2016/62: Les chiens, Allan STRATTON

les-chiens

« Il y a quelque chose qui bouge près de la grange. Je tourne les yeux et ça disparaît. J’attends. Ca revient, près du champ de maïs. Un mouvement, une forme. » Cameron devrait être à l’abri pour de bon, dans cette vieille ferme paumée au milieu de nulle part. Son père ne les dénicherait jamais dans un coin pareil, avait dit sa mère. N’empêche, dès le premier jour, Cameron sent bien que quelqu’un est déjà là. Invisible, mais il le sent. Il l’entend même parfois. Quels secrets va-t-il découvrir dans cette baraque?

Je dois dire que ce roman ne m’a pas vraiment emballée. non que j’ai été gênée par le côté ésotérique du récit, mais plutôt par le style.

L’histoire est racontée par Cameron, un ado. Sa mère et lui fuient son père, violent. Obligés de fuir une fois encore, ils se cachent dans un bled paumé, dans une ferme limite délabrée, entourée de champs, à proximité d’un propriétaire taciturne. A peine arrivé, Cameron va se faire des ennemis et dans le même temps faire la connaissance d’un enfant disparu des décennies plus tôt… Il va donc mener l’enquête sur la base de quelques rumeurs pour savoir ce qui s’est joué dans cette maison.

Le ton m’a déplu. Si la façon de s’exprimer très enfantine sied au personnage de Jacky, elle ne correspond pas à Cameron, un ado d’aujourd’hui. Je trouve que le style ne colle pas du tout au personnage principal. Le personnage du père alcoolique et violent est assez caricatural, comme celui de Ken d’ailleurs auquel je n’ai pas réussi à me faire. Un dénouement plutôt prévisible, assez peu de suspens à mon sens.

Une déception, donc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :