2018/32: Terreur à exhumer, Bruno AMATO

terreur-a-exhumer-amato

Une jeune femme mineure retrouvée morte va relancer une affaire vieille de dix ans qui a ébranlé toute la région. La victime a été accrochée à un rocher face à la mer, comme le cadavre précédent. Elle aussi a le cœur arraché. Même si on l’a appelé pour mener l’enquête, Lucan Tellier ne semble pas le bienvenu à Granville. Avec sa dégaine improbable et ses manières un peu brusques, il met tout le monde mal à l’aise. Chose curieuse: son comportement atypique permet à ses interlocuteurs de se révéler. Pourquoi une telle horreur? S’agit-il de crimes rituels? Qui sera la prochaine victime?

A Granville, accrochée à un rocher, un pieu dans le cœur, est retrouvée une jeune fille. On lui a enlevé le cœur avant de la suspendre. On ne connaît pas son identité. Elle n’est pas portée disparue. Les enquêteurs n’ont aucun indice. Toutefois, ce meurtre en rappelle étrangement un autre, perpétré dix ans plus tôt, dont on n’a jamais retrouvé le coupable.

Pour résoudre cette affaire, les hautes instances dépêchent un enquêteur itinérant, Lucan Tellier. La petite cinquantaine, un physique surprenant, . C’est un homme complexe, aimant travailler en solo, qui a un talent inné pour la peinture. Il peint avec ferveur des marines, c’est ce qu’il préfère. C’est un homme étonnant, doté d’une forte intuition. Un caractère fort, intransigeant, un peu rustre et bourru.

Son intervention ne va bien sur pas être appréciée par le commissaire de Granville, qui n’a pourtant d’autre choix que de travailler avec lui. Et heureusement pour lui! Parce que sous ses apparences pataudes, Lucan est efficace.

Une écriture fluide, un style enlevé et addictif. J’ai adoré ce court polar. J’ai même regretté qu’il soit aussi court, je serais bien restée en compagnie de Lucan un peu plus longtemps. Et aussi de Gontran. Il est plutôt sympa Gontran, et j’ai envie de savoir ce qu’il va devenir. L’histoire est parfaitement menée, aucune longueur, aucune lourdeur. Et il faut le noter tellement c’est devenu rare: pas de coquilles. Un vrai plaisir de lecture!

Il est évident que je vais lire les autres romans de l’auteur, un Normand très sympa et jovial rencontré lors du Bloody Fleury en février dernier, puisque cet opus-là n’est pas le premier, ni le dernier de l’auteur. Je sais que j’aurai plaisir à retrouver Lucan, parce qu’on en sait peu sur lui, vraiment trop peu. Beaucoup de questions planent à son sujet. Qui est Lucan?

Bruno Amato fait donc partie de ces auteurs à suivre. Merci Bruno, surtout continuez.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :