2018/41: La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose, Diane DUCRET

La-meilleure-facon-de-marcher-est-celle-du-flamant-rose

La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid: tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence: les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie… On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Etre boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.

Ce livre s’ouvre sur un coup bas. Le compagnon d’Enaid attend qu’elle soit en interview en Pologne pour la quitter par téléphone. Très classe… Mais voilà, toute la vie d’Enaid n’est qu’une succession de coups du sort.

Diane Ducret se livre dans cet ouvrage, une autobiographie romancée. Enaid est l’exact reflet de Diane. Ce récit est magistral de sincérité, et pour cause, Diane (comme Enaid) (Enaid = Diane) a vécu tout ce qui est narré.

Le moins que l’on peut dire, c’est que les tragédies de sa vie sont racontées avec beaucoup d’humour. Sans doute ce qui lui permet de garder un certain recul narratif. Enaid se construit sur du vide, elle n’a aucune réponse quant à ses racines.  Sa mère a été déchue de ses droits parentaux, son père est parti vivre sa vie ailleurs. Un couple de personnes âgées, Yvette et André, la recueillent et l’adoptent. Elle se rendra compte bien plus tard qu’ils sont ses grands-parents. Cela semblait tellement évident que personne n’avait jamais pensé à le lui dire. Des grands-parents envers qui elle ressent une profonde gratitude, qui l’ont élevée et lui ont donné tout ce qu’ils pouvaient.

Mais Enaid a du tempérament. Elle devient une ado rebelle et elle n’épargnera rien ni à ses grands-parents ni, surtout, à elle-même. Elle brule sa jeune vie, fait les 400 coups, s’étourdit dans les fêtes et se perd dans les drogues, sans doute dans un besoin éperdu de se sentir exister. Peut être une réaction à cette histoire familiale chaotique et douloureuse.

Ce roman est lourd d’empathie pour elle-même; elle fait la paix avec ce qu’elle est et avec les siens. Un seul mot d’ordre: Ne jamais accepter l’impossible. Elle aborde des thèmes difficiles, comme l’abandon, l’adoption, la filiation, le handicap, l’homosexualité, la maladie, le manque, les rancoeurs et le pardon, les diktats, la difficulté d’être soi envers et contre tous, mais aussi la résilience et l’espoir. Diane Ducret montre ici que quel que soit le drame, quelle que soit la hauteur de la chute, il est toujours possible de se relever. Par volonté, par conviction. Jamais elle n’accepte l’impossible qu’on lui impose. Elle refuse de mettre des barrières à sa vie, surtout si ces barrières sont érigées par d’autres. Elle choisit d’être maîtresse de sa vie.

La métaphore du flamant rose? C’est là toute son histoire. La fragilité, la délicatesse, la grâce du flamant rose. Sa vaillance. Ne pas être une victime, se relever toujours, avoir la conviction que rien n’est impossible et qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Un beau roman, une très belle sensibilité, une belle écriture aussi.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Flammarion pour cette étonnante mais très belle découverte.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :