Sweet sixteen, Annelise HEURTIER

 1220666

Quand est-ce que tu avais prévu de nous en parler? As-tu pensé aux conséquences de ta décision? As-tu seulement compris qur tu vas tous nous mettre en danger?

Molly était d’abord restée sans voix, la bouche ouverte, hébétée.

– Un paquet de Noirs se sont fait lyncher, et pour moins que ça, ma petite fille! avait hurlé sa mère.

Rentrée 1957.

Le plus prestigieux lycée de l’Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neufs à tenter l’aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.

En 1954, la Cour Suprême des Etats-Unis rend inconstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Ainsi le Lycée Central de Little Rock (Arkansas) ouvre ses portes pour la rentrée de 1957 à neuf étudiants noirs, six filles et trois garçons, qui ont dû étudier parmi 2500 Blancs très hostiles. Tout sera fait pour empêcher Minnijean Brown Trickey, Elizabeth Eckford, Gloria Ray Karlmark, Melba Pattillo Beals, Thelma Mothershed, Ernest Green, Jefferson Thomas, Terrence Roberts et Carlotta Walls Lanier d’intégrer le lycée. Le gouverneur va même envoyer la Garde Nationale pour leur interdire l’entrée dans l’établissement. Le Président Eisenhower devra intervenir.

Ce roman jeunesse se découpe entre la vision de Molly et celle de Grâce. Molly est l’une des 9 étudiants noirs (librement adaptée de la vie de Melba Pattillo), et va être harcelée et menacée. Grâce est une étudiante blanche scolarisée à Little Rock, plutôt populaire, qui va prendre du recul face aux évènements et ne va pas s’opposer ouvertement à l’intégration des 9. Son manque de mépris et de haine vis à vis des Noirs va lui valoir quelques ennuis.

Une plongée en plein coeur de la ségrégation et d’une violence inouïe pour en abroger l’interdiction. Ces 9 étudiants noirs vont faire preuve d’un courage incroyable. Ils avaient entre 14 et 17 ans et ont supporté un déluge de haine insoutenable, et la menace plus que tangible du KKK. Bien sur, les faits ont ici été un peu lissés. L’histoire est romancée mais sans pour autant occulter la détresse et la volonté des 9 de Little Rock et la difficulté de cette année très spéciale.

Un roman très intéressant, à conseiller à nos ados qui considèrent que tout leur est dû et prennent l’éducation comme une punition au lieu de se rendre compte du cadeau qui leur est fait.

Un parallèle serait aussi intéressant chez nous avec par exemple (entre autres) les évènements entourant la Manif pour tous, et avec les dernières manifestations anti-GPA, même si le degré de violence n’est pas le même. Abolie la ségrégation?

Lecture commune avec Dareel de Chroniques Livresques.

 

Publicités

2 responses to “Sweet sixteen, Annelise HEURTIER

  • Dareel

    C’est vrai que ça calmerait ceux qui pensent que tout leur est dû comme tu dis, j’avais pas pensé à ça. ^^ Tout ce qui relève du KKK m’a plutôt choquée, j’ai encore du mal à croire que ce genre de personnes existe/a existé… Chouette lecture d’une manière générale. =)

  • Lysée

    Oui en effet, une très chouette lecture!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :