Fleur de tonnerre, Jean TEULE

sR3V2W27TC9H4z2OIsO1PRumn74

Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin: les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons. Elle s’appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu’il venait d’exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps. Sous la plume de Jean Teulé, Hélène reprend vie et accomplit son destin, funeste et fascinant.

En Basse-Bretagne, à l’époque, on croit à l’Ankou, l’ouvrier de la mort. Il est armé d’une faux dont la lame est tournée vers l’extérieur. Il voyage sur une charrette tirée par deux chevaux, qui lui sert à transporter les âmes fauchées. Hélène est imprégnée dès son plus jeune âge des légendes bas-bretonnes et est convaincue qu’elle est l’incarnation de l’Ankou. D’ailleurs, elle entend le couic-couic de la charrette qui la suit, c’est dire…

Donc Hélène fait son office. Elle apprend vite à manier le poison. Elle commence à 8 ans, par sa mère et ne s’arrêtera que quelques décennies plus tard, du fait de son arrestation. Ses victimes sont si nombreuses qu’on ne les compte plus. Elle décimera toutes les personnes qui l’approcheront.

Je dois dire que des Teulé, celui-ci n’est pas le meilleur. Mais je ne connaissais pas l’histoire de la plus grande tueuse en série de France avant d’ouvrir ce livre. Ca ne casse pas des briques, mais ça se lit vite et Teulé reste un auteur que j’aime beaucoup. J’apprécie sa façon de relater des faits divers sordides à souhait.

Publicités

2 responses to “Fleur de tonnerre, Jean TEULE

  • liliba2

    Il m’attend depuis pas mal de temps, mais son dernier (Charly 9) m’avait pas mal déçue alors je ne me presse pas…

    • Lysée

      J’ai bien aimé Charly 9: j’y ai appris plein de choses. Mais c’est vrai que j’ai préféré Darling à celui-ci. En même temps, les histoires n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Il faut que j’achète Le Montespan et aussi Je, François Villon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :