2016/34: Qu’attendent les singes, Yasmina KHADRA

1540-1

Le corps d’une étudiante est découvert dans les bois de Baïnem, près d’Alger. Chargée de l’enquête, la commissaire Nora Bilal est loin de se douter que son pronostic vital est engagé. Dans un pays où les intrigues et les fausses pistes dépassent l’entendement, où l’exercice du pouvoir et la corruption s’érigent en sacerdoces, quel sort réserve-t-on à ceux qui osent croire que la loi est au-dessus de tous, surtout lorsque la loyauté est incarnée par une femme? Loin de se limiter au thriller politique, Qu’attendent les singes est une formidable radioscopie d’une Algérie qui, après avoir été laminée par le terrorisme islamiste, se retrouve livrée sans emballage aux ogres de l’infamie.

Un bon roman, dévoré en trois jours à peine. Très différent de mes lectures précédentes de l’auteur.

Ce roman-ci se présente comme un polar. Le corps d’une jeune fille est retrouvé dans une bois. Nora Bilal et son équipe sont en charge de l’enquête. Ils vont devoir démêler l’écheveau des fausses pistes sur lesquelles on les conduit insidieusement.

Un roman plutôt cash, qui met le doigt sur l’étendue de la corruption politique. Pas que politique d’ailleurs, puisque ses ramifications s’étendent très largement. Et les nababs ont la main sur tout et sur tous, ont tout pouvoir pour faire exécuter leurs volontés sans jamais être inquiétés. C’est un portrait cru d’une Algérie qui s’est perdue et qui va s’échouer.

Voici un récit qui m’a pris au corps. J’ai d’emblée eu beaucoup de sympathie pour les personnages de Nora, de Zine et de Sid. Ils sont si… Ils ont tout perdu, ils ont subis beaucoup, mais ils continuent de croire, ils s’accrochent et ne lâchent rien. C’est un récit terriblement prenant, très noir dans son genre, difficile. J’ai pourtant lu tellement pire que cela parmi ma collection de thriller, mais celui-ci m’a remué les tripes. Peut être à cause du réalisme des personnages, du drame des situations dans lesquelles ils se retrouvent, ou à cause des salauds… Il y a tellement d’humanité et d’empathie dans toute cette saloperie. Des gens justes et bons, malgré la fange dans laquelle on s’évertue à les baigner. Peut être direz-vous que j’exagère, mais c’est mon ressenti.

Un roman fort.

 

Publicités

One response to “2016/34: Qu’attendent les singes, Yasmina KHADRA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :