Il faut qu’on parle de Kevin, Lionel SHRIVER

9782714441188

Avec une effrayante lucidité, Lionel Shriver dresse le portrait inoubliable d’une mère confrontée à la monstruosité de son fils. Un sujet d’une brûlante actualité, doublé d’une vision au vitriol de l’american dream. Un roman coup de poing, violent, complexe, qui s’attaque au dernier des tabous.

A la veille de ses seize ans, Kevin Khatchadourian a tué sept de ses camarades de lycée, un employé de la cafétéria et un professeur. Dans des lettres adressées au père dont elle est séparée, Eva, sa mère, retrace l’itinéraire meurtrier de Kévin. Elle se souvient qu’elle a eu du mal à sacrifier sa brillante carrière pour devenir mère. Qu’elle ne s’est jamais faite aux contraintes de la maternité. Que dès la naissance elle s’est heurtée à un enfant difficile. Que l’arrivée de Célia, petite soeur fragile et affectueuse, n’a fait que creuser le fossé entre mère et fils. Qu’elle aura passé des années à scruter les agissements de Kévin sans voir que son ambivalence envers lui n’avait d’égale que la cruauté  et la malveillance du rejeton. Et, quand le pire survient, Eva veut comprendre: qu’est-ce qui a poussé Kévin à commettre ce massacre? Et quelle est sa propre part de responsabilité?

Ne t’attends pas à un minute par minute d’un nouveau Columbine. Non non.

Là il s’agit plutôt de l’introspection de la mère de l’assassin. La fusillade au lycée s’est déroulée deux ans auparavant. Kevin est incarcéré. Sa mère écrit à son mari une série de lettres dans lesquelles elle évoque leur vie de couple et ses souvenirs de l’enfance de Kevin. A chacun sa part de responsabilité. Elle fait ressortir la malveillance innée de son fils, relate les humiliations et les méchancetés infligées aux uns et aux autres, jusqu’au carnage final. Elle dissèque sa relation avec son fils. Tout semble avoir été  réfléchi, pesé afin d’être d’une fidélité absolue avec les évènements. Quitte à passer pour un monstre.

J’ai eu du mal à certains moments, un peu longs. Mais j’étais curieuse de la suite. Et finalement, le dénouement a réussi à me surprendre: je ne m’attendais pas à cette chute-là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :