Le cercle magique, Katherine NEVILLE

Neville-Katherine-Le-Cercle-Magique-Livre-893727940_ML

 

Jérusalem, an IX du règne de Tibère. Condamné par Pilate, Jésus de Nazareth meurt sur la croix. En Italie, l’Empereur est dévoré d’inquiétude: selon de mystérieux textes antiques, ce Messie, annonçant une ère nouvelle, pourrait précipiter le déclin de Rome… Idaho, 1989. Arielle Behn hérite de sa grand-mère des manuscrits précieux. Rédigés en Orient il y a 2000 ans ils sont apparemment indéchiffrables. Déjà convoités par Hitler, ils détiendraient la clé pour agir sur le cours de l’histoire. Un secret jadis percé par Pilate qui, en décrétant la mort de Jésus, savait qu’il changerait à jamais la face du monde. Gardienne des écritures, Arielle Behn va devoir se méfier de tout le monde (d’abord de sa propre famille) pour réussir à contrôler cette force et échapper à des poursuivants qui ne reculeront devant rien pour détenir cette incroyable source de pouvoir.

 

J’ai adoré cette histoire, partagée entre une version romancée de l’Histoire antique, la quête de pouvoir absolu d’Hitler et une histoire familiale glauque et complexe.

Arielle Behn hérite d’un manuscrit suite au décès de son demi-frère, manuscrit qui leur vient de leur emblématique grand-mère et qui déchaine les passions. Arielle recevra aussi un autre manuscrit écrit totalement en runes, écriture des Celtes. C’est alors qu’elle reçoit un appel de son demi-frère, fraichement enterré, qui la met en garde contre son entourage et lui explique la valeur des documents. Alors débute une course autour du monde, sur fond historique. Arielle doutera de tout le monde, fera confiance avant de s’en mordre les doigts, va rencontrer les membres de sa familles et ainsi reconstituera sa déconcertante généalogie. L’histoire familiale est sombre, glauque et pleine de rebondissements.

Bon, certains passages sont un peu longs (surtout ceux qui parlent d’étymologie qu’on a par moments un peu de mal à suivre) et la fin trop prévisible. Mais contrairement aux nombreuses critiques négatives lues sur ce livre, je trouve ce roman excellent. Peu de temps morts, une écriture facilement abordable, j’avais du mal à le refermer. Mais je peux comprendre que les personnes qui ne crochent pas avec l’Histoire puisse avoir du mal à aller jusqu’au bout. Les références historiques sont nombreuses et éclectiques: les derniers jours de Jésus, la Rome antique, la fin des druides, la guerre des boers, les diverses quêtes et guerres, Hitler, les religions, la mythologie …

Je crois que je vais ajouter son roman « Le Huit » à ma PAL, unanimement recommandé par toutes les critiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :