Extrait #3

« Je crois qu’avec l’âge je deviens de plus en plus égoïste. Je ne prends plus le temps de m’arrêter sur les peines de ceux qui ne sont pas moi. Peut-être parce que, du temps, il m’en reste si peu. Je me rends compte que beaucoup de choses me deviennent indifférentes. On dirait qu’à mesure que la vie se rétrécit le cœur se dessèche. Comme le reste, les sentiments s’usent. La colère se tempère, l’affection s’assoupit, la compassion s’étiole. Le bruit du monde ne nous parvient plus que de très loin, vague écho d’une vie qui ne nous concerne plus. Les chagrins des autres se diluent dans les brumes de plus en plus épaisses de nos existences fragiles, il nous atteignent moins. Les gens meurent, souffrent, pleurent, et nous, on ne pense qu’à se sauver. On en veut pas se voir dans le miroir de la vieillesse que nous renvoient les autres, ceux qui n’ont pas notre chance. Alors on détourne le regard et on poursuit notre petite existence en s’efforçant d’oublier que, nous aussi, on arrive à la toute fin. »

Un clafoutis aux tomates cerises, Véronique DE BURE, Editions Flammarion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :