2017/11: Elle voulait juste marcher tout droit, Sarah BARUKH

9782226329769-j

1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras. C’est le début d’un long voyage: de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l’enfance. Comment trouver son chemin dans un monde d’adultes dévasté par la guerre? Avec une sensibilité infinie, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d’une enfant prise dans la tourmente de l’Histoire. Un premier roman magistral.

Tout d’abord je remercie Masse Critique et les Editions Albin Michel de ce cadeau.

J’ai su dès les premières lignes que ce livre me parlerait. Son style n’est pourtant pas le genre que je préfère, peut être un peu léger,  mais j’ai de suite croché à l’histoire d’Alice, impossible de la lâcher.

Alice, cette enfant qui va subir l’Histoire et découvrir la sienne, d’abord malgré elle, puis enfonçant les portes tête baissée. La petite Alice, si naïve et douce au début de ce roman. La petite Alice qui attend avec tant d’impatience le retour de sa mère. Bien sur, la femme qui viendra la chercher, cette mère idéalisée, dans son esprit une Parisienne belle et tellement élégante, ne sera pas celle tant attendue. Diane se reconstruit difficilement dans cette après-guerre si compliquée à appréhender. Alice est perdue, elle ne comprend pas les réactions de ces adultes avec qui elle vit. Elle ne comprend pas les tatouages sur leur bras, les silences, les sous-entendus. L’apprentissage va être difficile pour Alice, les surprises et les découvertes nombreuses. Alice  qui va s’endurcit dans les épreuves, qui devient volontaire et courageuse, pugnace.

La toile de fond historique est très forte et fort bien construite, quel qu’en soit le sujet de l’été 36 en Espagne à la seconde guerre mondiale. Ce roman dans son ensemble est fort bien mené et structuré.

Un bémol cependant. J’ai trouvé la fin à la fois très belle et trop abrupte. J’avoue que j’attendais d’autres réponses qui sont laissées en suspens ou à notre appréciation.

Une très jolie découverte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :