nous présente une victime d’attentat, plongée dans le coma, dont l’esprit chemine entre une douloureuse réalité et les portes de l’au-delà où elle trouve réconfort et espoir.

Martine Magnin, quand elle publie un nouveau roman, elle n’est jamais là où on l’attendrait. A chaque fois, elle me surprend.

Gustav KLIMT: Peintre symboliste autrichien né le 14 juillet 1862 et mort le 6 février 1918. L’un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau. Peintre de figures, sujets allégoriques, nus, portraits, paysages, il est aussi dessinateur, décorateur, peintre de cartons de tapisseries et de mosaïques, céramiste et lithographe. Le Baiser, utilisée ici pour la couverture de ce livre, est certainement son œuvre la plus connue.

Klimt, c’est une vision du rapport de la femme à sa féminité, à sa maternité, à l’érotisme, à la sensualité et à l’idée de domination.

Ce jour-là, Lucie et son père sont allés voir au Grand Palais une exposition sur le peintre Gustav Klimt, puisqu’ils sont tous deux des admirateurs de l’artiste. Mais voilà, au mauvais endroit au mauvais moment. Au retour, dans le métro, un terroriste fait exploser une bombe dans leur rame. Le père est tué sur le coup. Lucie est hospitalisée, dans un profond coma.

La famille est réunie autour d’elle. Il y a Guillaume, son mari et papa de leurs jumelles de 6 ans Delphine et Capucine. Il y a Clémence, sa sœur aînée, maman d’un petit Basile de 5 ans. Il y a Simone, leur mère égocentrée et incontrôlable. Il y a Sophie, sa meilleure amie. Et puis toute l’équipe médicale. Tous vont œuvrer pour sauver Lucie. Autant de vies en suspend.

Mais Lucie, elle, mène un combat intérieur et intime. Au fin fond de son coma, elle se réfugie auprès de son père et de sa tante, revit un certain nombre d’épisodes de sa vie, ponctués des œuvres de Klimt. Elle sait pourtant que tous sont auprès d’elle, elle les entend, les sent. Mais il faut beaucoup de volonté pour réinvestir son corps puis sa vie. Lucie le souhaite-t-elle vraiment?

A travers ce fait divers cruel, qui n’est pas sans rappeler l’attentat du RER B à Saint Michel le 25 juillet 1995, Martine Magnin interroge sur notre capacité de résilience, la féminité, le rapport à la maternité, l’engagement, l’amitié et la passion. Elle y parle d’amour: amour-passion, amour fusionnel, amour charnel, amour fraternel, amour maternel, désir et volupté . Elle y parle de deuil, de reconstruction, de renaissance. Elle évoque aussi le courage et la souffrance des accompagnants.

La plume de Martine est délicate, fine, élégante. Les émotions sont justes. Les mots sont tendres et touchants. Martine traite de ces sujets difficiles avec pudeur, retenue, sincérité et sensibilité. Ces mots ont trouvé une forte résonnance en moi, faisant écho à des deuils personnels pas encore surmontés.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :