2018/47: Céline & Céline, Michel RUFFIN

image

 

Stanislas Dambreville est le spécialiste de Louis-Ferdinand Céline. Conférencier, critique littéraire, professeur dans les grandes écoles, il est LA référence. C’est vers lui qu’on se tourne lorsqu’on évoque Céline.

Il écrit un livre, qui doit faire date, pour lever à la fois les contradictions de l’auteur et les critiques inutiles qui le concernent. C’est le moment que le hasard — s’il s’agit bien de lui — choisit pour faire entrer Juliette dans sa vie, pour son malheur. D’abord inattentif à cette rencontre, Stanislas Dambreville va progressivement désirer la jeune femme, un désir passionné qui va pourrir sa vie. Lentement, il va abandonner ses convictions, rejeter tout ce qui était « son monde », jusqu’à la déchéance.

J’ai adoré ce roman!

D’abord parce que j’ai appris plein de choses sur Louis Ferdinand Céline. Que je ne connaissais que de « réputation ». Et qu’il va falloir que je lise!

L’histoire ensuite, rocambolesque et fort distrayante.

Stanislas Dambreville est en balade dans Calvi, où il a hérité d’une villa et où il passe ses vacances, avec son ami Mateo. Tous les deux se posent sur un banc pour bavarder. C’est là qu’une jeune fille s’incruste: Juliette. Face à l’insistance de Mateo, qui la trouve très à son goût mais qui est marié, il se trouve contraint de lui offrir le gîte pour la nuit. Et c’est le début des ennuis et de la dégringolade…

Stanislas est d’ordinaire plutôt hargneux, acerbe, sarcastique, mordant. Juliette est spontanée, très familière, sans aucun complexe, impertinente, perspicace et désinvolte. Pourtant, face à elle, Stanislas s’attendrit doucement mais sûrement. Juliette va réussir à l’apprivoiser et c’est là ce qui le conduira à sa perte.

Une lecture très agréable et fluide. Le récit d’un homme rattrapé par l’amour, une relation façon « je t’aime moi non plus ». Un scénario habilement mené, mis tout du long en parallèle avec la vie et l’œuvre de Céline, dont Stanislas est un expert. Je connaissais l’histoire sulfureuse de Céline mais finalement j’en savais bien peu sur l’homme et sur sa vie. Voilà une lacune comblée!

Un roman qui se dévore. Tant pour en apprendre davantage sur Céline que poussée par la curiosité de savoir ce que Juliette va encore pouvoir inventer qui mettra les nerfs de Stanislas à vif…

Alors un grand merci aux Editions Chum et à Emma Freya, agent littéraire bénévole, sans qui je serais passée à côté de cet ouvrage.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :