2017/03: La chute du cafard, Denis ZOTT

141236

Le Mendiant l’avait prévenu à son arrivée dans le Berry où il venait d’être muté. « Fais gaffe à ne pas rester trop longtemps, mon pote! Et fais gaffe aussi aux jeunes! Ici ils s’emmerdent. Mortellement… » Lorsque, en pleine période électorale, « Celui qui regarde à travers les murs » vole une photo dans une banque d’images ultrasécurisée et l’expédie par mail aux élèves du collège Colbert à Châteauroux avec le message « Vous la reconnaissez? », c’est une bombe qui tombe sur la ville. En découvrant la photo, Anita, « le cafard », veut disparaître de la surface de la Terre, mais non sans faire payer les responsables de son humiliation. Elle les entrainera tous dans sa chute. L’effet domino sera dévastateur. Et gare aux dommages collatéraux. Le commandant Yann Lespoir, qui mène l’enquête, ne sera pas épargné. Le Mendiant l’avait prévenu.

Tout d’abord, je remercie chaleureusement l’auteur, Denis ZOTT, de m’avoir offert son ouvrage. J’avoue que si vous ne m’aviez pas contactée, Denis, je serais peut être passée à côté, et vraiment ça aurait été dommage.

Le style m’a accrochée dès les premières lignes. Ensuite, impossible de lâcher ce livre avant d’en connaître la conclusion. Vraiment, j’ai su dès la première page que j’aimerai ce livre. Et puis, comment ne pas aimer un roman qui s’ouvre avec du Thiéfaine, qui restera présent tout du long. J’ai redécouvert mes CD d’il y a 20 ans…

Le roman débute sur le suicide d’Anita. La jeune fille se jette du troisième étage, du balcon du studio du gendarme Stéphane Lanson. Des photos pornos de la jeune fille circulent qui ont été prises dans le lit de Stéphane, qui pourtant ne la connaît pas. Et c’est le commandant Yann Lespoir qui va devoir se coller à cette enquête, ennemi juré de Lanson, sous les ordres de Jézabel Declercq,  commissaire aux crocs acérés.

Un rythme  très rapide, du suspens, des rebondissements… Tout est là. Par contre, il y a une multitude de personnages mais on s’y fait très bien, et les principaux protagonistes sont très bien brossés. C’est aussi ce qui donne ce rythme exalté, violent au récit: d’un chapitre à l’autre, on saute d’un personnage à un autre. Stéphane Lanson, son frère, Yann Lespoir, sa femme, le député, ses filles, sa femme, Gari, sa tante, Jézabel. Principalement. Et les autres… Surtout, une compétition effrénée et malsaine entre Stéphane et Yann qui les perdra tous les deux, de façon différente. Et pas qu’eux, d’ailleurs. Parce qu’il y en a du malheur dans ces pages.

Un roman sombre, donc, très efficace. Un scenario complexe et très bien ficelé. Des indices savamment disséminés.

Un très bon premier roman. Mon premier coup de cœur de 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :