2016/20: L’heure des fous, Nicolas LEBEL

9782501094597-X

Paris: un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe: le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard… Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. L’affaire va entrainer le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

Tout d’abord, je remercie chaudement Clémentine Ysatis de ce cadeau, c’est une très bonne surprise. J’avais entendu parler de cet auteur mais je n’avais pas encore eu l’occasion de le lire. Une agréable découverte, donc. Merci beaucoup, Clémentine.

L’histoire commence en effet sur le meurtre d’un SDF. Mais comme tu t’en doutes, les apparences sont trompeuses. La victime n’est pas un SDF comme les autres et le crime n’est pas juste un crime crapuleux ou un règlement de comptes entre bandes rivales. Ce serait trop simple (et on s’embêterait). L’histoire va nous balader dans la capitale, d’un bidonville du bois de Vincennes à cette nouvelle Cour des Miracles, et nous familiariser avec les égouts parisiens et leur histoire. Car l’Histoire évoquée est particulièrement intéressante.

La construction m’a rappelé les enquêtes de Lucie et Sharko, de Franck THILLIEZ. L’enquête est bien menée, le suspens bien dosé, les rebondissements ni trop nombreux ni trop dispersés. Ils sont disséminés juste quand il faut, et rythment parfaitement le récit. C’est un récit noir sans être glauque, nous amenant à côtoyer les bas-fonds parisiens et la misère humaine et sociale.

Le style est fluide. Les répliques d’Audiard m’ont beaucoup amusée, ainsi que les tirades argotiques de Mehrlicht. C’est un roman prenant, difficile à lâcher. Beaucoup de références, donc, historiques et culturelles. Un très bon premier roman, un auteur à suivre.

Publicités

9 responses to “2016/20: L’heure des fous, Nicolas LEBEL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :