La liste de mes envies, Grégoire DELACOURT

wIGyzO5U-ax5femLaOClNq0-rro

Les femmes pressentent toujours ces choses-là.

Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir ce qu’elle veut, elle se pose la question: n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre? 

La vie n’a pas gâté Jocelyne. Vraiment pas. Elle s’est mariée, a eu trois enfants, en a perdu un. Elle a perdu sa mère jeune. Son père a perdu la tête. Elle tient une mercerie à Arras et un blog. La vie suit imperturbablement son cours, c’est pas folichon mais ça va. Elle a quelques amies, avec qui elle sort de temps à autre, ou avec qui elle passe le temps ou refait le monde. Globalement, sa vie lui suffit. Et puis…

Vrai coup de cœur pour ce roman court. L’histoire trouve un écho en moi, ça me parle beaucoup. Je me suis posée beaucoup de questions, à cette lecture, et ça m’a amenée à réfléchir sur un certain nombre de choses. Notamment sur le pouvoir de l’argent et les dégâts qu’il peut occasionner, sur la confiance en autrui ou encore sur le fait de choisir ou de subir sa vie, sur l’envie, sur le bonheur, par exemple.

C’est un roman court, donc, d’une écriture fluide et qui se lit très vite. Perso, je l’ai commencé samedi matin dans mon bain et terminé dans la soirée. Et pourtant, je n’ai pas lambiné à la maison samedi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :