Le mardi sur son 31 #32

515Fpb76IDL__SX301_BO1,204,203,200_

«[…] Meurtrière à 11 ans et la vie de la jeune femme depuis sa remise en liberté ont fait l’objet d’un intérêt extrême et profondément angoissant pour elle de la part des journalistes. Etant donné l’intérêt que je lui ai moi-même porté pendant trente ans, je ne peux pas blâmer mes confrères journalistes. Mary était – elle est toujours – exceptionnelle. Sa vie est exceptionnelle et particulièrement riche. Depuis sa libération, je n’ai rien écrit à son sujet, je n’ai livré aucune information, rien de ce que je savais de ses allées et venues ou de sa situation, ni à mes confrères ni à mes amis. Je pensais qu’il lui faudrait plusieurs années pour « se retrouver » et qu’il fallait la laisser vivre dans l’anonymat le plus longtemps possible.

Mais j’ai aussi pensé, pendant des années, que s’il existait quelqu’un capable de nous aider à comprendre ce qui peut conduire une enfant à commettre un meurtre, et à imaginer ce qui doit ou peut être fait pour cette enfant, c’était Mary.»

Une si jolie petite fille, Gitta SERENY, Points , p.31

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :