Pas pleurer, Lydie SALVAYRE

9782757854723

« Ma mère s’appelle Montserrat Monclus Arjona, un nom que je suis heureuse de faire vivre et de détourner pour un temps du néant auquel il était promis. Ce soir, je l’écoute remuer les cendres de sa jeunesse perdue et je vois son visage s’animer, comme si toute sa joie de vivre s’était ramassée en ces quelques jours de l’été 36, et comme si, pour elle, le cours du temps s’était arrêté le 13 août 1936 ».

L’histoire se passe donc pendant les prémices de la guerre d’Espagne, durant l’été 1936. Le roman se divise entre ces quelques mois vécus d’un côté par Monsté et les siens et de l’autre par Bernanos. « L’été radieux de ma mère, l’année lugubre de Bernanos dont le souvenir resta planté dans sa mémoire comme un couteau à ouvrir les yeux : deux scènes d’une même histoire, deux expériences deux visions qui depuis quelques mois sont entrés dans mes nuits et mes jours, où, lentement, elles infusent. »

Montsé, fille de paysans et pauvre, a quinze ans et rêve de liberté. Elle va s’enflammer un temps pour les idéaux de son frère. Elle le suit à Barcelone, où il rejoint les révolutionnaires venus de toute l’Europe. Elle y découvre la vie pleine de promesses nouvelles et l’amour dans les bras d’André, venu rejoindre le maquis. Elle se découvre rapidement enceinte. Fin du rêve, retour amer au village. L’honneur et les obligations reprendront le dessus sur ses espoirs.

Montsé, mère de l’auteure, est aujourd’hui une vieille femme à qui la mémoire fait défaut, mais qui a gardé vive la mémoire de ces quelques mois aux sentiments forts, contradictoires, exacerbés. Une vision libertaire et enjouée des évènements, à l’opposé de celle de Bernanos confronté à l’horreur de la répression.

C’est poignant, émouvant, triste aussi. Une histoire passionnée, follement contrastée.

Bref rappel historique:

La guerre civile espagnole eut lieu du 18 juillet 1936 au 1er avril 1939. Elle oppose les républicains (gauche et extrême-gauche) aux nationalistes (droite et extrême-droite) menés par Franco, qui établira une dictature pendant 36 ans. Les républicains sont soutenus par Staline, les nationalistes par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste.

Dans certains territoires sous contrôle républicain, une révolution sociale aboutit à la collectivisation des terres et des usines, et expérimenta diverses sortes d’organisations socialistes, soutenues notamment par les anarchistes de la CNT (confédération nationale du travail).

Le conflit se traduit par les premiers bombardements militaires sur des civils, des massacres spontanés de suspects, d’hommes d’Eglise, notamment par les anarchistes et les communistes tandis que les franquistes pratiquent de leur côté la terreur et l’épuration. Selon les estimations les plus basses, il y eu 100 000 soldats morts au combat, 10 000 civils morts dans les bombardements, 40 000 exécutions en zone nationaliste, 20 000 exécutions en zone républicaine et 30 00 exécutions par le gouvernement franquiste entre 1939 et 1943.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :