Le dîner, Herman KOCH

le-diner

 

Deux frères se donnent rendez-vous avec leurs épouses dans un restaurant d’Amsterdam. Hors-d’oeuvre: le maître d’hôtel s’affaire. Plat principal: on parle de tout, des films à l’affiche, des vacances en Dordogne. Dessert: on évite soigneusement le véritable enjeu du repas, les enfants. Car leurs fils respectifs ont commis un acte d’une violence inouïe. Un café, un digestif, l’addition. Reste la question: jusqu’où irions-nous pour préserver nos enfants?

 

Le récit est raconté par l’un des protagonistes. Les ressentiments entre les deux frères ressortent très rapidement. Leur relation est très  tendue. L’un est un politicien très en vue et l’autre un enseignant en disponibilité. Tout les oppose. Ils se retrouvent pour avoir une discussion importante concernant leurs enfants. Ils tournent longtemps  autour du pot, abordant tous les sujets anodins possibles avant d’en venir finalement au sujet qui les préoccupe vraiment: l’acte terrible commis par leurs fils. Chacun des parents est d’une certaine façon au courant de cet acte, ils doivent décider de l’attitude à tenir face à la terrible réalité. Ils vont devoir composer avec leurs responsabilités et leur culpabilité.

Dans ce récit très cynique, on se rend vite compte que ce que le narrateur omet est aussi important que ce qu’il dit. L’histoire est intéressante mais la construction du récit est pour beaucoup dans l’attrait de ce roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :