2017/39: Un parfum d’herbe coupée, Nicolas DELESALLE

« Le jour où mon père a débarqué avec son sourire conquérant et la GTS, j’ai fait la gueule. Mais j’avais ravalé ma grimace comme on cache à ses parents l’odeur de sa première clope. J’ai dit « ouais », j’ai dit « super », la mort dans l’âme, même si j’avais compris que la GTS pour la GTX, c’était déjà le sixième grand renoncement, après la petite souris, les cloches de Pâques, le père Noël, Mathilde, la plus jolie fille de la maternelle, et ma carrière de footballeur professionnel. »

Par petites touches qui sont autant d’instantanés de vie, Kolia convoque les figures, les mots, les paysages qui ont compté: la route des vacances, les filles, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, des livres, quelques sauterelles, Raspoutine le berger allemand… Des petits riens qui seront tout. Un premier roman remarquable, plein d’émotion, d’humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l’enfance ouvre sur une partition universelle.

Kolia, le narrateur, va définir l’adulte qu’il est en dépeignant l’enfant et l’adolescent qu’il fut. Il va partager ses premières expériences, ces premiers riens dans une vie, qui pourtant vont conditionner son devenir. Le premier baiser, la première rencontre avec la mort, la maison de famille, les vacances, … Des tranches de vie avec les personnages qui ont peuplé sa vie: ses parents, ses sœurs, le berger allemand, les copains, les petites copines, mais aussi des rencontres anodines et pourtant marquantes.

Un récit enjoué, parfois cocasse et drôle, parfois tendre. Etant à peu près de la même génération que le narrateur, je me suis retrouvée dans certaines de ces scénettes. Certains souvenirs se sont rappelés à moi comme le premier walkman (pour ma part reçu pour ma seconde communion), la découverte du clip Thriller de M. Jackson, cette odeur d’herbe coupée quand ma mère tondait notre carré de pelouse, des lectures communes aussi, et ces premières fois…

Un roman chaleureux et résolument gai, qui m’a fait sourire plus d’une fois, mais qui a fait aussi remonter beaucoup d’émotions. Une agréable lecture.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :